DE | FR
Le tireur d'élite franco-canadien avait répondu à l'appel de Zelensky à la fin du mois de février.
Le tireur d'élite franco-canadien avait répondu à l'appel de Zelensky à la fin du mois de février.

Poutine peut trembler: Wali, le sniper aux «40 morts par jour», est vivant

Il aurait tué un gradé russe à 1,5km de distance, réchappé à plus de 1000 obus et a même dû démentir sa propre mort. Wali, «meilleur tireur d'élite du monde» et star franco-canadienne de la guerre, avait quitté femme et enfant pour rejoindre la résistance ukrainienne. Et il va bien.
04.04.2022, 07:1504.04.2022, 17:56
Suivez-moi

«J'ai l'impression de voir la Seconde Guerre mondiale en couleur!» Ce message enveloppé d'angoisse et d'adrénaline, Wali l'a posté sur son blog peu après son arrivée sous les bombes russes. Le tireur d'élite franco-canadien, au tableau de chasse enviable (pour ceux qui aiment tuer), avait répondu à l'appel de Zelensky à la fin du mois de février.

Et celui qui serait capable de tuer «40 hommes par jour» au front est bien vivant. Le détail a son importance, car il y a quelques jours, Wali a dû démentir sa propre mort. Mi-mars, depuis des recoins mal éclairés de l'internet chinois, on avait annoncé, à tort, que la star était tombée sous les tirs d’un confrère sniper de l'armée russe. Certaines sources douteuses diffusaient même des images de ce qui devait être son enterrement.

«J’ai été le dernier à apprendre que j’étais mort»
Wali, au journal Toronto Star

Des rumeurs certes aussi efficaces qu'une 4G dans un wagon CFF, mais qui ont suffi à faire suer bon nombre de ses fans éparpillés dans le monde entier. Il faut dire que l'homme n'est pas le premier type en treillis venu. Ancien pilier de l'armée canadienne en Afghanistan et en Syrie, Wali a trouvé le temps d'abattre deux autobiographies, alors qu'un documentaire retrace sa carrière de tueur professionnel un peu comme si Michael Bay était à la réalisation.

Il va bien, mais c'est chaud:

«D'après moi, j'ai reçu 1000 obus proches de moi, parce que c'est continuel»
Wali à la radio 98.5 FM

Le 31 mars 2022, le soldat, aussi à l'aise sous les spotlights que sur un champ de bataille, a posé son arme le temps de répondre à une rafale de questions posées par le journal allemand Bild. Et à entendre sa répartie, il n'a rien perdu de sa niaque.

«Dans les films hollywoodiens, les snipers sont les grands héros, mais dans une guerre comme celle-ci, on se sent petit»
Wali, tueur à plein-temps.
Capture d'écran de son entretien vidéo avec <em><a target="_blank" rel="nofollow" href="https://www.bild.de/bild-plus/politik/ausland/politik-ausland/bester-scharfschuetze-der-welt-sniper-wali-ueber-seinen-einsatz-in-der-ukraine-79610292,view=conversionToLogin.bild.html">Bild</a></em>, fin mars.
Capture d'écran de son entretien vidéo avec Bild, fin mars.

Un entretien dans lequel il raconte aussi le jour où son abri a été avalé par les flammes: «Je tousse encore, nous avons tous inhalé de la suie et de la fumée. Les combats de rue étaient très violents. Chaque jour, nous regardions la mort dans les yeux. A plusieurs reprises».

Il en profite même pour lancer une pique en traitant, en gros, les soldats de Poutine de bourrins dénués du moindre doigté:

«Les Russes ne visent pas, ils tirent sans discernement. Ils essaient simplement de tout détruire. Quand ils avancent, nous devons riposter pour montrer que nous sommes toujours là»
Wali, sniper star canadienne

Wali, de son vrai nom Olivier Lavigne-Ortiz, a beau être un sniper professionnel que rien n'arrête (à part peut-être une interview avec le journal Bild et son blog qu'il faut bien mettre à jour), a un cœur au moins aussi gros que son ego. Et quand il dégomme des soldats russes, ce n'est jamais gratuitement.

«J'étais très ému lorsque nous sommes parvenus à reprendre une partie de la ville de Kiev et à libérer les habitants des Russes. Une femme debout devant sa maison bombardée m’a regardé, elle m’a souri. J’ai compris pourquoi je faisais tout ça. Je risque ma vie, mais ça en vaut la peine»

Si Wali a failli mourir, et pas seulement à cause de Chinois malveillants, le sniper veut continuer à filer un gros coup de pouce aux Ukrainiens. «Je veux voir mon fils grandir, mais ma mission ici n’est pas encore terminée. Mes tâches principales? Survivre, riposter, surveiller, attendre.»

Courage, soldat.💪

Un Australien découvre le cadavre d'une étrange créature sur la plage.

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Assaillis de cauchemars, des voleurs restituent des idoles hindoues
Les larrons n'ont pas tenu longtemps avant de rendre le butin, volé dans un temple vieux de trois siècles.

Des voleurs vivant dans le nord de l'Inde ont restitué de précieuses idoles qu'ils avaient dérobées dans un vieux temple hindou, confessant avoir été assaillis de «rêves effrayants». Ils n'ont pour l'instant pas encore été identifiés par la police.

L’article