DE | FR
En juin dernier, l'épouse d'un activiste emprisonné au Maroc a reçu un iMessage malveillant qui n'a fait aucun bruit mais qui a permis à Pegasus de s'activer sur le téléphone.
En juin dernier, l'épouse d'un activiste emprisonné au Maroc a reçu un iMessage malveillant qui n'a fait aucun bruit mais qui a permis à Pegasus de s'activer sur le téléphone.Image: Shutterstock

Comment Pegasus prouve que l'Iphone n'est pas aussi sûr que le prétend Apple

Apple met régulièrement en avant la sécurité de ses smartphones. Le logiciel espion Pegasus a pourtant pu infiltrer l'Iphone en utilisant les failles de son système. Explications.
21.07.2021, 08:53
Suivez-moi

Malgré son prix, l'Iphone est loin d'être aussi inviolable que le prétend Apple. Voilà le constat qui s'impose à la suite des dernières révélations concernant Pegasus, ce logiciel espion développé par la société israélienne NSO et qui a infecté plus de 50 000 téléphones à travers le monde.

En juin dernier, l'épouse d'un activiste emprisonné au Maroc a reçu un iMessage malveillant qui n'a fait aucun bruit mais qui a permis à Pegasus de s'activer sur le téléphone. Dès ce moment-là, le logiciel pouvait accéder aux messages, aux contacts, aux réseaux sociaux, aux photos et aux vidéos, consulter l'historique internet, activer le micro, la caméra ou encore suivre l'utilisatrice à la trace. C'est ce que révèle l'analyse menée par le Security Lab d'Amnesty International.

Il n'est pas nécessaire que l'utilisateur clique sur un lien malveillant, il suffit que le message s'affiche pour que Pegasus soit capable d'infiltrer l'iPhone, même les versions les plus récentes. Et bien qu'Apple se positionne régulièrement comme une marque cherchant à protéger la vie privée de ses utilisateurs, les vulnérabilités de iMessage, Apple Music, Photos ou de Safari ont déjà été pointées du doigt par le passé, notamment par des chercheurs de Google.

«Votre iPhone utilise un code non sécurisé pour traiter de données qui vous sont envoyées par Internet. N'importe quel étudiant en sécurité pourrait voir que c'est un problème»
Bill Maczak, expert en sécurité cité par France Info

En réalité, pirates et développeurs se livrent une véritable guerre de vitesse, les premiers cherchant à trouver de nouvelles brèches à chaque fois que les seconds comblent les anciennes. Autant dire que NSO et Pegasus semblent avoir pris une avance considérable dans le domaine.

Depuis la révélation du scandale Pegasus, Apple tente néamoins de se défendre en assurant être à la pointe de l'innovation et investir massivement pour lutter contre les brèches. «Nous avons considérablement renforcé la sécurité de notre système d’exploitation iOS15 et nous allons continuer de le faire», explique la marque, interrogée par Radio France.

«Les attaques de ce type coûtent des millions à mettre au point et ont souvent une durée de vie limitée, car on les identifie et on trouve des parades»
Apple

Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Talk: Estelle, 22 ans, lieutenante

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une enquête révèle que Trump était jaloux d'Hitler
L'ancien président digérait mal l'idée de ne pas avoir des généraux aussi «soumis» que ceux du Troisième Reich, agacé de ne pas être en mesure d'user de son pouvoir comme bon lui semblait. En 2020, une semaine après la mort de George Floyd, l'ex-président voulait que l'armée «tire dans les jambes des manifestants» du mouvement Black Lives Matter.

Donald Trump: «Putains de généraux, pourquoi vous ne pouvez pas être comme les généraux allemands?»

John Kelly: «Quels généraux?»

D.T: «Les généraux allemands pendant la Seconde Guerre mondiale»

J.K: «Vous savez qu'ils ont tenté de tuer Hitler trois fois et qu'ils ont presque réussi?»

D.T: «Mhm...»

L’article