DE | FR

Les Suisses boivent plus d'alcool que la moyenne

La consommation excessive d'alcool fait perdre en moyenne près d'un an d'espérance de vie aux populations de 52 pays, selon un rapport de l'OCDE. La consommation des Suisses est supérieure à la moyenne.



Dans son rapport publié mercredi, l'organisation internationale encourage donc les pays à «redoubler d'efforts pour lutter contre» ce phénomène, notamment en limitant la promotion de l'alcool auprès des enfants et en favorisant des prix plus élevés.

«L'espérance de vie sera inférieure de près d'un an (0.9) au cours des 30 prochaines années en raison des maladies et des blessures» causées par la «consommation nocive d'alcool», calcule l'Organisation de coopération et de développement économiques dans ce rapport, qui porte sur 52 pays de l'OCDE, de l'Union européenne et du Groupe des 20 (G20).

Les Suisses boivent plus que la moyenne

Les huit pays les plus affectés se situent tous en Europe centrale et orientale, avec 1.4 à 1.8 année d'espérance de vie en moins, Lituanie, Russie et Pologne figurant en tête du classement. La France se situe juste au-dessus de la moyenne, tandis que la Turquie et Israël apparaissent comme les moins concernés.

En termes de consommation, la République tchèque arrive en tête de liste. Avec 11.5 litres d'alcool pur bus par habitant et par an, la Suisse a une consommation d'alcool élevée, supérieure à la moyenne des pays de l'OCDE, note le rapport. Cela correspond à environ 2.4 bouteilles de vin ou 4.4 litres de bière par semaine par personne de 15 ans et plus.

En outre, 35.6% des adultes ont une consommation épisodique excessive d'alcool au moins une fois par mois. Cela correspond à boire plus de 80% d'une bouteille de vin ou 1.5 litre de bière par occasion.

En Suisse, 4.3% des adultes sont dépendants à l'alcool. Chez les jeunes de 15 ans, 10% des filles et 17% des garçons ont été ivres au moins deux fois dans leur vie, indique encore l'OCDE.

Pas de niveau reconnu scientifiquement

Il n'y a pas de niveau de consommation d'alcool reconnu scientifiquement comme sans risque pour la santé. Dans le cadre de ce rapport, l'OCDE définit la «consommation nocive d'alcool» comme excédent «un seuil à moindre risque» fixé à «plus d'un verre d'alcool par jour chez les femmes et 1.5 verre chez les hommes».

Les résultats sont obtenus en comparant l'espérance de vie en 2050 si les habitudes de consommation actuelles persistent avec un scénario où la consommation ne dépasserait pas ce «seuil à moindre risque».

L'OCDE chiffre aussi le fardeau à 2.4% du total des dépenses de santé et estime que le PIB sera inférieur de 1.6% en moyenne chaque année dans les pays de l'OCDE au cours des 30 prochaines années si les choses ne changent pas. Les données de ce rapport datent d'avant la pandémie de Covid-19.

Impact de la pandémie

Selon une enquête menée en mai et juin 2020 dans 11 pays, si 42% des personnes interrogées déclarent n'avoir pas modifié leur consommation d'alcool, 36% estiment l'avoir augmentée quand seulement 22% disent l'avoir diminuée.

«Les femmes, les parents de jeunes enfants, les personnes à revenu élevé et celles présentant des symptômes de dépression et d'anxiété» sont ceux qui «ont fait état des plus fortes hausses de consommation d'alcool».

Selon l'organisation, «la stratégie la plus efficace» pour lutter contre la consommation nocive d'alcool passe par «limiter la promotion de l'alcool auprès des enfants», «renforcer les contrôles de police pour prévenir les accidents de la route dus à l'alcool», «développer l'offre de consultation pour les patients à risque» et «fixer des politiques de prix pour limiter l'accessibilité financière de l'alcool». (ats/afp)

La cérémonie des Brit Awards

1 / 9
La cérémonie des Brit Awards
source: sda / ian west
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ces gens passent une plus mauvaise journée que vous

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le changement climatique pourrait coûter plus cher que le Covid-19

Si aucune mesure n'est prise pour stopper la crise climatique, les 48 pays les plus riches du globe (qui représentent 90% de l'économie mondiale) vont souffrir de conséquences beaucoup plus lourdes que celles entraînées par la pandémie.

Lorsqu'on parle du changement climatique, on se concentre, le plus souvent, sur ses conséquences environnementales, au risque d'en oublier une autre, peut-être encore plus concrète: l'impact sur l'économie et, par conséquent, sur notre argent.

Cela vous paraît abstrait? Une récente étude réalisée par le Swiss Re Institute donne un exemple qui vaut mille explications: la crise climatique va impacter les économies des pays riches deux fois plus que le Covid-19.

Si la température moyenne augmente de …

Lire l’article
Link zum Artikel