DE | FR
Les vols dits «Vaccinated Travel Flights» offriront-ils bientôt davantage de possibilités de voyage aux passagers vaccinés?
Les vols dits «Vaccinated Travel Flights» offriront-ils bientôt davantage de possibilités de voyage aux passagers vaccinés?keystone

Vols réservés aux vaccinés? L'idée intéresse la Suisse

Des compagnies aériennes, comme Lufthansa, cherchent à conclure des partenariats exclusifs afin de faciliter l'entrée de leurs passagers vaccinés dans certains pays. La Suisse est également en pourparlers.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
03.09.2021, 08:0303.09.2021, 18:12
benjamin weinmann / ch media

Voyager comme avant? Ce n'est toujours pas possible, surtout lorsqu'il s'agit de destinations long-courriers. Les Etats-Unis ont fermé leurs frontières (ou presque) et de nombreuses destinations asiatiques appliquent des règles strictes: tests PCR, obligations de quarantaine. Tout cela a un impact direct sur les compagnies aériennes: les réservations sont en baisse et elle en souffrent. Par conséquent, elles doivent trouver des solutions.

Quel est le nouveau concept développé par Lufthansa?

La compagnie allemande innove. Lufthansa a annoncé une coopération avec Singapour et sa compagnie Singapore Airlines. A partir du 8 septembre – au départ de Francfort et de Munich –, l'entrée dans la cité-Etat sera de nouveau possible pour les voyageurs allemands entièrement vaccinés. La quarantaine imposée précédemment à l'arrivée ne sera plus appliquée. Selon Lufthansa, l'Allemagne est le premier pays avec lequel la métropole a conclu un tel accord.

Dans le secteur, on parle de «Vaccinated Travel Flights» (en français: «vols de vaccinés»). Cela signifie que pratiquement seuls les passagers vaccinés sont susceptibles d'être à bord.

Est-ce que cela intéresse en Suisse?

Une telle coopération avec Singapour séduit également Swiss, filiale de Lufthansa:

«De telles coopérations nous intéressent et nous sommes en échange constant avec les autorités»
Marco Lipp, porte-parole de Swiss

Ces vols d'un genre particulier sont une option pour Swiss. Il appartient toutefois, aux autorités de créer les conditions-cadres appropriées.

L'aéroport de Zurich ne semble pas non plus opposé à l'idée de «Vaccinated Travel Flights»:

«En principe, nous accueillons favorablement toutes les mesures et réglementations qui rendent les voyages plus faciles et plus prévisibles»
Raffaela Ackermann, porte-parole de l'aéroport

Toutefois, la porte-parole ne dit pas si cela nécessiterait des changements d'infrastructure au sein de l'aéroport.

Qui aura le droit aux «Vaccinated Travel Flights»?

Sont éligibles les passagers qui sont entièrement vaccinés avec un vaccin de Pfizer-Biontech ou Moderna, entre autres. La nationalité allemande n'est pas requise. Néanmoins, pour les voyageurs venus de Suisse qui voudraient prendre ces vols, cela se complique. En effet, la vaccination doit avoir été effectuée en Allemagne ou à Singapour. Et avant le départ, il faut avoir passé 21 jours consécutifs en Allemagne.

En outre, deux tests PCR négatif sont toujours requis: un avant le départ et un à l'arrivée. Sur place, il est impératif de rester dans son logement jusqu'à la réception du résultat du second test (celui après l'arrivée sur place). En outre, d'autres tests PCR pourraient être imposés en fonction de la durée du séjour.

L'effort reste important. Mais cette solution montre à quel point les compagnies aériennes tentent désespérément d'augmenter à nouveau le nombre de réservations – souvent de leur propre initiative, car de nombreux gouvernements prennent leur temps.

Qu'en pense-t-on du côté des autorités Suisses?

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et le Département des affaires étrangères (DFAE) ont été surpris par la question posée par nos confrères de CH Media. Cependant, Christian Schubert, porte-parole de l'Office fédéral de l'aviation civile (Ofac), indique qu'ils ont également été contactés par Singapour. Il commente:

«Dans l'intérêt des voyageurs et des compagnies aériennes, nous sommes intéressés par les moyens mis en place pour rendre les vols à nouveau plus faciles et prévisibles, malgré Covid-19»
Christian Schubert, porte-parole de l'Office fédéral de l'aviation civile

Il a toutefois été décidé d'attendre les premières expériences des vols de la Lufthansa avant de se lancer.

Objectif pour Swiss? Le retour des vols vers les Etats-Unis

Chez Swiss, Marco Lipp ne précise pas quels pays sont concernés par les «Vaccinated Travel Flights» de Swiss à l'avenir. Ce qui est clair, en revanche, c'est que la compagnie aérienne espère, depuis longtemps, l'ouverture des Etats-Unis, le marché le plus important de Swiss. Car aujourd'hui encore, seuls les citoyens américains, leurs conjoints et les hommes d'affaires peuvent se rendre à New York, San Francisco ou Boston avec un visa, qu'ils soient vaccinés ou non.

Lufthansa, quant à elle, ne s'attend pas à ce que les Etats-Unis s'ouvrent avant la fin de l'année, comme l'a déclaré jeudi le vice-président et ex-PDG de Swiss, Harry Hohmeister, lors d'un congrès de l'industrie en Allemagne: «De manière réaliste, nous ne pourrons pas nous attendre à cela avant la fin du quatrième trimestre», a-t-il déclaré selon le Handelsblatt. Il avait été trop optimiste par le passé en pensant que cela se produirait déjà en juillet.

Adapté de l'allemand par jah, le texte original ici.

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
A Moscou, les héritiers de Poutine se battent déjà pour le pouvoir
La guerre contre l'Ukraine modifie également la structure du pouvoir à Moscou. Les potentiels successeurs de Poutine se préparent-ils déjà à le remplacer? Une chose est sûre, l'opinion publique russe semble se diviser.

La guerre contre l'Ukraine a remis en question de nombreuses certitudes, y compris pour le chef du Kremlin Vladimir Poutine. Jusqu'à présent, ce dernier a toujours pu compter sur l'armée comme principal pilier de son régime. Mais après sept mois de revers militaires, il ne reste plus grand-chose des troupes russes. Une situation qui a poussé des acteurs qui comptaient jusqu'à présent parmi les plus fidèles compagnons d'armes de Poutine, à sortir de leur silence.

L’article