Société
Halloween

Le Loyon, le fantôme au masque à gaz qui terrorisait la Gruyère

L'histoire du Loyon, le mystérieux homme au masque à gaz qui a hanté la forêt de Maules, en Gruyère.
Image: shutterstock/watson

Le Loyon, le «fantôme» au masque à gaz qui terrorisait la Gruyère

Un mystérieux individu portant un masque à gaz a hanté la forêt de Maules, en Gruyère, pendant des années. Une légende qui éclate au grand jour en 2013, qui passionne les médias internationaux et qui finit de manière inattendue. Voici l'histoire du Loyon.
30.10.2023, 18:5130.10.2023, 19:52
Suivez-moi
Plus de «Société»

Il fut un temps où se promener dans la paisible forêt de Maules, en Gruyère, pouvait réserver de sinistres surprises. Pendant des années, un «fantôme» a hanté les lieux. Une obscure silhouette, qui errait entre les arbres et qui, par sa seule présence, terrifiait les promeneurs du dimanche. Et pour cause: on racontait que le mystérieux personnage était habillé d'une tenue de camouflage et portait un masque à gaz sur le visage.

Ses premières apparitions dateraient des années 1990. La rumeur court, mais, pendant longtemps, elle ne dépasse guère les frontières de la région. Ce n'est qu'à la fin de l'été 2013 que l'histoire du fantôme de Maules éclate au grand jour, lorsque le Matin s'empare du sujet et en fait un interminable feuilleton.

This is Halloween! 🎃
Les feuilles changent de couleur, la nuit tombe de plus en plus tôt et une fine brume se fige dans le décor. D’accord, le dernier point est clairement exagéré. C’est pour vous mettre dans l’ambiance. Car qui dit automne dit inévitablement Halloween. 🎃

Pour l'occasion, la rédaction de watson, amatrice de grands frissons, vous a concocté une série spéciale dédiée au paranormal. Des articles à lire de préférence seul à l’orée d’une forêt ou au milieu d’un cimetière. Vérifiez toutefois, au fil de votre lecture, qu’il n’y ait personne derrière vous. 👻

Au début, l'existence du mystérieux individu relève encore de l'hypothèse: «Cette histoire ressurgit régulièrement depuis des années, untel jurant avoir vu une ombre ou je-ne-sais-quoi dans la forêt», assure au quotidien romand Jean-Marc Piguet, syndic de Sâles, la bourgade abritant la forêt de Maules.

«Je ne sais pas si c'est une blague, une légende ou s'il y a vraiment une personne un peu fêlée qui aime se balader avec un masque à gaz. Mais en tout cas, nous n'avons jamais eu de plainte. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter»
Jean-Marc Piguet

Du côté des habitants également, on reste vague. «J'ai déjà entendu parler d'un mystérieux homme des bois avec un masque à gaz. Mais je ne sais pas ce que ça vaut», glisse une résidente au Matin. Lequel recueille un autre témoignage. Celui d'un certain Patrick, qui affirme avoir vu le fantôme. Il raconte:

«Un cousin m'avait affirmé l'avoir aperçu de loin. Je suis tombé sur lui dimanche après-midi. Je me suis approché, à une dizaine de mètres. Il avait une pèlerine militaire, des bottes et un masque à gaz de l'armée – un ancien modèle, je crois. Il mesurait plus de 1,90 m. Il m'a fixé. Puis m'a tourné le dos et est parti tout tranquillement.»

Patrick n'affirme pas uniquement avoir croisé le fantôme. Il assure l'avoir pris en photo. Le cliché, (forcément) très pixelisé, est publié dans le quotidien romand.

Le Loyon, pris en photo en 2013.
Image: Capture d'écran

«Des femmes ne s'aventurent plus seules en forêt»

Le témoignage et la photo changent tout. Dans le sillage du récit de Patrick, les langues se délient, les témoignages se multiplient. Le Matin en recueille plusieurs.

