Société
Réseaux sociaux

Réseaux sociaux et ados: «Il faut reprendre le contrôle»

[Symbolic Image, Posed Picture] A boy with smartphone in bed. - Teenager, boy, smartphone, bed. (KEYSTONE/Christof Schuerpf) 

[Gestellte Aufnahme, Symbolbild] Ein Junge mit dem Handy im Bett. - Teena ...
L'accès aux réseaux sociaux doit-il être limité pour les enfants et les jeunes ados?KEYSTONE

Les réseaux sociaux interdits aux ados? «Il faut reprendre le contrôle»

Les réseaux sociaux sont un acquis de nos sociétés numérisées. Les enfants grandissent avec et les parents sont parfois désemparés. Le Royaume-Uni réfléchit à les interdire pour les moins de seize ans. Le vent est-il en train de tourner? Tour d'horizon avec un expert en hyperconnectivité et un juriste spécialisé en tech.
27.01.2024, 18:5528.01.2024, 03:12
Plus de «Société»

L'affaire a déchiré le Royaume-Uni: en 2017, une jeune ado de 14 ans a mis fin à ses jours après s'être intéressée de près à des sphères en ligne valorisant le suicide. Les signes avant-coureurs étaient pourtant inexistants. Le destin de la jeune Molly Russell était-il inévitable? Ses parents ne sont en tout cas pas de cet avis et font campagne pour sensibiliser sur les dangers des réseaux sociaux et des algorithmes.

En octobre dernier, la justice britannique a reconnu la responsabilité des plateformes consultées dans la descente aux enfers de la jeune ado. L'affaire est remontée jusqu'au gouvernement, qui a pris les choses en main et envisagé plusieurs actions. Parmi elles: interdire les réseaux sociaux au moins de seize ans, une mesure concrète que le parlement britannique discute en ce début d'année. La société Meta de Mark Zuckerberg, qui possède Facebook et Instagram, a d'ores et déjà indiqué que si une telle loi était passée, le groupe quitterait le Royaume-Uni.

Vous vous inquiétez pour vous ou l'un de vos proches?
Parlez-en et faites-vous aider 24 heures sur 24, c'est confidentiel et gratuit:
La Main Tendue (adultes, 24/7) au 143
Pro Juventute (jeunes, 24/7) au 147
Urgences médicales au 144
stopsuicide.ch

Un «Far west» numérique

En Suisse, cette proposition fait réagir. Le juriste technologue Sébastien Fanti, qui a suivi de près les discussions outre-Manche, estime qu'il est grand temps de réguler les réseaux sociaux pour les plus jeunes. «La solution proposée au Royaume-Uni est intéressante car elle montre les limites de l'auto-régulation», constate le juriste.

«Le monde numérique est devenu un espèce de Far West, dont il faut reprendre le contrôle»
Sébastien Fanti, juriste technologue
Sébastien Fanti.
Sébastien Fanti.keystone

Le Valaisan file la métaphore: «Les cow-boys doivent laisser les flingues à l'entrée du saloon et c'est sûr qu'ils ne seront pas contents». Les garçons vachers qui laissent la Winchester devant la porte, ce sont les géants de la tech, Meta ou TikTok par exemple.

«Il est étonnant de voir que c’est à Londres, où on vend des actions des géants de la tech en bourse, qu’on dit désormais: "Ça suffit."»
Sébastien Fanti, juriste technologue

Sébastien Fanti considère ce pays comme une exception notable au sujet de la protection de la jeunesse en ligne. Le gouvernement et le ministre des Sciences y poussent pour un équilibre entre la liberté individuelle en ligne et la protection des mineurs et de leur santé mentale.

Pas une bulle qui flotte «dans un autre monde»

Autre son de cloche du côté de Niels Weber, psychothérapeute spécialisé dans l'hyperconnectivité. Pour le spécialiste, au diapason de patients connectés depuis des années, une interdiction formelle n'est pas la solution et serait même contre-productive.

«Cela ne sert à rien d'exclure les enfants des espaces numériques. Les réseaux sociaux ne sont pas une espèce de bulle qui flotte dans un autre monde. Ce qui se passe sur nos écrans se passe aussi dans notre quotidien.»

Pour le thérapeute, les problèmes présents en ligne sont plutôt le reflet d'autres troubles. Si un ado privilégie son utilisation numérique aux dépens des autres aspects de sa vie, c'est un «signal d'alerte».

Niels Weber.
Niels Weber.dr

«Le problème d'une interdiction, c'est qu'elle empêche d'élaborer des solutions», philosophe le psychologue. «Typiquement, si un enfant tombe sur une vidéo Tiktok qui évoque le suicide, il faut avant tout en parler avec lui.» Le thérapeute estime qu'il est faux de considérer le monde numérique comme la base du problème, alors que celui-ci fait écho au réel.

