DE | FR
Vidéo: watson
Vidéo

Des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

En Ukraine, la tension est à son comble depuis que le président russe, Vladimir Poutine, a reconnu l'indépendance des républiques séparatistes. Des Suisses sont en Ukraine. Comment vivent-ils ce conflit? Ils témoignent à chaud (et en vidéo).
23.02.2022, 05:4823.02.2022, 14:06
Suivez-moi

Il y a tout juste une semaine, watson prenait contact avec deux Suisses, Marc Raymond Wilkins et Dirk Lustig, actuellement établis à Kiev, en Ukraine. Tous deux refusaient catégoriquement de quitter le pays. En tenant compte des tensions actuelles, est-ce que c'est toujours le cas? Que se passe-t-il vraiment à Kiev en ce moment? Comment vivent-ils humainement ce conflit? La réponse en vidéo.👇

Vidéo: watson

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ce correspondant à Kiev parle 6 langues et devient viral

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des immeubles menaçant de s'effondrer ont été évacués en urgence à Bordeaux
Plusieurs immeubles d'une place très fréquentée du centre-ville de Bordeaux ont été évacués d'urgence après la constatation de fissures et de «fragilités».

Bordeaux avait déjà été touchée l'an dernier par le phénomène. Craignant «un risque d'effondrement», la ville de Bordeaux a réagi. Ni une, ni deux, elle a ordonné l'évacuation de plusieurs bâtiments.

L’article