«Il est sorti du sous-bois avec ses habits militaires. C'était effrayant et je connais des femmes qui ne s'aventurent plus seules en forêt»
Une habitante de Sâles
«C'était un dimanche pluvieux. Il avait un capuchon, une pèlerine sombre et son masque à gaz. C'était impressionnant et désagréable. J'espère ne plus jamais tomber sur lui»
Une autre résidente
«Des familles ne vont simplement plus en forêt. Cette histoire ne fait rire personne ici»
Un agriculteur du coin

Le fantôme de Maules existe. Il a même un nom: certains l'appellent le «Loyon». Personne ne connaît se motivations, encore moins son identité. Plusieurs rumeurs circulent: une femme instable, un homme très grand ou qui aurait une maladie de la peau. Mais les pistes crédibles font défaut.

Les rencontres ont souvent lieu le dimanche. Chaque fois, le Loyon passe tranquillement son chemin devant des promeneurs médusés ou effrayés. Jamais il ne s'est montré agressif, indique encore le journal. Et c'est bien le problème: son comportement a beau angoisser les riverains, on ne peut rien lui reprocher.

Le Frankenstein des montagnes

Très rapidement, l'histoire du fantôme de Maules dépasse les frontières helvétiques. La presse internationale se découvre une passion pour le Loyon. On en parle en France, au Royaume-Uni, en Suède, en Pologne, à Hong Kong. Quitte à déformer ou exagérer certains aspects de l'histoire. Et à lui donner toutes sortes de surnoms inventés de toute pièce: le «Frankenstein des montagnes», le «Batman suisse», le «soldat».

«De nouvelles apparitions commencent à faire régner un lourd climat dans cette contrée paisible de Suisse»
CNews, 30 août 2013
«Le personnage a été appelé la version suisse du monstre du Loch Ness»
Daily Mail, 11 septembre 2013
Le journal suédois Aftonbladet parle du Loyon.
Le journal suédois Aftonbladet parle du Loyon.

En 2018 encore, cinq ans après les faits, le fantôme de Maules trouve une place dans les colonnes du tabloïd britannique The Sun, ainsi que dans un article du célèbre magazine américain Vice.

Au-delà des médias mainstream, le Loyon fait également la joie d'un nombre incalculable de sites, blogs et forums plus ou moins obscurs s'intéressant aux phénomènes mystérieux et paranormaux (citons paranorms.com, astonishinglegends.com, ufoinsight.com). Le fantôme a également droit à une page Wikipédia qui, fait intéressant, existe en anglais, hongrois, suédois et japonais, mais pas en français.

Cette «Loyon-mania» n'épargne pas le domaine artistique. De nombreux illustrateurs s'inspirent de l'étrange personnage, en le représentant souvent avec des fleurs à la main. Un détail tiré d'un témoignage qui semble avoir particulièrement marqué les esprits: «Il avait une sorte de combinaison de plongée, un masque à gaz et… un bouquet de fleurs à la main», confiait au Matin un habitant de la région.

«Le Loyon», de l'illustrateur britannique RowanF, 2014.
«Le Loyon», de l'illustrateur britannique RowanF, 2014.deviant art

Un passage quelque peu similaire est cité dans sa page Wikipédia: «Dans l'un des cas signalés, une femme de la région a affirmé avoir vu le Loyon cueillir des fleurs sur le sentier». Il s'agit peut-être d'une déformation du témoignage d'origine, mais peu importe, l'image est puissante.

Image
Image: Tumblr

Les musiciens semblent aussi fascinés par la créature. On compte au moins deux groupes de musique s'appelant «Le Loyon», basés respectivement à Las Vegas et en Russie.

Le suicide du fantôme

Dans la région également, la «Loyon-mania» fait rage. Les lecteurs s'amusent, inondent le Matin de commentaires et de fausses images, parfois humoristiques, censées représenter le mystérieux individu. Au point que le quotidien affirme: «Les faux Loyons pullulent».

