Société
Mode

Trois Romandes se préparent au plus grand rendez-vous mode du monde

Stélina Lorieux, Joanie Ecuyer et Emily Lam Clément préparent les tenues qui seront présentées à Milan en février.
Stélina Lorieux, Joanie Ecuyer et Emily Lam Clément préparent une tenue qui sera présentée à Milan en février.Image: Alyssa Garcia

Trois Romandes se préparent au plus grand rendez-vous mode du monde

Le 24 février prochain, Joanie, Emily et Stélina dévoileront une collection fabriquée uniquement en Suisse à la Fashion Week de Milan. Rencontre entre deux essayages, à quelques semaines du jour J.
24.01.2024, 16:5324.01.2024, 18:43
Suivez-moi
Plus de «Société»

C'est dans une bijouterie pignon sur rue, aux abords du lac à Vevey, que nous avons rendez-vous. A travers la vitre, la frénésie qui règne dans la boutique amène certains passants à s'arrêter pour jeter un coup d'œil.

A l'intérieur, Joanie Ecuyer, Emily Lam Clément et Stélina Lorieux, trois créatrices romandes, préparent les 12 silhouettes qui défileront à la Fashion Week de Milan le 24 février prochain. Une collection qui a été fabriquée entièrement en Suisse.

Lors des essayages ce lundi 22 janvier, aucun détail n'est laissé au hasard, jusqu'à la traine du turban «qui ne va pas avec le reste de la tenue» selon Joanie. «Tu n'arrives pas à la nouer de côté?», demande-t-elle à Stélina. En quelques minutes, le tour est joué: le couvre-chef sera bel et bien «noué de côté» comme demandé.

Il est maintenant temps de choisir les bijoux qui iront avec la tenue. Les pièces couleur or et argent, agrémentées pour certaines de diamants, trônent sur une table. A leurs côtés, il y a des feuilles sur lesquelles sont dessinés les différents looks imaginés.

Dans la bijouterie veveysanne, les créatrices passeront la journée à s'assurer que tout est parfait pour Milan.

Les croquis des bijoux imaginés par Emily Lam Clément.
Les croquis des bijoux imaginés par Emily Lam Clément. Image: Alyssa Garcia

Le trio gagnant

L'instigatrice de la collaboration entre les trois marques romandes, c'est Joanie Ecuyer. Comédienne et danseuse, elle s'est lancée dans la création de vêtements à côté de son travail. En 2020, le Covid et le semi-confinement arrivent. Elle se dédie donc complètement à son projet CoCo Création, qui prendra de plus en plus d'ampleur jusqu'à être invité à la Fashion Week de Vancouver en 2022 et de Paris en 2023.

Joanie Ecuyer lors de la Fashion Week de Vancouver en octobre 2022.
Joanie Ecuyer lors de la Fashion Week de Vancouver en octobre 2022.Image: CoCo Création

En février 2023, coup de téléphone et nouvelle invitation au prestigieux événement, à Milan cette fois-ci. Pour cette troisième participation, elle explique avoir voulu apporter «un petit truc en plus» à ses tenues.

Ce «petit truc en plus», c'est Emily Lam Clément et Stélina Lorieux qui viendront l'ajouter. La première est la créatrice d'Unique Eden, une bijouterie qui fabrique à Fribourg des pièces écologiques et éthiques. Les diamants sont produits en laboratoire à Genève, l'or est recyclé et les pierres précieuses sont suisses. La seconde fabrique des chapeaux et autres couvre-chefs avec des matières premières recyclées et des teintures naturelles.

Quant à Joanie Ecuyer, la particularité de ses vêtements réside dans le fait qu'elle utilise uniquement des matériaux qu'elle récupère ou qu'on lui donne: tapis, rideaux, plastique ou chutes de tissus. Ses habits, elle les fabrique dans un chalet au Sépey, vieux de plus de 200 ans et inaccessible en voiture. «Je sais, c'est complètement en décalage avec l'univers de la Fashion Week», s'amuse-t-elle.

Toutes les pièces ont été imaginées spécialement pour l'événement et seront présentées en avant-première à Milan.

Le défilé CoCo Création à la Fashion Week de Paris, en mars 2023.
Le défilé CoCo Création lors de la Fashion Week de Paris, en mars 2023. Image: CoCo création

Tic-tac

D'ailleurs, comment se déroule la préparation pour un rendez-vous de cette ampleur? «C'est intense», confirme Joanie, qui reconnaît que la collaboration avec ses collègues lui a permis de mieux canaliser son énergie créative. «Je pourrais ne jamais terminer», rigole-t-elle. Elle raconte qu'elle écrit des textes avant de penser aux vêtements et que la réflexion globale autour d'une collection dure des mois.

Depuis cet été, Emily imagine chaque bijou – une soixantaine de pièces en tout – et confirme qu'il y a effectivement des heures de travail derrière le projet. Stélina, quant à elle, a créé ses couvre-chefs pour apporter la touche finale aux tenues de Joanie.

Le jour J, une répétition aura lieu quelques heures avant le défilé. Joanie précise que les mannequins seront sélectionnés sur le moment et que les retouches se feront directement sur les modèles. «Nous n'avons que peu de détails sur leurs mensurations, juste une fourchette de taille», poursuit-elle. Il faut également proposer une musique originale pour le défilé. Alors, pour rester made in Switzerland jusqu'au bout, c'est un musicien suisse qui a composé la bande-son sur laquelle les mannequins défileront.

12 silhouettes seront présentées à la Fashion Week de Milan le 24 février prochain.
L'une des 12 tenues qui sera présentée à Milan.Image: Alyssa Garcia

Emily et Stélina se réjouissent de cette première Fashion Week. «C'est un bonheur et un honneur de montrer mes créations», déclare la première. «C'est un accomplissement», exprime la seconde. Toutes les trois se rendront d'ailleurs à Milan quelques jours avant «pour s'imprégner de l'ambiance».

Faire autrement

Le thème de la collection présentée le 24 février a pour objectif de mettre en avant la force des femmes. Les créatrices veulent qu'elles brillent, qu'elles soient vues. Les mannequins porteront à cette fin des pièces brillantes, colorées et imposantes.

Les créations seront également «le manifeste d'une transformation nécessaire de l'industrie du luxe», décrivent Joanie, Emily et Stélina, dont le travail a pour volonté d'être éthique et écologique des matières premières à la production finale.

Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
1 / 10
Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
partager sur Facebookpartager sur X
Eye Attraction, le photographe genevois qui a conquis Los Angeles
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le mariage le plus mondain de l'année a failli causer un «fratricide»
Voilà des mois que les amateurs de potins trépignent dans l'attente de l'évènement social de l'année: le mariage de Hugh Grosvenor, 7e duc de Westminster, avec sa fiancée, Olivia Henson. Une grosse affaire, très aristocratique, très fancy et très guindée comme on les aime. On vous raconte... comme si on y était.

Midi n'a pas encore sonné à l'exquise cathédrale de Chester, ce vendredi 7 juin, lorsque les premiers pointent le bout de leurs coiffes à plumes. Depuis des heures déjà, le petit peuple s'agglutine contre les barrières soigneusement dressées. Les rues sont bouclées, la sécurité rodée, les caméras braquées, les journalistes aux aguets. Tout est prêt pour le mariage le plus mondain de l'année. Celui de l'ex-célibataire le plus convoité du Royaume-Uni.

L’article