«Un commentaire blessant sur les réseaux sociaux fait mal comme une insulte en face à face»
Niels Weber, psychothérapeute spécialisé en hyperconnectivité

Plutôt qu'interdire, Niels Weber préconise plutôt un «double travail»: accompagner et éduquer. «Il faut apprendre aux plus jeunes comment fonctionnent les algorithmes et les réseaux sociaux. Et puis il y a aussi la thématique de l'intelligence artificielle (IA), que les ados ont déjà commencé à utiliser, qui avance à grands pas.» Le psychologue plaide donc pour l'élargissement de l'éducation numérique, qui a d'ailleurs été intégrée dans le plan d'études de plusieurs cantons romands.

«Il faut faire confiance aux ados dans leur développement»
Niels Weber, psychothérapeute spécialisé en hyperconnectivité

Pour autant, le psychologue n'est pas un forcené des écrans: «C'est très bien de devoir les ranger de temps à autre, comme dans les salles de classe. Il faut aussi apprendre à s'en passer.»

13 ans, un «âge correct» mais «accompagné»

On s'imagine toutefois mal un enfant de cinq ans naviguer «sainement» sur les réseaux sociaux. Quelle limite d'âge, même si forcément un peu arbitraire, devrait-on recommander aux parents d'un ado qui navigue sur le web? «Oui, 13 ans m'a l'air correct» reconnaît Niels Weber, qui précise d'emblée: «Mais mieux vaut le faire en étant accompagné.» Il s'agit de laisser l'ado expérimenter tout en ayant un certain contrôle, afin de lui donner toutes les clés pour partir seul sur les chemins du web. «Dans un monde parfait», il estime que:

«Pour gérer ses réseaux tout seul, 15-16 ans me semble plus adapté»
Niels Weber, psychothérapeute spécialisé en hyperconnectivité

D'autant plus que pour le psychologue, les réseaux sociaux sont particulièrement positifs pour une autre catégorie d'ados: les introvertis. Si on peut penser ceux-ci plus à risque sur le net, à l'image de la jeune Molly Russell, Niels Weber insiste: «Certains introvertis ont plus de facilités à entretenir des relations en ligne. A contrario, les extravertis passent des contacts virtuels aux réels sans problème.»

«Il y a dix ans, on disait: "Les écrans isolent." Mais pour les introvertis, c'est l'inverse»
Niels Weber, psychothérapeute spécialisé en hyperconnectivité

«La solution de la Chine par exemple, qui vise à limiter drastiquement les plateformes aux jeunes, ne fonctionne pas du tout», analyse le thérapeute. Pékin interdit l'accès à Internet la nuit aux moins de 18 ans et limite le temps de connexion par jour à deux heures pour les ados et une pour les enfants. Les fournisseurs de smartphone ont l'obligation d'installer des applications de contrôle de la durée d'utilisation.

Un effet domino?

Accompagner les ados avec bienveillance, mais aussi vigilance, c'est le défi des parents. Mais plus haut, ne peut-on vraiment rien faire? Berne prend-elle la mesure de la problématique en Suisse?

Sur ce sujet, Sébastien Fanti n'hésite pas à pousser un coup de gueule: «La démarche qu'on voit en ce moment à Londres serait impensable en Suisse. Les politiciens n'ont pas le courage d'empoigner ce sujet.» Si la thématique du cyber-harcèlement progresse au Parlement — le Conseil des Etats a accepté en décembre dernier de le faire rentrer dans le Code pénal —, l'accès aux réseaux sociaux pour les plus jeunes est encore peu régulé.

«Quelle est la valeur fondamentale qu'on décide de protéger: l'argent ou les enfants?»
Sébastien Fanti, juriste technologue

Mais si le projet du gouvernement britannique aboutit, le juriste estime que cela pourrait créer un précédent. Pour l'expert, le fait que le Royaume-Uni soit sorti de l'Union européenne permet d'ailleurs au pays de légiférer sur ce sujet de manière plus efficace.

«Si cette loi passe au Royaume-Uni, ça va faire un effet domino»
Sébastien Fanti, juriste technologue

Le vent est-il en train de tourner sur cette thématique? En France, Emmanuel Macron a fait de la lutte contre le harcèlement scolaire une priorité. A l’image de cet élève emmené par la police devant tous ses copains, menottes aux poignets, pour avoir harcelé une camarade de classe en ligne, en septembre dernier. Si choquer les écoliers pour l'exemple va un peu loin, cela a le mérite de remettre l'église au milieu du village et de rappeler que «le harcèlement en ligne, cela reste du harcèlement», estime Sébastien Fanti. Qui espère que les fronts vont commencer à bouger en Suisse sur ce sujet.

SPOT: On a rencontré Margaux Seydoux
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
David Copperfield accusé de violences sexuelles par 16 femmes
Le célèbre magicien se serait pris à 16 femmes, dont certaines mineures. Aujourd'hui, il dément fermement ces accusations.

Le célèbre prestidigitateur américain David Copperfield est accusé de violences sexuelles par seize femmes, rapporte mercredi le journal britannique The Guardian. Certaines d'entre elles étaient mineures au moment des faits qu'elles dénoncent.

L’article