DE | FR

Boutcha: les corps étaient déjà là avant le retrait des Russes

C'est ce qu'affirme le New York Times, qui a analysé des images satellites de la ville. Cela dément la thèse de Moscou, selon laquelle les cadavres ont été déplacés après le départ de ses soldats.
05.04.2022, 08:0305.04.2022, 11:13

La découverte des cadavres de civils abandonnés dans les rues de Boutcha, apparemment exécutés par les soldats russes, a choqué le monde entier. Accusé tour à tour de «crimes de guerre», «massacre» et «génocide», le Kremlin conteste et parle de «canular» et «provocation».

Le ministère de la Défense a même suggéré que les Ukrainiens avaient déplacé les corps après le retrait des forces russes de la ville. Dans une prise de position publiée sur Telegram, il affirme:

«Il est particulièrement inquiétant que tous les corps des personnes dont les images ont été publiées par le régime de Kiev ne soient pas raidis après au moins quatre jours, qu'ils ne présentent pas de taches typiques de cadavre et que les plaies contiennent du sang non consommé.»
Ministère russe de la Défense sur Telegram.

Une analyse menée par le New York Times réfute les affirmations de Moscou. Le journal a examiné des images satellites fournies par Maxar Technologies, qui montrent des vues de Boutcha pendant et après le retrait des Russes. Pour bien comprendre, il est d'abord utile de jeter un coup d'oeil à la chronologie des événements.

  • Le 27 février, trois jours après le début de l'invasion, les forces terrestres russes avancent dans Boutcha. La ville est bombardée.
  • Le 11 mars, l'armée russe affirme avoir pris le contrôle de Boutcha, après plusieurs jours de combat.
  • Le 31 mars, les Russes se retirent de la ville, où pénètrent les forces ukrainiennes.
  • Le 1er avril, après d'intenses combats, Kiev annonce avoir repris la ville.

Les enquêteurs du New York Times ont comparé une vidéo tournée par les autorités ukrainiennes le 1er avril avec des images satellites prises entre le 9 et le 11 mars. Elles montrent des objets sombres jonchant la rue, dont la position correspond exactement à celle où les cadavres ont été retrouvés le 1ᵉʳ avril.

D'autres images montrent que des corps se trouvaient dans les rues déjà le 19 mars, bien avant le retrait des Russes. (asi)

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

En savoir plus sur le massacre de Boutcha

Cadavres de Boutcha: la complosphère crie à la mise en scène ukrainienne

Link zum Artikel

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

Link zum Artikel

La Suisse et le monde réagissent aux images choc de Boutcha

Link zum Artikel

Comment punir les responsables du massacre de Boutcha? Réponse en 6 points

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Va te faire foutre Hanouna»: Jawad dans TPMP, ça ne passe pas
C'est une histoire courte. «Touche pas à mon poste» annonce sur Twitter la venue de Jawad Bendaoud lundi soir en direct. Quelques minutes plus tard, sa présence est annulée. Entre les deux? L'émoi et le dégoût. Récit éclair.

C'est l'histoire d'un «logeur» délogé à la vitesse de la lumière. Jawad Bendaoud, autoproclamé «logeur de djihadistes» et célèbre (puis condamné) pour avoir loué un squat pour 150 euros la nuit à deux terroristes durant les attentats du 13 novembre 2015, aurait dû s'exprimer pour la première fois chez Cyril Hanouna. Lundi soir. En direct. Mais l'annonce publiée par Touche pas à mon poste (TPMP) sur Twitter a suscité un tel émoi que, quelques minutes plus tard, sa venue a été purement et simplement annulée.

L’article