DE | FR

Marioupol est sur le point de tomber aux mains des russes

Le théâtre de Marioupol, le 4 avril 2022.
Le théâtre de Marioupol, le 4 avril 2022.Image: sda
Les autorités ukrainiennes s'attendent sous peu à une offensive massive à Marioupol, tandis que les forces russes maintiennent mardi leur pression sur la ville portuaire stratégique, et que ses derniers défenseurs sont à cours de munition.
12.04.2022, 07:2012.04.2022, 10:58

Alors que Moscou a fait de la conquête totale du Donbass son objectif prioritaire, Kiev a annoncé s'attendre, à brève échéance, à une importante offensive dans cette région.

«Il est probable qu'à l'avenir, l'ennemi tentera de prendre le contrôle de Marioupol, de s'emparer de Popasna (située entre Donetsk et Lougansk, ndlr) et de lancer une offensive en direction de Kurakhove (à l'ouest de Donetsk) afin d'atteindre les frontières administratives de la région de Donetsk», a affirmé mardi matin l'état-major de l'armée ukrainienne sur Facebook.

Attaque imminente

«Selon nos informations, l'ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l'est. L'attaque aura lieu très prochainement», avait averti auparavant le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.

A Washington, un haut responsable du Pentagone a confirmé que les forces russes se renforcent autour du Donbass, et notamment près de la ville stratégique d'Izioum.

Des analystes estiment que Vladimir Poutine, embourbé face à la résistance acharnée des Ukrainiens, veut obtenir une victoire dans cette région avant le défilé militaire du 9 mai marquant sur la Place Rouge la victoire soviétique sur les nazis.

Etat sur place

La situation à Marioupol, assiégée depuis plus de 40 jours par l'armée russe et largement détruite, est dramatique. Selon le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaylo Podolyak, «des dizaines de milliers» de personnes y ont péri et «90% des maisons» ont été détruites, a-t-il écrit sur Twitter, ajoutant que «les soldats ukrainiens sont encerclés et bloqués».

Le maire-adjoint de la ville Sergueï Orlov a déclaré à la BBC que «les combats pour Marioupol continuent». «Les Russes ont temporairement occupé une partie de la ville. Les soldats ukrainiens continuent de défendre le centre et le sud de la ville, ainsi que les zones industrielles», a-t-il précisé.

«La défense de Marioupol continue», a renchéri l'armée de terre ukrainienne sur Telegram, assurant lundi que «la connexion avec les unités des forces de défense qui tiennent héroïquement la ville est stable et maintenue».

Une bataille cruciale

«La bataille pour le Donbass durera plusieurs jours, et pendant ces jours nos villes pourraient être complètement détruites», a prédit pour sa part sur Facebook Serguiï Gaïdaï, le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, dans le Donbass, en appelant de nouveau les civils à quitter la région. Selon lui, «le scénario de Marioupol peut se répéter dans la région de Lougansk».

«La bataille pour les régions de Donetsk et Lougansk est un moment crucial de la guerre», a déclaré sur Telegram le chef de cabinet de M. Zelensky, Andriï Yermak. «Pour l'Ukraine, c'est l'occasion de priver la Russie de la possibilité de poursuivre son agression en défaisant son armée». «Pour l'Occident, il s'agit également d'une bataille fondamentale, car notre victoire dépend de la rapidité de la prise de décision en matière d'armement», a-t-il ajouté. (mbr/ats)

Dimitri Peskov, porte-parole de la Russie invité sur LCI avec Rochebin

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Kim Jong-un a passé un savon à ses fonctionnaires pour leur gestion du Covid
Kim n'est pas content. Du tout. Le dirigeant nord-coréen a fustigé ses fonctionnaires, responsables selon lui de l'aggravation de l'épidémie de Covid-19 dans son pays.

Il faut dire que les chiffres ne sont pas bons: mardi soir, la Corée du Nord recensait 232 880 nouveaux cas de «fièvre» supplémentaires, portant le bilan total à 1,72 million cas, et 62 décès, selon l'agence officielle KCNA.

L’article