DE | FR

Nouvelles sanctions, explosions à Lviv: le point sur la nuit

Les combats et les évacuations se poursuivent sur le terrain.
Les combats et les évacuations se poursuivent sur le terrain.Image: sda
Alors que les Etats occidentaux préparent leur réponse aux crimes de Boutcha, les combats et les évacuations se poursuivent sur le terrain.
06.04.2022, 06:3806.04.2022, 07:35

Explosions à Lviv

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré dans un message vidéo diffusé dans la nuit de mardi à mercredi que les forces armées de Kiev tenaient la plupart des zones dans lesquelles la Russie avait tenté de s'infiltrer.

La situation est plus difficile dans le Donbass et dans la région de Kharkiv, à l'est du pays. La Russie serait en outre en train d'envoyer davantage de troupes en Ukraine pour une nouvelle offensive. Les médias ukrainiens ont rapporté dans la nuit des explosions dans les régions de Lviv (ouest) et de Dnipropetrovsk (sud-est). Aucune information sur les victimes ou les dégâts n'a toutefois été donnée pour l'instant.

Combats et évacuations à Marioupol

Mardi, 3800 personnes ont pu être évacuées des zones de combat, dont environ 2200 de la ville de Marioupol, en grande partie détruite, et de la ville voisine de Berdjansk. C'est ce qu'affirment les autorités ukrainiennes.

De son côté, le ministère russe de la Défense a annoncé que plus de 18 600 personnes avaient été secourues en 24 heures dans des «districts dangereux» d'Ukraine, de la région de Lougansk et de Donetsk. Dans le même temps, le ministère de la Défense a annoncé de nouveaux combats autour de Marioupol, l'Ukraine «ignorant les appels à se retirer».

Vidéo: watson

Contribution suisse aux enquêtes sur les crimes de guerre

La Suisse essaie de contribuer aux enquêtes sur les crimes de guerre en Ukraine, assure la ministre suisse de la justice Karin Keller-Sutter. Un formulaire permettant de les dénoncer est distribué aux Ukrainiens lors de leur enregistrement dans les centres d'asile.

«C'est une contribution de la Suisse à l'établissement des preuves», explique la ministre dans un entretien diffusé mercredi par la Neue Zuercher Zeitung. Il faut partir du principe que des femmes ont été violées et des civils tués en Ukraine, ajoute-t-elle. «Si cela se confirme, il s'agit de crimes de guerre».

Les Etats-Unis craignent d'autres massacres

Le gouvernement américain craint la découverte d'autres victimes civiles. Les atrocités commises à Boutcha ne sont peut-être que «la pointe de l'iceberg», a affirmé la porte parole Jen Psaki.

Image: sda

Dans des régions d'Ukraine auxquelles il n'est pas encore possible d'accéder, les troupes russes ont «probablement aussi commis des atrocités», a déclaré Jen Psaki.

De nouvelles sanctions en vue

L'Occident prépare de nouvelles mesures punitives contre Moscou en raison des atrocités commises à Boutcha, que Kiev impute à Moscou.

Jen Psaki n'a pas seulement parlé d'une interdiction de tout nouvel investissement en Russie. Les sanctions existantes contre les banques et les entreprises publiques russes seront également renforcées, et d'autres personnes de la direction russe et des membres de leur famille feront l'objet de mesures pénales.

Les sanctions seraient introduites en étroite concertation avec les partenaires en Europe et les autres Etats du groupe G7. (asi/ats)

Un Ukrainien découvre une roquette dans sa cuisine

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Eurovision: Pourquoi l'Ukraine a gagné une grande bataille contre Poutine
La large victoire des candidats ukrainiens de Kalush Orchestra à l'Eurovision 2022 marque une étape importante dans l'affrontement que se livrent les deux pays en matière d'influence depuis 2004.

Le 66e concours Eurovision de la chanson, qui s'est tenu samedi 14 mai à Turin, ne déroge pas à la règle invariable des grands événements culturels ou sportifs fortement médiatisés: présenté comme un divertissement apolitique depuis sa création en 1956, l'Eurovision sert, cette année encore, de plateau pour une confrontation entre puissances et une compétition entre soft powers nationaux.

L’article