Société
prince harry

Prince Harry: des champignons pourraient lui coûter son visa

Une association américaine saisit la justice contre le Prince Harry

Dans «Spare» («Le Suppléant»), le prince Harry raconte avoir avalé des champignons hallucinogènes.
Dans «Spare» («Le Suppléant»), le prince Harry raconte avoir avalé des champignons hallucinogènes.Keystone
Feu le footballeur Maradona ou encore la chanteuse Amy Winehouse s'étaient vus refuser l'entrée sur le sol américain à cause de leur consommation de drogues.
07.06.2023, 04:5007.06.2023, 06:49
Plus de «Société»

La justice américaine a examiné mardi le recours d'une association conservatrice qui veut en savoir plus sur le visa accordé au prince Harry bien qu'il ait reconnu avoir consommé des drogues aux Etats-Unis.

Loin du tribunal londonien où le duc de Sussex a témoigné contre l'«hostilité» de la presse à son égard, un juge fédéral de Washington a consacré une audience à une requête déposée par la Heritage Foundation, au nom justement de «l'intérêt des médias».

Cette organisation très influente dans les cercles conservateurs réclame, en vertu des lois sur la liberté d'information, le dossier migratoire du prince qui, brouillé avec la famille royale britannique, s'est installé en Californie en 2020 avec son épouse américaine Meghan Markle.

«Le fils cadet du roi Charles III a admis publiquement (...) un certain nombre de délits de drogues aux Etats-Unis et à l'étranger. Or, la loi américaine rend normalement de telles personnes inéligibles à l'entrée dans le pays.»
Extrait du recours juridique contre le visa d'Harry

«On m'a offert une ligne»

Le dossier concerne le prince Harry «mais porte surtout sur le ministère de la Sécurité intérieure et son respect de la loi», a plaidé son avocat Samuel Dewey devant le juge Carl Nichols:

«C'est un sujet qui suscite un intérêt médiatique très large. La requête ne viole pas la vie privée du prince puisqu'il a beaucoup parlé et écrit au sujet de sa consommation de drogues.»

Dans ses mémoires, publiés en janvier, le prince a admis avoir consommé du cannabis, des psychotropes et de la cocaïne, au Royaume-Uni, au Lesotho et sur le sol américain.

En 2002, «dans la maison de campagne de quelqu'un, lors d'un week-end de chasse, on m'a offert une ligne, j'en ai pris quelques autres depuis», écrit-il notamment dans «Le Suppléant», où il raconte aussi avoir «avalé» des champignons hallucinogènes lors d'une fête à Los Angeles en 2016.

«Les drogues psychédéliques m'ont aussi fait un peu de bien. J'en ai pris pour m'amuser pendant plusieurs années (...) puis à des fins thérapeutiques, médicales. J'étais un jeune et malheureux, prêt à tout tenter pour changer le statu quo.»

Pas d'urgence

Or, la «Heritage Foundation» relève que d'autres personnalités, dont le footballeur Maradona ou la chanteuse Amy Winehouse, se sont vus refuser l'entrée sur le sol américain à cause de leur consommation de drogues. Elle veut notamment avoir accès au questionnaire à remplir pour entrer aux Etats-Unis, où chaque candidat doit dire s'il a déjà consommé des drogues.

Jusqu'ici, elle a essuyé des refus de trois entités du ministère, mais n'a pas encore eu de réponse du siège. Tout en reconnaissant que ces documents «peuvent présenter un certain intérêt pour le public», le gouvernement a estimé que les grands médias américains ne s'étaient pas penchés sur le statut légal du prince et qu'il n'y avait aucune urgence à agir.

A l'issue de débats très techniques, le juge en charge du dossier a demandé à l'administration de voir si le siège pouvait prendre une décision ou accélérer le traitement de la requête d'ici à mardi prochain. Dans le cas contraire, «je rendrai une décision», a-t-il dit, tout en soulignant qu'elle ne porterait pas à ce stade sur le fond du dossier, mais sur la nécessité d'accélérer l'examen de la demande de documents. (ats/jch)

Meghan met un vent à Harry au match des Lakers
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La «maladie des loisirs», ce fléau qui peut gâcher vos vacances
Vous aussi vous tombez malade à chaque fois que vous prenez des vacances? Une psychiatre décrypte la maladie des loisirs et explique comment s'en débarrasser.

Pour certains, il n'est pas si facile de passer du monde du travail à la douceur de vivre des vacances. Un obstacle majeur peut se mettre en travers de leur route: la maladie des loisirs ou «leisure sickness».

L’article