Société
Saint Valentin

Ce speed dating à Lausanne est... surprenant

Ce speed dating à Lausanne est... surprenant
La soirée no swipe au bar Cali, à Lausanne, le 14 février 2023.alyssa garcia

J'ai testé le speed dating pour la Saint-Valentin (et j'ai eu 5❤️)

Le 14 février, une soirée speed dating a été organisée à Lausanne. A l'ère des applications de rencontres et du «tout virtuel», pourquoi participer à un tel événement? Immersion.
15.02.2023, 18:4716.02.2023, 11:12
Suivez-moi
Plus de «Société»

Mardi, c'était la fête des amoureux. Un jour qui rappelle haut et fort aux célibataires que, dommage, ils ne sont pas en couple! L'année prochaine, peut-être, s'ils ont de la chance. Mais quand certains se morfondent, d'autres en revanche saisissent l'occasion pour s'offrir une soirée entre paires, avec à la clé, qui sait, la rencontre de l'âme sœur.

Mardi, aux alentours de 18h30, dans un bar de Lausanne, Manoah Sauvain termine les préparatifs de son événement no swipe. Des soirées speed dating organisées depuis juin 2022 dans la ville romande, nées d'un ras-le-bol des applications de rencontre et du virtuel.

Le speed dating, ça marche comment?
«Chaque table a une lettre et chaque participant un badge avec son prénom et un numéro. Vous avez un planning qui vous indique qui vous devez rencontrer à quelle table. Chaque 5 minutes, un nouveau tour commence. Quand il est terminé, la lumière sur la table clignote, puis passe du rose au blanc.» Pour suivre le rythme, et savoir quel tour est en cours, les participants gardent un oeil sur les écrans présents un peu partout dans la salle. Entre les rendez-vous, l'organisateur prévoit des moments de pause pour respirer un coup, et pour aller discuter avec les personnes qui nous intéressent mais qui ne sont pas sur notre liste de ce soir. Les plannings sont décalés, pour assurer la dynamique de la soirée.

Et quand quelqu'un nous plait, on fait quoi? «On colorie le petit coeur à côté de son prénom, précise Manoah Sauvain. Si une personne nous intéresse mais qu'on n'a pas de rendez-vous prévu avec, on peut noter son numéro dans une case prévue à cet effet. Ce sont les organisateurs qui échangent les coordonnées le lendemain, uniquement s'il y a un match des deux côtés.»

L'édition spéciale Saint-Valentin est répartie sur trois jours (selon les tranches d'âges), et rassemble au total plus d'une centaine de participants. Les places sont limitées (50 femmes et 50 hommes le 14 février), mais watson a réussi à taper l'incruste (et même à participer). Immersion.

Bye bye Tinder!

Les lumières sont tamisées, les murs foncés. Il y a des pétales de rose et des ballons en forme de coeur un peu partout dans les salles, réparties sur deux étages. Rapidement, les participants investissent les lieux et se mettent dans l'ambiance.

Image
Image
Soirée no swipe saint valentin lausanne
Image: alyssa garcia

«Quand on voit la personne en vrai, on sait tout de suite si le feeling passe ou non», explique Jonathan*, 31 ans. «J'ai testé les applications de rencontre, mais ça ne marche pas. Tu passes trois semaines à discuter avec quelqu'un, tu la rencontres et tu réalises qu'en fait, elle ne te plaît pas. J'avais l'impression de perdre mon temps». Un discours partagé par beaucoup de convives ce soir-là. Ils ont essayé Tinder, Bumble, Fruits, mais aucune vraie histoire n'est née.

«Ici, on peut se rencontrer, échanger des regards. J'en ai marre du virtuel. C'est intéressant au début, mais tu te lasses»
Christina, 39 ans, trop déçue par les applications de rencontres.
«T’arrives jamais vraiment à exprimer complètement ta personnalité par message»
Lucas*, 26 ans, qui participe à la soirée parce qu'un pote le lui a conseillé.
«C'est rare aujourd'hui de faire des rencontres "en vrai". C'est dommage, parce que c'est comme ça que tu ressens vraiment l'énergie de l'autre»
Céline, 37 ans. Elle utilise les applications de rencontre par défaut.

Trève de bavardages: il est 20h30. Le speed dating commence!

