Société
eurovision

Pourquoi le geste de La Zarra à l'Eurovision scandalise

La Zarra a fait un doigt d'honneur à l'antenne de l'Eurovision, quand elle a compris qu'elle n'avait (vraiment) pas gagné. Un doigt d'honneur ou... autre chose?
La Zarra a fait un doigt d'honneur à l'antenne de l'Eurovision, quand elle a compris qu'elle n'avait (vraiment) pas gagné. Un doigt d'honneur ou... autre chose?capture d'écran twitter

Eurovision: pourquoi La Zarra scandalise la France

Samedi soir, nos voisins ont terminé 16e du célèbre concours européen de la chanson. Mais c'est moins le résultat que l'attitude de la jeune femme qui n'en finit plus d'embarrasser la France. Doigt d'honneur, petit pipi et grosses frasques, retour sur les derniers mois d'une drama queen insaisissable.
15.05.2023, 12:1315.05.2023, 12:31
Suivez-moi
Plus de «Société»

A chaque édition, sa petite polémique. C'est de bonne guerre, quand près de 200 millions de téléspectateurs annulent tous leurs rendez-vous pour se visser devant leur téléviseur. Un peu comme s'il fallait à tout prix rendre le très sage Concours de l'Eurovision plus granuleux, moins chiant, plus punk. En tout cas en façade. Souvenez-vous, il y a deux ans, les membres du groupe italien Måneskin s'étaient retrouvés au cœur d'un cocaïne gate du plus bel effet.

La question agitera les réseaux sociaux pendant plusieurs semaines: le chanteur Damiano David s'est-il enfilé un ride de poudre en douce et en direct?

Semblerait que ce n'est pas tous les jours qu'on se penche ainsi sur une table basse.
Semblerait que ce n'est pas tous les jours qu'on se penche ainsi sur une table basse.capture d'écran

On pourrait s'en ficher, mais c'est trop tentant de dénicher des frasques à la télévision de grand-maman. On a donc eu droit à une enquête visuelle et comportementale menée par des millions d'internautes extatiques, une déclaration officielle de l'organisateur, un démenti du principal intéressé, un test de dépistage (négatif) puis... plus rien. Si ce n'est le succès réel et tonitruant d'un groupe de rock que personne n'attendait.

Rebelote en 2023 avec la question suivante: La Zarra, la candidate canadienne représentant la France, a-t-elle adressé un doigt d'honneur aux couche-tard au moment de perdre plumes et points en direct?

Image

Car, oui, cette année, c'est la France qui a eu droit à sa caravane de petits scandales en mousse. Depuis plusieurs mois, l'artiste de 35 ans a soigneusement collectionné les attitudes idéales pour faire naître des montées de sueur dans l'assistance. Volontairement ou non.

Un bruit de pet, voilà tout

Et c'est effectivement à la distribution de (mauvais) points, samedi soir, que Fatima-Zahra Hafdi a donné le meilleur (ou le pire) d'elle-même. A mesure que la Suède tutoyait un peu plus les cieux à chaque nouvelle salve de twelve points, la France s'enfonçait lentement dans les égouts du classement. Au moment des voix du public, catastrophe: 50 misérables points qui seront suivis d'un majeur qui se dresse devant l'objectif et d'une moue ronchonne. Enfin, c'est ce que la plupart des téléspectateurs ont vu. Ou cru voir.

Il n'en faudra pas plus pour que la France s'étouffe pendant tout un week-end. Pourtant, un petit rab de soufre s'est rajouté au scandale, peu avant cette séquence. Alors que les résultats n'arrêtent pas de pleuvoir, on aperçoit la chanteuse se lever d'un bon, passer derrière le vaillant trublion finlandais et s'engouffrer en loges. Alors, La Zarra, mauvaise perdante? On déchante, on se lève, on se casse? On brandit un petit «allez vous faire foutre» digital, comme tout bon punk qui se respecte quand on perd un concours? Rien de tout ça. Enfin, selon l'interprète de la chanson Evidemment.

Le doigt d'honneur?

«C’est un geste chez moi de déception qui veut dire “whatever”. Ni plus ni moins. Aucune volonté de choquer ou de provoquer. Je m’excuse si cela a été mal interprété»
On appelle ça un «toz», le bruit du pet en arabe, et un geste qui signifie le rejet de quelque chose.

Et la fuite discrète?

«Ma vessie est très petite»
Puis (un peu) plus d'explication sur Twitter.
Puis (un peu) plus d'explication sur Twitter.

Doigt d'honneur ou bruit de pet, on serait tenté de dire que le majeur de La Zarra raconte la même chose: une grande déception qu'on peine à contrôler. Il faut dire que durant les mois précédant la finale à Liverpool, les médias français ont foncé sur la même autoroute de l'assurance que la Canadienne qui, très tôt, en était certaine: «Je vais faire gagner la France à l'Eurovision». La chute est donc à l'image des attentes.

