Société
Sexe

Les habitudes sexuelles des jeunes sont surprenantes

Les habitudes sexuelles des jeunes sont surprenantes
Plus de la moitié des Romands (52%) pourrait envisager une relation non-monogame.source: shutterstock

Exclusifs ou pas? Voici comment les jeunes Romands voient le couple

Pour les jeunes adultes appartenant à la Gen Z (18-29 ans), le modèle de couple classique et monogame n'a plus autant la cote. Selon une étude, ils seraient nombreux à aspirer à des relations non-monogames.
14.12.2023, 11:5514.12.2023, 12:30
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «Société»

Connaissez-vous Ashley Madison? Si c'est le cas, et que votre femme ou mari est à côté, chuchotez votre réponse: il s'agit d'un site de rencontres en ligne proposant à ses membres des rencontres extra-conjugales.

Son slogan:

«Life is short. Have an affair»
La vie est courte. Ayez une liaison. voilà voilà

Dans une étude menée par ses soins (et celui d'un institut de sondage), Ashley Madison s'est intéressée à une catégorie de la population bien particulière: la Génération Z (ou «Gen Z»), cette tranche de la population née entre la fin des années 90 et 2010. Les sondés de cette génération ont tous entre 18 et 29 ans, et sont issus de 10 pays, dont la Suisse.

Peut-être que l'évocation de cette génération que l'on décrit comme addict aux réseaux sociaux aura fait dresser les poils de bras de plus d'un boomer lisant cet article. Pourtant, comme l'explique Ashley Madison, cette portion de la population est aussi «fascinante» que complexe à étudier.

La raison? La plateforme dénote un taux d'inscription massif émanant de jeunes adultes. Pourtant, ces derniers n'ont pour la plupart encore jamais été mariés.

Ashley Madison pointe du doigt d'autres contradictions pétrissant cette tranche de membres: malgré un accès très large aux nouvelles technologies, et malgré le fait qu'elle a grandi dans un environnement plus tolérant, cette génération a moins de relations sexuelles que ses aînés.

«La génération Z est la fois puritaine et sexe-négative, mais aussi ouverte au sexe et la plus libertine»
Ashley Madison. source: rapport décoder la génération z: un rapport mondial
sur la non-monogamie, le sexe et le désir de discrétion.

En 2022, ils sont pourtant plus de 1,8 million de «Z» à avoir créé un profil sur Ashley Madison, et représentent... 40% des inscriptions mondiales. En Suisse, on compte plus de 2000 «Z» à avoir rejoint la plateforme de rencontres extra-conjugales en ligne. Parmi toutes les inscriptions,44% sont des femmes, et 39% sont des hommes.

Il n'en fallait pas plus pour que Ashley Madison se mette en tête de recueillir l'opinion de la Gen Z sur la monogamie. Voici les conclusions de son enquête, qu'on vous laisse juger en fin d'article.

Les «Z» aspirent à de nouvelles règles

La génération «Z» est bien plus progressiste et à l’aise avec le concept de non-monogamie que les générations précédentes.

Moins de pression, expériences sexuelles plus complètes, moins de risque de tomber sur des relations malheureuses... Voilà, selon les «Z», les avantages si l'on envisage de renoncer à un modèle de couple exclusif.

Image

Les «Z» sont pragmatiques

L'enquête menée par Ashley Madison met en avant le «pragmatisme des Z vis-à-vis des relations libres». Cette tranche de la population a plus volontiers recours à «un accord de non-monogamie avec leurs partenaires». En tête de liste des arguments en faveur d'une relation plus libre: le fait qu'une seule personne ne soit pas en mesure de satisfaire leurs besoins sexuels.

«Il semblerait que la non-monogamie fasse simplement partie de leur vie et ne soit pas nécessairement le reflet de leur partenaire ou de leur relation»
Ashley Madison

A la question: «pourquoi la monogamie n'est pas un modèle satisfaisant?»:

Image
source: ashley madisn

Les femmes et les hommes n'ont pas complètement les mêmes motivations:

Image

Nombre de Romands envisagent le polyamour

En comparaison européenne, quand il s'agit d'envisager une relation non-monogame, les Suisses se démarquent largement.

En moyenne nationale, 51% des Suisses interrogés sur YouGov pourraient envisager une relation non-monogame. La Suisse est donc le chef de file européen en la matière, à côté de l’Espagne. Et si l'on zoome sur les Romands, plus de la moitié des sondés (52%) pourrait envisager une relation non-monogame, ce qui n'est pas négligeable.

Dans le reste du monde, ce sont le Brésil (62%), le Mexique (59%) et les Etats-Unis (57%) qui présentent la plus grande propension aux relations polyamoureuses.

Image

Les femmes ne boudent pas la non-monogamie

Bien entendu, Ashley Madison prêche largement pour sa paroisse, puisqu'elle vend «une plateforme où les personnes seules comme les couples peuvent rencontrer des individus en quête de relations similaires.» Il faut également prendre les chiffres avec des pincettes: aspirer à un nouveau modèle ne veut pas dire le pratiquer. Cependant, le sondage met en lumière des différences hommes-femmes surprenantes.

En effet, selon les chiffres mis en avant par l'étude, les femmes sont trois fois plus nombreuses que les hommes à toujours avoir été non-monogames (18% contre 5%), «ce qui suggère que les femmes ont adopté la non-monogamie depuis plus longtemps que leurs homologues masculins».

Ashley Madison souligne en outre qu'en matière d'expression des besoins sexuels, il existe une différence de traitement entre les hommes et les femmes. Comme l'explique la sexologue Tammy Nelson, Autrice du livre «Open Monogamy» et citée par l'étude:

«Les femmes qui ont une liaison ou des partenaires multiples font face à de plus lourdes conséquences que les hommes. En effet, on dira plutôt d’un homme qu’il est un joueur ou un séducteur, et la nouvelle sera accueillie par une tape dans le dos. Mais comme notre société tend à s’ouvrir dans la question de la non-monogamie consensuelle, les femmes peuvent enfin sortir de l’ombre et aussi exprimer leurs besoins de changement.»
Ashley Madison.
Que pensez-vous de cette étude?

Alicia Keys se produit dans une gare londonienne 👇

Vidéo: watson

La vie de couple en 20 cartoons amusants 👇

1 / 22
La vie de couple en 20 cartoons amusants
source: imgur / imgur
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Cracher du sang, c’était ma hantise»: Cette Romande a la tuberculose
La tuberculose fait encore des victimes dans le monde. En Suisse aussi, des cas sont décelés. Une jeune femme nous livre un témoignage sur son quotidien chamboulé.

Nous nous rendons dans un bar de la ville de Lausanne, pour y rencontrer une jeune femme: Tessa*. Elle fait partie de ces personnes, en Suisse, qui ont vu la tuberculose chambouler leur vie.

L’article