Divertissement
Témoignage watson

Halloween: J'ai dormi dans le lit de mort d'une médium nazie

Le Manoir du Tertre où vécut la médium Geneviève Zaepffel en forêt de Brocéliande.
Image: dr/watson
Témoignage watson

J'ai dormi dans le lit de mort d'une médium nazie

Halloween et son cortège d'histoires à faire peur approchent à grands pas. L'occasion pour moi de vous raconter une nuitée très perturbante que j'ai passée dans la forêt de Brocéliande...
15.10.2023, 08:0231.10.2023, 17:40
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»
This is Halloween! 🎃
Les feuilles changent de couleur, la nuit tombe de plus en plus tôt et une fine brume se fige dans le décor. D’accord, le dernier point est clairement exagéré. C’est pour vous mettre dans l’ambiance. Car qui dit automne dit inévitablement Halloween. 🎃

Pour l'occasion, la rédaction de watson, amatrice de grands frissons, vous a concocté une série spéciale dédiée au paranormal. Des articles à lire de préférence seul à l’orée d’une forêt ou au milieu d’un cimetière. Vérifiez toutefois, au fil de votre lecture, qu’il n’y ait personne derrière vous. 👻

J'aime bien avoir peur. Enfin, si c'est devant un bon film d'épouvante emmitouflée dans une couverture, et si possible pas pendant une soirée où je suis seule à la maison. Loin de moi, donc, l'idée de «tester» pour de vrai des phénomènes paranormaux. C'est pourtant ce qui m'est arrivé il y a une dizaine d'années... à mon insu.

Je suis partie quelques jours en Bretagne avec mon compagnon. Pas très prévoyants, on avait fait nos réservations un peu à la der, en nous laissant porter par nos envies de visites. La mythique forêt de Brocéliande, avec son lot de légendes et de druides, faisait partie des endroits que nous voulions visiter.

Mon compagnon a cherché sur internet un hébergement aux alentours, et, le choix n'étant pas mirobolant, il s'est rabattu sur une maison d'hôtes située à Paimpont, le nom de la localité bretonne où se trouve la célèbre forêt de la légende arthurienne.

Le Manoir du Tertre. Un nom qui fleurait bon l'endroit bucolique. Et, de l'extérieur, la première impression était plutôt bonne: une belle demeure ancienne, au toit en ardoise, pleine du cachet, entourée de verdure. J'étais loin de me douter de l'histoire du lieu...

Ça a l'air bucolique comme ça, non?

Le Manoir du Tertre où a vécu la médium Geneviève Zaepffel dans la forêt de Brocéliande en Bretagne.
Vue extérieure du Manoir du Tertre.Image: manoir-du-tertre.fr

Une atmosphère étrange...

En entrant dans la bâtisse, adieu le côté bucolique! Un imposant escalier au bois très sombre nous accueillait quasiment en face de l'entrée. Une atmosphère pesante semblait régner dans la pièce, dont on apercevait la grande cheminée tapie dans la pénombre. La déco surannée ajoutait encore une couche de lourdeur. En gros, une ambiance où le silence se fait inquiétant plutôt qu'apaisant.

Au pied de l'escalier central, sur le côté, un énorme tableau attirait tout de suite l'oeil: une dame grisonnante, enveloppée dans une cape blanche, vous fixait de son regard pénétrant.

Gros plan sur le tableau flippant👇

Portrait de la médium Geneviève Zaepffel.
Image: https://broceliande.brecilien.org/

Le gérant de la maison d'hôtes nous a précisé qu'il s'agissait de l'ancienne propriétaire des lieux, une certaine Geneviève Zaepffel. Jamais entendu parler. Mon compagnon et moi n'avons pas fait très attention à cette information.

Il nous installe dans notre chambre, en haut du fameux escalier. En s'excusant de sa petite taille, mais il nous promet que pour notre deuxième nuit nous aurons «la» meilleure chambre de la maison. On se dit, chouette, sans comprendre à quoi il fait allusion.

Ambiance...

Le Manoir du Tertre avec son escalier et le portrait de la médium Geneviève Zaepffel.
Le fameux escalier qui contribue à l'ambiance pesante. Image: manoir-du-tertre.fr

Dans le lit de la médium

La première nuit se passe aussi normalement qu'une première nuit dans un nouvel endroit. Et le lendemain, comme promis, le gérant nous propose de nous installer dans la chambre d'à côté. Il nous explique qu'on a vraiment de la chance, car c'est la chambre de l'ancienne propriétaire Geneviève Zaepffel. A ce moment-là, je ne sais toujours pas qui était cette dame.

Petit aparté: ce n'est pas le cas de mon compagnon, qui a glané des informations supplémentaires en allant faire un petit tour vers le coin cheminée la nuit précédente et en discutant avec les autres personnes qui séjournaient là. Mais il s'est bien gardé de m'en parler... et à raison, sinon, j'aurais probablement refusé de dormir dans cette chambre!

Donc, le gérant nous montre la fameuse chambre... avec son lit à baldaquin d'un autre temps, tout de bois sculpté, aussi sombre que celui de l'escalier. Je ne suis pas hyper emballée... mais bon, on n'a pas tellement d'alternative. Et la chambre est effectivement plus spacieuse que le cubicule de notre première nuit. Je me dis que ça va aller.

Un nid douillet?

Le lit de Ganeviève Zapffel au Manoir du Tertre.
Image: manoir-du-tertre.fr

Mais la nuit venue, le malaise que j'ai ressenti n'a fait que s'amplifier. Je n'ai quasiment pas fermé l'oeil. J'avais l'impression d'entendre des bruits sur le palier, j'avais une sensation de froid dans la pièce, comme s'il y avait une présence invisible dans cette chambre qui faisait que je ne pouvais pas arrêter d'être aux aguets.

