DE | FR

La Syrie reçoit 6,4 milliards de dollars d'aide... moins que prévu

epa04995259 Two young Syrian boys hold hands as they walk past destroyed houses in rebel-held area of Douma, outskirts of Damascus, Syria, 25 October 2015. More than 250,000 people have died in the Syrian conflict, according to estimates by the United Nations. The conflict broke out in 2011 as protests against al-Assad's rule devolved into violence after a heavy-handed crackdown by authorities. EPA/MOHAMMED BADRA

Image: EPA

Les donateurs internationaux ont promis mardi 6,4 milliards de dollars d'aide en faveur du peuple syrien et de ses réfugiés. En nette baisse par rapport à l'année précédente et très en-deçà de l'objectif de 10 milliards fixé par l'Onu.



La cinquième édition de la «Conférence de Bruxelles pour la Syrie» se tenait virtuellement. Les promesses d'aides totalisent 4,4 milliards de dollars pour l'année 2021, ainsi que 2 milliards pour 2022. Une baisse significative comparée à l’année précédente.

Janez Lenarcic, le commissaire européen, n'a pas donné immédiatement d'explications sur ce recul. L'évènement de deux jours, tenu virtuellement pour cause de pandémie, a réuni quelque 80 délégations, mobilisées pour les millions de déplacés et de réfugiés.

L'Allemagne donne un tiers des engagements annoncés

L'Allemagne, par la voix de son chef de la diplomatie Heiko Maas, s'est engagée à verser à elle seule 1,74 milliard d'euros, et les Etats-Unis quelque 510 millions d'euros.

Cette cinquième édition de la «Conférence de Bruxelles pour la Syrie» vise aussi à soutenir les pays voisins de la Syrie. Ceux-ci ont accueilli 80% des réfugiés syriens ayant dû fuir leur pays. L'aide financière doit notamment faciliter l'accès à l'enseignement pour les enfants réfugiés.

L'ONU avait appelé à des dons d'au moins 10 milliards de dollars pour l'année en cours, rappelant que 24 millions de personnes ont besoin de soutien en Syrie et dans la région, soit 4 millions de plus que l'an dernier.

90% des Syriens vivent dans la pauvreté

Depuis le début de la guerre en mars 2011, la moitié de la population syrienne avait dû fuir et qu'aujourd'hui encore 90% des Syriens vivent dans la pauvreté. Dans le nord-ouest de la Syrie, près de trois millions de personnes dépendent de l'aide humanitaire pour survivre.

Plus de 387 000 morts

Déclenché en mars 2011 par la répression d'une révolte populaire, le conflit en Syrie s'est transformé en guerre dévastatrice, qui a fait plus de 387.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La guerre a aussi poussé à l'exode des millions de personnes. Lundi, devant le Conseil de sécurité de l'ONU à New York, les Etats-Unis ont réclamé la réouverture de points d'accès humanitaires aux frontières syriennes, fermés en 2020 sous pression russe. (ga/ats)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Une frappe française a tué 19 civils lors d'un mariage au Mali

L'ONU vient de rendre une enquête accablante pour la France. Son armée est accusée d'avoir participé à la mort de 19 maliens réunis pour un mariage en janvier.

Une enquête des Nations unies conclut qu'une frappe aérienne conduite par l'armée française, au Mali, en janvier, a tué 19 civils réunis pour un mariage. Les djihatistes ne seraient donc pas les seuls responsables de ce drame, comme l'a soutenu Paris jusqu'alors.

L'enquête a été menée par la Division des droits de l'Homme de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), appuyée par la police scientifique des Nations unies, sur les évènements survenus le 3 janvier près de Bounti, là:

Ce jour-là, au moins …

Lire l’article
Link zum Artikel