DE | FR
L'attaque russe en Ukraine pourrait se dérouler le mercredi 16 février, a mis en garde la CIA ce 14 février 2022.
L'attaque russe en Ukraine pourrait se dérouler le mercredi 16 février, a mis en garde la CIA ce 14 février 2022.Image: AP

Vers une guerre en Europe? Le résumé de la situation en 7 points

Les Etats-Unis ont déplacé leur ambassade en Ukraine, Kiev a répété vouloir rejoindre l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) et la Russie a estimé qu'il y avait «toujours une chance» de trouver un compromis. Voici les dernières nouvelles sur la crise ukrainienne.
14.02.2022, 22:2815.02.2022, 17:34

La situation reste explosive en Ukraine: pendant le week-end, la Russie a renforcé son dispositif militaire à la frontière. Selon les Etats-Unis, Poutine pourrait attaquer «à tout moment».

Les Américains ont ainsi tempéré l'espoir d'un retour au calme. En effet, les Occidentaux et Moscou ont évoqué, lundi, une chance d'issue diplomatique pour écarter le risque d'une guerre en Ukraine.

Confusion avec la date de l'invasion

L'attaque russe pourrait se dérouler le mercredi 16 février, a mis en garde la CIA ce lundi. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également affirmé que son pays «avait été informé» qu'il serait «attaqué» par Moscou à la même date.

Un peu plus tard cependant, un conseiller ukrainien a relativisé les propos du président, en affirmant que celui-ci était «ironique» lorsqu'il évoquait la date du 16 février.

Ambassade américaine déplacée

Les Etats-Unis ont décidé de déplacer leur ambassade en Ukraine de Kiev à Lviv, dans l'ouest du pays, face à «l'accélération spectaculaire» du déploiement de forces russes à la frontière, où environ 140 000 soldats sont amassés. C'est ce qu'a annoncé lundi le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken.

Cette décision vise à garantir la «sécurité des Américains» dans le pays.

«Nous sommes en train de relocaliser temporairement les opérations» de l'ambassade à Kiev «vers Lviv», a déclaré Antony Blinken.
«Nous sommes en train de relocaliser temporairement les opérations» de l'ambassade à Kiev «vers Lviv», a déclaré Antony Blinken.Image: sda

Olaf Scholz à Kiev et Moscou

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est rendu à Kiev, où il a mis en garde Moscou. «Personne ne doit douter de la détermination et de la préparation de l'Union européenne (UE)» à réagir en cas d'attaque, a-t-il assuré.

Le chancelier allemand a rencontré lundi le président ukrainien à Kiev.
Le chancelier allemand a rencontré lundi le président ukrainien à Kiev.Image: sda

«Nous prendrons des mesures de grande envergure qui auront des répercussions importantes sur les possibilités d'évolution économique de la Russie», a-t-il mis en garde. «C'est ce que je soulignerai demain à Moscou.» Le dirigeant allemand se rendra mardi en Russie.

Solution diplomatique

Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a estimé qu'il y avait «toujours une chance» de trouver un compromis.

«Nos possibilités sont loin d'être épuisées», a affirmé Sergueï Lavrov lors d'une réunion avec Vladimir Poutine retransmise à la télévision, proposant même de «prolonger et d'élargir» le dialogue.

Le Kremlin a en outre annoncé la fin de certaines manœuvres militaires, au moment où la crainte d'une invasion imminente atteignait son pic.

Kiev veut toujours rejoindre l'Otan

La Russie a constamment nié toute velléité agressive. Elle se dit à l'inverse menacée par l'expansion des moyens de l'Otan en Europe de l'Est et réclame des «garanties de sécurité», notamment l'assurance que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'Otan.

Image: sda

Au risque d'irriter le Kremlin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réitéré lundi que Kiev voulait rejoindre l'Otan afin de «garantir sa sécurité».

La Suisse appelle à la désescalade

En tant qu'Etats neutres, la Suisse et l'Autriche appellent à la désescalade dans le conflit ukrainien. Le chancelier autrichien Karl Nehammer a été reçu lundi à Zofingue (AG) avec les honneurs militaires par le président de la Confédération Ignazio Cassis.

Il faut parler avec l'Ukraine et non de l'Ukraine, a dit pour sa part le président de la Confédération. Une médiation n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. Mais «nous proposons bien sûr nos bons offices», a-t-il ajouté. Et d'insister sur la voie diplomatique, notamment via l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

La population se prépare

En attendant d'hypothétiques progrès sur le front diplomatique, dans le sud-est de l'Ukraine, à proximité de la ligne de front avec des séparatistes prorusses, la population se mobilise dans la perspective d'une attaque.

Des civils ukrainiens reçoivent un entraînement militaire basique en vue d'une invasion.
Des civils ukrainiens reçoivent un entraînement militaire basique en vue d'une invasion.Image: Keystone

«Nous creusons des tranchées dans lesquelles les soldats ukrainiens pourront facilement sauter et se défendre», explique ainsi Mikhaïlo Anopa, quinze ans.

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les résultats du 13 février:

Votations: notre résumé (les Alémaniques fusillent l'aide aux médias)

Link zum Artikel

Comment se réveillent les journaux romands après le «non» à l'aide à la presse?

Link zum Artikel

Refus d'aider les médias: «Une partie du peuple a voté avec ses tripes»

Link zum Artikel

Votations: la santé fait un tabac, mais la clope n'est pas un cervelas

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Va te faire foutre Hanouna»: Jawad dans TPMP, ça ne passe pas
C'est une histoire courte. «Touche pas à mon poste» annonce sur Twitter la venue de Jawad Bendaoud lundi soir en direct. Quelques minutes plus tard, sa présence est annulée. Entre les deux? L'émoi et le dégoût. Récit éclair.

C'est l'histoire d'un «logeur» délogé à la vitesse de la lumière. Jawad Bendaoud, autoproclamé «logeur de djihadistes» et célèbre (puis condamné) pour avoir loué un squat pour 150 euros la nuit à deux terroristes durant les attentats du 13 novembre 2015, aurait dû s'exprimer pour la première fois chez Cyril Hanouna. Lundi soir. En direct. Mais l'annonce publiée par Touche pas à mon poste (TPMP) sur Twitter a suscité un tel émoi que, quelques minutes plus tard, sa venue a été purement et simplement annulée.

L’article