Mais pour une grande partie des gens qui aiment partager leurs opinions, ces explications ne passent pas. Jusqu'à la dernière gagnante française de l'Eurovision, qui a cru bon de se déconfiner publiquement pour hurler sa désapprobation gorgée d'emphase:

«Quelle honte! Je suis extrêmement déçue, car cela n’est juste pas possible. Elle a fait ce geste, assise dans un fauteuil avec des drapeaux français derrière elle. La France ne mérite pas cela!»
On dirait bien que Marie Myriam, grande gagnante de l'Eurovision en 1977, est scandalisée.

«La France ne mérite pas cela!» Les grands mots pour un petit geste, mais ce n'est pas anodin. Canadienne d'origine marocaine, Fatima-Zahra Hafdi représentait la France. Comme Céline Dion a, par exemple, fait gagner la Suisse en 1988. A l'Eurovision, on se prête les cordes vocales comme des stars du ballon rond sur un terrain de foot. On a le droit, c'est comme ça.

Reste que son nom et son passeport ont sans doute décuplé la résonance de ses actes, mais aussi la rage nauséabonde par plusieurs messages sur les réseaux sociaux. La Zarra aurait-elle bénéficié d'un peu plus de compréhension si elle avait été Corinne Bidochon, originaire du village de Pretin dans le Jura français? Fabien Randanne, journaliste français et grand spécialiste de l'Eurovision, l'a d'ailleurs très bien exprimé sur Twitter.

Représenter un pays dans un concours de chanson un peu kitsch, ce n'est pas moins sensible que de viser la victoire avec une équipe nationale durant la Coupe du monde. Et si l'on en croit les plus offusqués, on évite le doigt d'honneur après une mauvaise note du public, comme on se retient de dessiner l'aigle bicéphale avec les mains après un but de la Nati. Le drapeau flotte, tenez-vous bien droit. En 2022, c'est Bilal Hassani qui avait dû digérer sa dose d'injures avant la finale du concours: «Je mentirais si je disais que les insultes homophobes ou racistes ne m'atteignent pas».

La Zarra, décrite parfois comme le croisement parfait «entre Booba et Marilyn Monroe», histoire de situer rapidement le caractère de la jeune femme, a fait sa Lady Gaga, sa star. Alors que la soirée n'a pas grand-chose à voir avec les Grammy's ou le Festival de Cannes. Faire un «fuck» devant tata qui regarde sa télé, ne froisse que ceux qui veulent bien se croire choqués. Mais s'il y a bien un peu de manque de fair-play dans ses gestes et ses déclarations, «elle est comme ça», Fatima-Zahra Hafdi. Capricieuse, risque-tout et grande gueule.

Une délégation «fatiguée»

En avril dernier, elle avait déjà fait parler d'elle en disparaissant quelques jours, laissant en rade ses copains candidats pour quelques concerts en Europe et la presse française pour une poignée d'interviews. «On lui a annoncé une mauvaise nouvelle concernant la santé d'un de ses proches», dira un ami, anonyme au Parisien, pour tenter d'excuser les tourbillons de La Zarra. Dans les dédales de France Télévisions, dont certains condamnent férocement le processus de sélection, certaines voix se disent fatiguées d'avoir eu à composer avec les sautes d'humeur de la chanteuse. «Ce n’était pas l’ambiance Foire du trône quand ils sont partis», soufflait même un officiel de l'Eurovision en regardant le bus de la délégation française quitter Liverpool.

La Zarra, c'est avec ce caractère en acier trempé qu'elle a déjà accumulé quelques casseroles dans son pays, au Canada. Son enfance? Un mystère bien négocié. Mais c'est aussi avec ce culot qu'elle a pu, il y a quelques années, séduire les tympans du célèbre producteur Benny Adam et s'offrir un disque de platine avec le tube Tu t'en iras, en 2021. Samedi, dans la nuit, La Zarra s'en est allée, dans un fracas qui marquera la France encore quelques jours. Jusqu'au candidat suivant, jusqu'à la polémique suivante. C'est comme ça, l'Eurovision.

L'Eurovision 2023 en images
1 / 27
L'Eurovision 2023 en images
source: epa / adam vaughan
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ce couple s'est payé Justin Bieber pour son troisième «prémariage»
Après deux prémariages qui incluaient Rihanna, Katy Perry et les Backstreet Boys, il fallait bien une star mondialement connue pour ne pas risquer de blaser les convives. On peine à imaginer ce qu'il sera du «mariage du siècle», le vrai, qui se tiendra dans quelques jours à Mumbai.

Tout a commencé le 1er mars dernier. Trois jours de fiesta endiablée et colorée au cœur de l'Inde, 1200 convives dont Mark Zuckerberg et Bill Gates, un palais, des pétales de roses et des cristaux par milliers, des éléphants sauvages, des banquets somptueux, 5500 drones vrombissant dans le ciel et un concert de Rihanna.

L’article