DE | FR

Le changement climatique pourrait coûter plus cher que le Covid-19

Si aucune mesure n'est prise pour stopper la crise climatique, les 48 pays les plus riches du globe (qui représentent 90% de l'économie mondiale) vont souffrir de conséquences beaucoup plus lourdes que celles entraînées par la pandémie.
08.06.2021, 19:00

Lorsqu'on parle du changement climatique, on se concentre, le plus souvent, sur ses conséquences environnementales, au risque d'en oublier une autre, peut-être encore plus concrète: l'impact sur l'économie et, par conséquent, sur notre argent.

Cela vous paraît abstrait? Une récente étude réalisée par le Swiss Re Institute donne un exemple qui vaut mille explications: la crise climatique va impacter les économies des pays riches deux fois plus que le Covid-19.

Si la température moyenne augmente de 2°C d’ici 2050, le PIB mondial pourrait perdre 11% chaque année, détaille le Guardian. Par comparaison, l’économie a reculé d’environ 4,2% avec la crise sanitaire.

Et cela n'est que le scénario le plus light envisagé par l'étude: si aucune mesure n'est prise, les températures pourraient augmenter de 3,2°C, ce qui entraînerait une diminution de 18% du Pib au niveau mondial au cours des 30 prochaines années.

Cela ne va pas frapper tous les pays de la même manière, détaille Swiss Re. Si les températures vont augmenter de 3,2°C, la Chine risque de perdre près d'un quart de son PIB (24%), alors les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni subiraient tous une perte d'environ 10%. En Suisse, le PIB enregistrerait des pertes annuelles de 6%.

Perte de terres et maladies

Mais concrètement, de quelle manière le changement climatique va-t-il impacter l'économie? De plusieurs manières.

  • Tout d'abord, en aggravant l'impact des catastrophes naturelles, ce qui peut provoquer des pertes de revenus et de productivité substantielles, explique l'étude.
  • L'élévation du niveau des mers entraîne, par exemple, la perte de terres qui auraient pu être utilisées de manière productive.
  • De plus, le réchauffement climatique peut causer des coûts induits, par exemple sur la santé, explique le Parisien. Ceux-ci peuvent être liés à des événements comme les canicules ou à des maladies telles que la dengue ou le paludisme, qui ont tendance à se multiplier.
  • D’autres coûts vont être liés au tourisme, explique encore le quotidien français. Dans les stations de montagne, les sports d’hiver seront par exemple de moins en moins possibles.

«Compte tenu des conséquences mises en évidence dans cette analyse, la nécessité d'agir est indiscutable», estiment les auteurs de l'étude. (asi)

Et sinon, pour rester sur les catastrophes naturelles, voici l'éruption du Nyiragongo en mai 2021

1 / 10
Eruption du Nyiragongo en mai 2021
source: sda / rebecca blackwell
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pour en savoir plus sur l'actu écolo

Orages, grêle, le ciel est-il en train de nous tomber sur la tête?

Link zum Artikel

La plus grosse étude sur les glaciers est bien déprimante

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Climat: «On n’a plus d’autre choix que de paralyser une ville»

Link zum Artikel

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La politique russe est grossière», le diplomate qui a lâché Poutine balance
Il a démissionné à Genève et sa décision fait le tour du monde. Boris Bondarev a osé, il a lâché la Mission russe. Il commente sa situation dans une interview à 24 heures, voici ce qu'il faut en retenir.

La décision a provoqué un séisme dans le monde bien rangé de la Genève internationale et a provoqué des remous dans le monde entier: Boris Bondarev, un haut diplomate russe, a démissionné avec fracas en réglant ses comptes avec Poutine.

L’article