5 minutes, ça passe ou ça casse

A 20h45, les tours s'enchaînent et ceux qui ne sont pas à une table profitent de la soirée. Le round numéro 3 s'affiche à l'écran: il est l'heure pour moi d'aller rencontrer Corentin*, numéro 54, à la table K. C'est un peu stressant, on se balade dans les salles pour trouver où il faut aller s'asseoir. Heureusement, la discussion est fluide, les questions sont posées naturellement («tu fais quoi dans la vie?», «quelles sont tes passions à côté du travail?», etc.) et les cinq minutes passent vite: suffisant pour décider si l'on a envie de colorier, ou non, un petit cœur à côté du prénom de la personne.

J'ai ensuite une pause d'un quart d'heure avant mon prochain date. L'occasion d'aller sonder la salle.

«Je viens d'avoir quatre rendez-vous et j'ai déjà coché des coeurs»
Karole, 33 ans, en pause avant de reprendre ses tours.
«Perso, c'est difficile d'avoir un feeling en cinq minutes»
Romain, 36 ans. Il est venu avec des collègues. C'est la deuxième soirée no swipe à laquelle il participe. Lors de la première, il n'a coché aucun coeur.
«Pour une fois, ce n'est pas à moi de faire le premier pas. C'est cool de discuter avec des personnes qui montrent aussi de l'intérêt»
Lucas*, 26 ans, que je croise par hasard à nouveau et qui me fait un retour sur ses rencontres.
«J'ai tout de suite senti si ça matchait ou non. Mais je ne me mets pas la pression, c'est surtout une expérience»
Tara*, 28 ans, qui m'avouera en fin de soirée qu'elle a eu un réel coup de coeur pour quelqu'un.

En 5 minutes, ça passe ou ça casse. Mais au-delà du feeling, c'est quoi les cases qu'un partenaire doit absolument cocher?

«Je cherche une femme classe, indépendante et ambitieuse»
Romain, 36 ans.
«Quelqu'un de stable, donc je demande ce qu'il attend d'une relation»
Tara*, 28 ans.
«J'aimerais construire quelque chose sur la durée et ça doit être réciproque»
Jonathan*, 31 ans.
«Il doit me plaire physiquement, avoir de la conversation et être motivé à faire des activités. J'en ai marre des mecs qu'il faut traîner»
Céline, 37 ans, avec qui la conversation tourne vite court, car elle doit repartir en speed dating. Elle a sept rendez-vous au total.
«Il faut qu'elle soit cultivée. Ah, et si elle joue aux jeux vidéos, c'est incroyable»
Kevin, 30 ans, qui est venu avec un ami.

Cupidon et un dernier verre

Il est 21h, l'écran me rappelle que le tour 7 commence. J'ai rendez-vous avec Loïc*, numéro 11, à la table A. Il sera mon dernier rendez-vous, boulot oblige. Même si ma feuille n'est pas aussi remplie que celle des autres, je dois avouer que c'est intrigant d'enchaîner les date avec des inconnus et de se laisser surprendre par la personne assise en face.

Quels sont les matchs du soir? Dans un e-mail reçu mercredi, on apprend qu'il y a eu 323 cœurs coloriés, dont 114 sont réciproques, soit 57 potentiels futurs couples. Et pour tous ceux dont l'intérêt n'est pas mutuel, le cœur sera au moins brisé en douceur. Pour ma part, malgré mes cinq ❤️ reçus, l'amour n'était pas au rendez-vous. «Il n'y a pas eu le feeling», comme on dit souvent. Parfois, c'est aussi simple que ça. Je serai peut-être plus chanceuse à la prochaine Saint-Valentin.

Vers 22h30, le tour 16 clôt la soirée. Les dernières discussions touchent à leur fin. Le bar se vide gentiment... sauf pour les amateurs du dernier verre.

*Prénom d'emprunt.

Les looks les plus chéper des Grammy Awards 2023
1 / 17
Les looks les plus chéper des Grammy Awards 2023
Ils ont tenté des trucs... ça n'a pas marché.
source: keystone/instagram
partager sur Facebookpartager sur X
Le micro-trottoir de la Saint-Valentin
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Une ado demande à un tribunal romand de prélever l’ADN d’Alain Delon
La fille d'Ari Boulogne, adolescente, a saisi la justice genevoise pour demander un test ADN prouvant qu'Alain Delon est son grand-père biologique.

La fille d'Ari Boulogne, lequel affirmait être le fils d'Alain Delon ce que ce dernier a toujours démenti, a saisi la justice genevoise pour demander un test ADN. Révélée par la Tribune de Genève, cette requête déposée vendredi auprès du Tribunal civil de première instance vise à déterminer si l'acteur est le grand-père biologique de l'adolescente.

L’article