DE | FR
Le président russe Valdimir Poutine lors du défilé du Jour de la Victoire à Moscou, en Russie.
Le président russe Valdimir Poutine lors du défilé du Jour de la Victoire à Moscou, en Russie.Image: EPA

Pourquoi Poutine se doit de gagner la guerre avant le 9 mai

Face aux difficultés rencontrées dans son invasion ukrainienne, le gouvernement de Vladimir Poutine a annoncé vendredi une nouvelle stratégie. Une décision soudaine qui semble être pressée par l'histoire de la Russie.
31.03.2022, 10:2431.03.2022, 12:01
Suivez-moi

Depuis plusieurs semaines, Vladimir Poutine n'a qu'un mot en bouche: «dénazifier». Une mesure allemande mise en place après la Seconde Guerre mondiale afin de libérer le pays des traces du national-socialisme d'Adolf Hitler. A l'égard de son invasion de l'Ukraine, le président russe s'est, de manière controversée, approprié le processus.

Pour mener à bien l'objectif du Kremlin, le plan était clair: envahir rapidement Kiev, la capitale ukrainienne, et y renverser le gouvernement. Pour autant, en pratique, plusieurs difficultés se sont présentées.

>>> La guerre en Ukraine: suivez le développement de la crise en direct <<<

Surprise générale

Accès complexe de la capitale, armée ukrainienne sous-estimée, révolte partisane considérable... depuis le 24 février, la Russie se révèle incapable de prendre le contrôle des principales zones ukrainiennes qu'elle visait. Malgré les bombardements, elle ne parvient pas à honorer son ambition première. Au fil du temps, les troupes de Moscou ont attaqué tant l'est, que le sud et le nord-est de l'Ukraine. Puis, le vendredi 25 mars, Moscou a pris une nouvelle décision plutôt inattendue.

Pour mieux comprendre les difficultés auxquelles fait face la Russie:

Au 30e jour de l'invasion ukrainienne, Sergueï Roudskoï, adjoint au chef de l'état-major russe, a signalé avoir atteint les objectifs initiaux. Il a déclaré se révéler désormais apte à «concentrer le gros des efforts sur le but principal: la libération du Donbass» qui se trouve à l'est du pays, a-t-on pu lire dans BFM. L’idée n'est donc plus d'agir sur trois fronts distincts, mais plus que sur un seul d'entre eux. Pour le média français, ce revirement stratégique s'explique par l'approche d'une date symbolique: le 9 mai.

De la commémoration à la prise de position

Dans un peu plus d'un mois, la Russie fêtera son «jour de la Victoire». Il s'agit de la commémoration de l'acte de capitulation de l'Allemagne nazie face aux troupes alliées. Lesquelles comptaient, parmi elles, l'Union soviétique. Son calendrier est différent du 8 mai occidental, en raison du décalage horaire.

En 2021, plus de 12 000 hommes ainsi qu'une centaine de véhicules et de systèmes d'armements ont défilé à l'issue du discours délivré par le chef d'état russe, décrivait RTBF le soir de la célébration. Sauf que dans les faits, depuis 78 ans, plus que commémoratif, le message se veut surtout politique.

1 / 14
Le défilé de l'armée russe sur la Place Rouge
source: sda / maxim shipenkov
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le 9 mai est devenu davantage une journée durant laquelle la Russie démontre sa force militaire à partir d'une culture historique fondée sur le triomphe anti-hitlérien. Comme l'a expliqué lundi au Parisien Pierre Servent, consultant en défense, «depuis le début, Poutine a placé son offensive sous le signe du combat d’un prétendu nouveau nazisme. Il a besoin de succès marquants pour aussi faire du 9 mai la célébration de la victoire de l’armée russe face à ces nouveaux nazis en Ukraine».

Marioupol en ligne de mire

D'autant plus qu'à l'est de l'Ukraine, se trouve Marioupol. Une ville portuaire et industrielle de l'oblast de Donetsk où réside notamment la brigade Azov. Un groupe constitué de membres de l’extrême droite et qui, d'après le général Dominique Trinquand, expert militaire et ancien chef de la mission militaire française, peut être identifié comme nazi. «Donc pour Vladimir Poutine, s'il arrive à montrer des images de combattants néonazis tués, il pourra justifier son action de dénazification de l'Ukraine.», a-t-il déclaré sur Franceinfo.

Rien ne dit cependant qu'une fois le Dombass envahi, les troupes russes cesseront leur intervention, avertit Pierre Servent: «puisque Poutine a été mis au régime lors du premier mois, s’il a Marioupol et tout le Donbass, il pourrait aller vers le Sud et Odessa, et faire la jonction avec la Transnistrie moldave, qui a des stocks d’armement importants. Ça donnerait un bastion russe avec la Crimée absolument considérable.»

Un Ukrainien découvre une roquette dans sa cuisine

Et pour en savoir plus sur Vladimir Poutine...

Comment un fils d'ouvrier est devenu l'homme le plus puissant de Russie

Link zum Artikel

Comment la personnalité de l'année 2007 est devenue un «criminel de guerre»

Link zum Artikel

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Qui est la maîtresse russe de Poutine, qu'on dit planquée en Suisse?

Link zum Artikel

Trois idées reçues sur Vladimir Poutine à démystifier

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article