J'osais à peine sortir ma tête de sous la couverture persuadée que quelque chose allait surgir de l'obscurité pour m'agripper une main ou une jambe.

En résumé, j'ai passé une quasi-nuit blanche à essayer de ne surtout pas bouger dans mon lit et à calmer ma peur en me disant que c'était dans ma tête...

La vérité éclate

Le lendemain matin, j'étais bien contente de ne plus avoir à dormir là. Et une fois installés dans la voiture, alors que nous nous apprêtions à quitter le manoir, c'est là que mon compagnon m'a tout déballé.

Cette Geneviève Zaepffel, la dame à la cape, était en fait une médium! Et elle aurait mené des séances de spiritisme dans ce manoir. Cerise sur le gâteau: elle est décédée (de mort naturelle, précisons-le) dans le lit même où nous avons eu la «chance» de dormir!

J'étais livide, sans voix. J'étais à la fois en colère qu'il nous ait laissé dormir dans ce lit sans me prévenir. Et à la fois, je comprenais très bien que s'il me l'avait dit, on aurait sans doute dû trouver un autre endroit pour passer la nuit...

Mon copain avait appris ces détails lors de son incursion autour de l'âtre. Apparemment, la plupart des autres hôtes qui s'y trouvaient connaissaient très bien l'histoire du manoir et de son ancienne propriétaire. Et la plupart venaient y séjourner justement dans l'espoir d'être témoins de phénomènes paranormaux.

Le manoir sous un autre angle:

Le Manoir du Tertre en forêt de Brocéliande où vécut la médium Geneviève Zaepffel.
Image: dr

Premières visions dans l'enfance

Par la suite, en faisant quelques recherches sur internet, mon ami et moi en avons appris de bien belles au sujet de Geneviève Zaepffel. Née en 1892 à Paimpont et ayant grandi au Manoir du Tertre, cette médium s'est fait un nom à Paris dans les années 1930.

Dans ses ouvrages relatant ses prophéties, elle raconte avoir eu ses premières visions à l'âge de 7 ans: alors atteinte de tuberculose, elle aurait vu saint Judicaël, ancien roi de Bretagne, et aurait ainsi guéri de sa maladie.

Elle décrit aussi l'apparition d'un druide dans le fameux escalier du Manoir du Tertre:

«Il était assis vers le milieu, il m’apparut majestueux, enveloppé d’une cape blanche. […] Le vieillard revint en effet pendant mon sommeil pour me dicter dans ses moindres détails ma ligne de conduite et mon destin.»
Geneviève Zaepffel

Grande prêtresse à Paris

Elle s'est installée dans la capitale suite à son mariage avec René Zaepffel, en 1921, ingénieur électricien et aussi capitaine de réserve dans l'armée française.

Les deux se sont bien trouvés: René Zaepffel est lui aussi adepte d'occultisme. Et il va permettre à la prêtresse bretonne de faire son entrée dans un certain milieu parisien friand d'ésotérisme. Il faut dire que le spiritisme était tendance pendant l'entre-deux-guerres.

La Bretonne délivrait ses visions et prophéties dans de grands auditoires comme la salle Pleyel, rassemblant parfois jusqu'à 3000 adeptes. Auparavant, en 1928, elle avait fondé le Centre spiritualiste de Paris, auquel son mari était aussi associé.

Un bulletin mensuel publié par le Centre spiritualiste de Paris fondé par Geneviève Zaepffel.
Le Centre spiritualiste de Paris fondé par Geneviève Zaepffel publiait un bulletin mensuel.Image: dr

Opinions pro-nazies

Mais elle avait aussi une réputation beaucoup moins reluisante: elle était connue pour ses positions pro-nazies, qui transparaissaient notamment dans ses ouvrages. Des opinions que partageait aussi son époux, fasciné par la puissance allemande.

La druidesse de Paimpont s'est fait arrêter à plusieurs reprises en 1944 pour collaboration avec l'occupant nazi. Elle a été condamnée en 1945 à une peine de dix ans d'indignité nationale, ai-je appris récemment dans un article du Monde.

A partir des années 1950, la dame à la cape blanche s'est définitivement installée au Manoir du Tertre où elle a continué à mener ses séances de spiritisme. Et apparemment des gens de toute la France venaient lui rendre visite pour assister à ses prophéties. Jusqu'à ce qu'elle rende son dernier souffle dans ce fameux lit à baldaquin en 1971.

De là à dire qu'elle a totalement quitté les lieux... certains en doutent... A vous de voir si vous être prêts à tenter l'expérience!

Après cette lecture, vous méritez des photos de lapins fluffy:

1 / 13
Vous avez mérité des photos de lapins fluffy:
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur X

Battle: à Halloween, vous êtes plutôt déguisement sexy ou rigolo?

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après ce saut de la victoire, cet athlète a fait un truc improbable
Gianmarco Tamberi a marqué les esprits ce mardi 11 juin lors des championnats d'Europe d'athlétisme à Rome. Mais sa performance sportive n’était pas le seul show de la soirée. Devant un public italien conquis, l'athlète a remporté le titre continental puis a simulé une blessure avant de dévoiler ce qui était caché dans sa basket.

Après plusieurs sauts ratés à 2m26 puis deux tentatives échouées à 2m29, l'Italien a réalisé un dernier saut éblouissant, remportant ainsi son troisième titre européen. Mais patatra! Après son saut final à 2m34, Gianmarco Tamberi semble s’être blessé à la cheville. Très vite, les cris de joie des fans en tribune se sont transformés en silence mortifère, certainement dû à la peur de perdre leur favori à quelques semaines des JO de Paris.

L’article