DE | FR
Dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie, sous-estimer Poutine est «une grave erreur», avertissent plusieurs politologues.
Dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie, sous-estimer Poutine est «une grave erreur», avertissent plusieurs politologues.keystone

Russie-Ukraine: et si Vladimir Poutine gagnait?

La majorité des experts considèrent que la démarche du président russe est folle. Mais ils peuvent se tromper. Deux politologues ont déroulé leurs arguments dans le magazine Foreign Affairs.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
23.02.2022, 17:0424.02.2022, 11:26
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

Madeleine Albright a été secrétaire d'État américaine dans le gouvernement de Bill Clinton. Elle a aujourd'hui le statut de «Grand Old Stateswoman» de la géopolitique. Dans une chronique publiée dans le New York Times, elle porte un jugement accablant sur Vladimir Poutine:

«Au lieu de faire de la Russie une grande puissance, une invasion de l'Ukraine garantirait à Poutine de vivre dans la honte pour l'éternité. Son pays serait diplomatiquement isolé, économiquement affaibli et face à une alliance occidentale renforcée, stratégiquement vulnérable.»

Dans ce conflit, le fait qu'on ait plus ou moins laissé faire Poutine en 2014 ne devrait pas le rassurer. «Ce serait tout sauf une répétition des événements qui ont suivi l'annexion de la Crimée», a déclaré Madeleine Albright. «Ce serait plutôt un scénario qui rappellerait l'occupation soviétique ratée de l'Afghanistan».

Madeleine Albright.
Madeleine Albright.EPA/EPA

«Le fait qu'il dispose d'un arsenal d'armes nucléaires n'aidera pas non plus Poutine», poursuit Albright. Il sera un paria de la politique mondiale, entouré de «personnes comme Bachar-al Assad, Alexandre Loukachenko et Kim Jong-un».

Il y a cependant un «mais», et même un très gros. Les deux politologues Liana Fix et Michael Kimmage livrent une analyse complètement opposée de la situation dans le magazine Foreign Affairs.

Les deux politologues rappellent la guerre civile en Syrie et l'appréciation des événements. Et, à l'époque aussi, on disait que les Russes s'engageaient sur un terrain boueux dans lequel ils allaient s'embourber. Au final, cette supposition s'est avérée être une erreur. «Le gouvernement présidé par Obama n'a pas su anticiper ce qui se passerait si l'intervention russe réussissait», expliquent Liana Fix et Michael Kimmage. Résultat: la Russie est redevenue une puissance à prendre au sérieux au Proche-Orient.

Les deux politologues préviennent également que face à une action militaire russe, les Etats-Unis et leurs alliés ne sont absolument pas préparés à mettre en place un nouvel ordre de sécurité pour l'Europe.

Que se passera-t-il si Poutine met tous les atouts de son côté et gagne? Voici un résumé en sept points:

  • L'Otan perdra sa crédibilité. «Toute idée selon laquelle l'Otan pourrait continuer à garantir la paix sur le continent deviendrait un artefact d'un temps révolu», déclarent Liana Fix et Michael Kimmage.
  • Les Etats-Unis et l'Europe se retrouveraient dans une guerre économique permanente avec la Russie.
  • Les comparaisons avec la guerre froide deviendraient désuètes. «Au contraire, une occupation russe de l'Ukraine ouvrirait une vaste zone de déstabilisation et d'insécurité qui s'étendrait depuis l'Estonie et la Pologne jusqu'à la Turquie et la Roumanie», analysent Liana Fix et Michael Kimmage.
  • La position de l'Allemagne en Europe serait considérablement affaiblie. «Parce qu'elles disposent d'une puissance militaire plus forte, la France et la Grande-Bretagne prendraient le contrôle de l'Europe», expliquent-ils.
  • Les Etats de l'Est comme l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne et la Roumanie devraient accepter davantage de troupes de l'Otan sur leur sol.
  • Des millions de personnes fuiraient l'Ukraine. Une guérilla sanglante éclaterait dans les parties du pays qui ne seraient pas immédiatement vaincues.
  • La vague de réfugiés donnerait du grain à moudre à l'extrême droite dans toute l'Europe. Et Poutine l'exploiterait à son avantage.
  • Les Etats-Unis devraient repenser leur stratégie géopolitique. En effet, le gouvernement Biden voulait se préparer à tenir la Chine en échec. «Un succès de la Russie en Ukraine signifierait que les Etats-Unis devraient à nouveau se tourner vers l'Europe», selon Liana Fix et Michael Kimmage.

Sous-estimer Poutine est donc une grave erreur, avertissent-ils. «Une victoire de la Russie en Ukraine n'est pas de la science-fiction».

On peut aussi faire appel à l'histoire ou à William Shakespeare. Le comportement du président russe fait certes penser à un roi complètement fou, mais comme le disait déjà Polonius dans Hamlet: «De la folie, mais qui ne manque pas de méthode.»

Traduit de l'allemand par Nicolas Varin

Des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Grenoble autorise le burkini dans les piscines après un vote serré
Le sujet avait suscité une polémique politique nationale. C'est désormais chose faite: le conseil municipal de Grenoble a validé lundi une modification du règlement intérieur des piscines autorisant le port du burkini.

La délibération a été adoptée avec une courte majorité de 29 voix pour, 27 contre et deux abstentions, au terme de 2 heures 30 de débats parfois tendus.

L’article