Une fausse image du Loyon envoyée au Matin.
Une fausse image du Loyon envoyée au Matin.Image: dr

Pas tout le monde n'apprécie ce déferlement médiatique. Le principal intéressé en particulier. En septembre, quelques semaines seulement après le début de l'affaire, le Loyon «se suicide»: il abandonne son masque à gaz et sa pèlerine dans la forêt, accompagnés d'une lettre qui porte le titre d'«acte de décès et testament du Fantôme de Maules».

Dans la missive, publiée ensuite dans le bulletin communal de Sâles, le Loyon s'adresse à la personne à l'origine de sa notoriété internationale: le «pseudo Patrick du Matin», qu'il accuse d'être un «crétin et un assassin».

«Vous avez assassiné un être bien inoffensif, qui trouvait, dans ses promenades, une véritable thérapie du bonheur, un ressourcement cérébral»
Le Loyon

Dans un texte parfois confus, il s'en prend pêle-mêle aux «petits crapauds, casqués et cagoulés, vêtus de cuir, qui pétaradent sur leurs motos de cross», aux «dealers, aux proxénètes, cambrioleurs, violeurs et hooligans» qui, à ses yeux, sont mieux traités que lui. «Je terrorise les enfants, faites-moi rire!», affirme-t-il.

Le Loyon accuse également Patrick d'être «un assassin des libertés»: «A vous entendre, on se retrouve au Moyen Âge, au temps des sorcières», écrit-il. Et d'ajouter: «Qui s'occupe de régler le bouton Tolérance et Liberté dans cette société? La Suisse est petite, tout ce qui n'est pas en conformité au nain de jardin doit être éradiqué». C'est ce qui motive sa décision:

«Le Fantôme disparaît, le risque d'une chasse à la Bête est trop grand»
Le Loyon

Malgré le ton quelque peu victimaire de la missive, sa disparition est bien accueillie par la population locale: «C'est plutôt une bonne nouvelle!» déclare une habitante au Matin. «C'était tout sauf agréable de le croiser, surtout avec des enfants.»

Adieu, le Fantôme!

Seul le syndic de Sâles semble ne pas partager cet avis. «Depuis le début j'ai regretté qu'on parle de ce Loyon qui n'avait jamais fait de mal à personne», affirme-t-il au journal. «Adieu, le Fantôme de Maules», écrit-il dans le bulletin communal, après la missive: «J'espère sincèrement que notre société pourra continuer à prôner la Tolérance et la Liberté. Puisse votre sagesse face à ces événements permettre une prise de conscience des éléments importants d'une vie en communauté sereine et épanouissante».

Si la missive donne quelques indices concernant les raisons du Loyon, qui qualifie ses sorties de «véritable thérapie du bonheur», le mystère reste entier. Qui est-il? Et pourquoi portait-il un masque à gaz? On ne le saurait jamais.

Le Fantôme glisse un dernier mystère, sous la forme d'une phrase sibylline: «Vous ne semblez pas connaître Sacher-Masoch, écrit-il dans sa lettre. «Vous découvririez qu'il faut de tout pour faire un monde». Référence surprenante: Leopold von Sacher-Masoch, historien et écrivain autrichien du XIX siècle, est à l'origine du terme «masochisme».

Battle: À Halloween, vous êtes plutôt déguisement sexy ou rigolo?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le prix du jus d'orange explose chez Migros et Coop
L'une des boissons les plus populaires est en crise: le jus d'orange. Les prix du concentré augmentent drastiquement, la récolte est mauvaise.

Le véritable jus d'orange pourrait bientôt n'être accessible qu'aux personnes disposant d'un budget plus important. Après une mauvaise récolte au Brésil, les producteurs de ce jus populaire s'inquiètent de ne pas trouver suffisamment de fruits sur le marché mondial. Selon plusieurs médias internationaux, les prix de gros du concentré de jus d'orange auraient augmenté jusqu'à 77% en un an.

L’article