DE | FR

Marioupol contrôlée «avec succès»: le point à la mi-journée

Un habitant regarde un immeuble d'habitation endommagé lors de violents combats dans une zone contrôlée par les Russes.
Un habitant regarde un immeuble d'habitation endommagé lors de violents combats dans une zone contrôlée par les Russes.Image: sda
Le président russe Vladimir Poutine a déclaré avoir pris le contrôle de Marioupol avec «succès» jeudi. Selon Zelensky, en plus de quelque 2000 militaires ukrainiens, «environ un millier de civils, femmes et enfants» et «des centaines de blessés» se sont aussi réfugiés dans l'usine Azovstal.
21.04.2022, 14:5722.04.2022, 18:51

Les combattants ukrainiens, qui se sont retranchés dans l'usine à Marioupol, refusent de se rendre et réclament de la communauté internationale des «garanties de sécurité».

Pas d'assaut des Russes sur le site industriel Azovstal

«Je considère que l'assaut proposé de la zone industrielle n'est pas approprié. J'ordonne de l'annuler», a déclaré Poutine lors d'une rencontre avec son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, diffusée à la télévision russe.

Image: AP Pool Sputnik Kremlin

Le président russe a néanmoins confirmé vouloir bloquer la zone afin d'empêcher un quelconque passage. Après plusieurs ultimatums de l'armée russe, Poutine a également appelé les combattants à la reddition, en promettant «la vie sauve» et un traitement digne aux Ukrainiens.

Situation difficile pour les civils à Marioupol

Plus de 20 000 personnes seraient mortes à Marioupol, selon les autorités locales. Les combats, mais aussi l'absence de nourriture, d'eau et d'électricité, en seraient la cause. Toutefois, quatre bus ont réussi à évacuer des civils de Marioupol, a indiqué jeudi la vice-première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk.

Image: AP ICRC

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré que «toute la responsabilité de la situation humanitaire difficile» à Marioupol revenait aux forces ukrainiennes qui utiliseraient des civils comme «bouclier humain» et refusent d'emprunter les couloirs humanitaires ouverts par l'armée russe. L'armée séparatiste de Donetsk, elle, a affirmé qu'un quartier situé près de l'usine Azovstal avait été évacué mercredi via des couloirs humanitaires.

Près de 1000 corps à Kiev

Plusieurs corps de civils ont été retrouvés mercredi à Borodianka, près de Kiev. Certains présentaient même des «signes de torture» d'après l'enquête de la police de la capitale ukrainienne dans la nuit de mercredi à jeudi.

«1020 corps de civils, uniquement de civils, sont (dans les morgues) de l'ensemble de la région de Kiev», a déclaré la vice-première ministre ukrainienne, Olga Stefanishyna, à l'AFP dans la ville de Borodianka.

Des centaines de corps de civils ont été retrouvés par les autorités ukrainiennes qui dénoncent, avec les Occidentaux, des «crimes de guerre» des soldats russes qui occupaient la ville. Une accusation formellement rejetée par la Russie.

Le premier ministre espagnol s'est rendu à Kiev

Le premier ministre espagnol Pedro Sánchez et son homologue danoise Mette Frederiksen, sont arrivés jeudi matin à Kiev où ils doivent tous deux rencontrer le président Zelensky. Sánchez souhaite lui transmettre «l'engagement sans faille, clair de l'Union européenne» et de l'Espagne «pour la paix».

Le premier ministre espagnol Pedro Sánchez et son homologue danoise Mette Frederiksen en discussion avec Olga Stefanishyna .
Le premier ministre espagnol Pedro Sánchez et son homologue danoise Mette Frederiksen en discussion avec Olga Stefanishyna .Image: keystone

La Croix-Rouge mise en cause

La chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien, Lioudmyla Denissova, a reproché mercredi au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de ne pas coopérer avec son pays sur le sort de réfugiés ukrainiens.

Interrogé par l'AFP, le CICR a «fermement rejeté ces fausses accusations» en assurant une nouvelle fois ne pas «effectuer d'évacuations forcées» et en rappelant que l'organisation avait «facilité le passage volontaire de civils et de blessés en toute sécurité vers d'autres villes ukrainiennes».

Le lancement du missile russe Sarmat

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En France, l'obligation de porter le masque dans les transports tombe
Pour nos voisins français, le port du masque n'est désormais plus obligatoire dans les transports publics. Cet allègement marque la disparition de la dernière grande restriction anti-Covid.

Ce lundi 16 mai marque un tournant dans la stratégie anti-Covid de nos voisins français. Le masque n'est désormais plus obligatoire dans les transports en commun. Il était encore imposé dans les métros, les bus, les trains, les avions et les taxis.

L’article