Société
eglise

Fin du célibat des prêtres: le Vatican réfléchit encore

Un évêque suisse demande la fin du célibat et voici ce que Rome en pense

L'évêque Felix Gmür voulait s'engager auprès du synode de l'Eglise universelle à Rome pour l'ordination des femmes et l'abolition du célibat obligatoire. Qu'en est-il advenu?
01.11.2023, 17:0301.11.2023, 19:37
Kari Kälin / ch media
Plus de «Société»

Depuis que l'Université de Zurich a publié, en septembre, une nouvelle étude sur les abus sexuels au sein de l'Eglise catholique en Suisse, le nombre de sorties de l'Eglise a explosé. La Conférence des évêques suisses, qui a mandaté l'étude, se trouve en permanence sur la défensive. Son président, Felix Gmür, évêque du diocèse de Bâle, est confronté à des appels à la démission; on lui reproche une mauvaise gestion des cas d'abus dans le diocèse de Bâle. Il reconnaît avoir commis des erreurs.

Dans une interview à la NZZ am Sonntag donnée fin septembre, Gmür, au pied du mur, a appelé plus clairement que jamais à l'abolition du célibat obligatoire et à l'ordination des femmes. Cela signifierait que les femmes pourraient par exemple être ordonnées diacres ou prêtres.

Célibat des prêtres: les discussions se poursuivent au Vatican
Mgr Felix Gmür (à gauche) et le pape François.

Gmür a promis de s'engager pour des réformes qui vont dans ce sens lors du synode à Rome – et pour des solutions décentralisées. Cela signifie que les différentes régions devraient pouvoir trouver la voie qui leur convient – une sorte de fédéralisme à l'échelle de l'Eglise catholique.

Dimanche dernier, le synode qui a duré presque un mois a pris fin. Cette assemblée qui conseille le pape a réuni 365 évêques ainsi que, pour la première fois, des prêtres et des hommes et femmes laïcs pour discuter de l'avenir de l'Eglise catholique. Nouveauté intéressante: les discussions se sont déroulées en petits groupes autour de tables rondes.

«Cela a permis un dialogue intensif»
Felix Gmür

Mais qu'est-il advenu des demandes que l'évêque Suisse voulait déposer à Rome? «Tous les thèmes ont été abordés et ont été intégrés dans le document final du synode», explique Gmür. Le souhait de trouver des solutions décentralisées a été enregistré. Il se manifeste, par exemple, dans le fait que les Eglises africaines sont encouragées à réfléchir à la manière dont les personnes vivant dans la polygamie peuvent être accompagnées sur le plan spirituel.

Et oui, l'abolition du célibat obligatoire a également été abordée. La question s'est pose de savoir s'il faut vraiment le maintenir partout, car cela est très difficile selon le contexte culturel et social. Il a également été question de l'ordination des femmes, non pas comme prêtres, mais comme diacres. Une ombre au tableau: les passages concernant le diaconat des femmes ont reçu «de loin le taux d'approbation le plus bas», à près de 80%, comme l'a constaté le portail cath.ch. Helena Jeppesen-Spuhler a participé au synode:

«Je m'attendais à ce que la question des femmes soit difficile»

La deuxième partie du synode aura lieu dans un an. Les questions soulevées lors de la première partie devront alors être approfondies. L'évêque Gmür veut maintenant élaborer des propositions concrètes pour le diaconat des femmes et trouver des formulations appropriées pour l'abolition du célibat obligatoire.

Synode ou pas, c'est le pape qui décide

Sur un point, le synode est en plein accord avec la Conférence des évêques suisses: il faut créer une autorité pour les procédures de droit canonique, composée d'experts indépendants et externes. Il est donc question de séparation des pouvoirs; l'évêque ne doit plus être à la fois le père spirituel et le juge des prêtres. C'est précisément ce double rôle qui s'est révélé hautement problématique dans le rapport de l'Université de Zurich.

Ce synode dégage une atmosphère de renouveau, mais il ne faut pas oublier qu'en fin de compte, c'est le pape qui décidera des réformes. A la suite des synodes précédents, François a écarté des points délicats. Il a, par exemple, empêché que des hommes mariés puissent être ordonnés prêtres en Amazonie, bien que la majorité des évêques locaux le souhaitaient.

Les efforts de réforme se fracasseront-ils cette fois encore sur le rocher du pape? La question reste ouverte. L'évêque Felix Gmür affirme que le pape doit maintenir l'unité de l'Eglise universelle et craint que certains changements ne conduisent à une scission. De plus, François aurait des réserves quant aux réglementations. D'autre part, Gmür a l'impression que le pape accorde une grande liberté aux évêques locaux selon la devise:

«Faites et allez de l'avant dans la pastorale, mais je ne peux pas l'inscrire dans le droit canonique»

La question se pose: François fermerait-il les yeux si l'Eglise catholique en Suisse avançait avec des solutions progressistes?

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Une modèle déguisée en «religieuse sexy» se fait virer d'une église
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Voici les 10 personnes avec le QI le plus élevé
S'il est difficile de mesurer l'intelligence, ça l'est moins de le faire avec le QI. On a retrouvé le club très sélect de ceux qui possèdent le plus gros.

Qui est l'humain le plus intelligent de tous les temps? Plusieurs raisons empêchent de répondre à cette question. D'une part, il est difficile de définir l'intelligence, d'autre part, certains grands esprits du passé n'ont jamais pu se soumettre à des tests. De plus, il existe probablement, parmi nous, des gens qui préfèrent rester modestes – ou qui n'ont pas la chance de développer leur potentiel.

L’article