en partie ensoleillé
DE | FR
Sport
Commentaire

La Coupe du monde où la force collective a triomphé du mâle

Argentina's players celebrate after Lionel Messi scored during the World Cup quarterfinal soccer match between the Netherlands and Argentina, at the Lusail Stadium in Lusail, Qatar, Friday, Dec.  ...
L'Argentine regroupée et soudée autour de son leader Lionel Messi.Image: sda
Commentaire

Le Mondial où la force collective a triomphé du mâle

Dans la lignée du sacre italien à l'Euro, la Coupe du monde a récompensé des équipes parfaitement organisées, totalement matures et profondément unies. Plus que des sélections construites autour d'un homme fort.
16.12.2022, 06:50
Plus de «Sport»

Disons-le, il est difficile de tomber à genoux devant l'Argentine, malgré toutes les références à Diego et au pape, à toute une mythologie de farce-et-attrape. Les moments de grâce sont rares et les miracles sont l'apanage de Lionel Messi, le «Diez» (no 10) qui tient lieu de prophète, qui écarte les défenses regroupées comme d'autres la mer Rouge.

Mais avouons-le aussi et ne cachons surtout pas notre joie: cette Argentine a quelque chose de spécial. Quelque chose de presque imperceptible et d'extrêmement fédérateur: une force, un souffle, une volonté toute-puissante que l'on ne retrouve pas ailleurs. Ou pas dans des proportions aussi extravagantes.

A travers ce nouveau paradigme argentin, la Coupe du monde aura réhabilité des valeurs universelles, un peu cul-cul sans doute et néanmoins indémodables, de courage et d'abnégation. «Cette équipe ne fait pas tout bien et il y a même des choses qu'elle ne sait pas faire. Mais elle a l'immense mérite de ne pas se prendre pour une autre, de savoir dans quelle direction elle va et avec quel modus operandi», écrit magnifiquement José Barroso, observateur de l'Argentine, dans L'Equipe.

Peu importe qu'on l'appelle la grinta, la stimmung, le fighting spirit ou la niaque: l'Argentine a ce supplément d'âme. Aussi imperceptible soit-il, c'est tout ce qui distingue un projet de jeu d'une ambition commune.

Le constat s'applique aux quatre demi-finalistes, à des degrés divers: les collectifs ont triomphé d'un certain individualisme contemporain, porté vers le culte du mâle dominant et du talent unique. Ce Mondial a fait passer le football d'un concept de sélection, articulé autour d'un ou plusieurs hommes forts, parfois en mode «best of», aux bases même du sport d'équipe.

epa10357598 Players of Croatia celebrate after winning the penalty shoot-out of the FIFA World Cup 2022 quarter final soccer match between Croatia and Brazil at Education City Stadium in Doha, Qatar,  ...
Une Croatie unie derrière son leader Luka Modric.Image: EPA

Maroc, Argentine, Croatie, France: tous ont fondé leur succès sur des valeurs relativement archaïques de complémentarité et de combativité, voire de connivence. Tous ont eu cette approche holistique qui consiste à penser qu’un ensemble bien structuré, bien équilibré et bien mené, sera toujours supérieur à la somme des individus qui le composent. Même la France de Mbappé. Surtout la France de Mbappé.

Après un Euro où il s'agissait d'intégrer Benzema à une organisation en place, Didier Deschamps est revenu aux principes carrés et terriens qui ont fait sa légende. Sa priorité fut moins l'alliance des individualités, au péril du système, que la conviction d'en dégager «une force collective», selon sa propre expression.

Sans renier un certain star-system, la France s'est reconstruite sur un bloc solide de personnalités dévouées et loyales, avec un Griezmann qui dépanne au milieu, un Dembélé qui défend jusqu'au poteau de corner, un Giroud qui incarne à lui seul les pouvoirs sous-estimés d'une France crocheuse, pieuse et laborieuse. Une France nettement plus équilibrée au Mondial dans son 4-2-3-1 traditionnel qu'avec Pogba et Benzema en leaders techniques au dernier Euro...

Cette vision du collectif n'est certes pas loin d'épouser des thèses bolchéviques, avec la différence fondamentale dans le football qu'est la prise d'initiative. Peut-être est-ce exagéré mais ce n'est pas moins une évidence: chez tous les demi-finalistes de la Coupe du monde, le groupe a surpassé l'individu.

Le constat renvoie à l'épopée du Maroc et à son patchwork multiculturel de joueurs nés partout en Europe, unis par des notions... assez nordiques de cohésion sociale: la froideur, l'assurance et la couverture mutuelle. Assurer le repli et couvrir les montées. Tous autant qu'ils sont ou qu'ils ont été.

Pendant longtemps, des sélections africaines (en particulier) ont vécu sous le diktat de quelques augustes expat's, quand ce n'était pas au gré de leurs doléances et caprices. Le Maroc a effacé en quatre semaines des décennies de vedettariat et de luttes patriarcales, dans ce qui restera la plus belle révélation de ce Mondial.

Ce constat renvoie aussi aux échecs du Brésil, peut-être le meilleur effectif de ces cinquante dernières années, mais encore du Portugal, incapable de coordonner des talents exceptionnels face à des adversaires homogènes ou mieux assortis.

Jusqu'à la finale, les forces collectives auront triomphé du mâle. Le Mondial aura restauré l'idée un peu ringarde selon laquelle, en football, l'individu ne s'affranchit jamais totalement du groupe, de sa dynamique et de ses mécanismes. Les buteurs ont beau seriner à longueur d'exploits que «le plus important, c’est l’équipe», voire «les trois points», pour une fois, on a eu l'impression qu'ils disaient la vérité – à défaut d'être toujours sincères.

Les sélectionneurs à la Coupe du monde 2022
1 / 34
Les sélectionneurs à la Coupe du monde 2022
Félix Sánchez Bas - Qatar
source: keystone / petr david josek
partager sur Facebookpartager sur X
Le défi foot: Yoann vs Elisa
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il veut représenter la Suisse aux JO dans un sport qui lui est «inconnu»
Le champion de course d'orientation, Matthias Kyburz, fera ses grands débuts sur marathon en avril. Avec un objectif en tête: se qualifier pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe début février. Matthias Kyburz, multiple champion du monde de course d'orientation, annonçait revoir ses objectifs, et mettre temporairement de côté la CO pour se concentrer sur le marathon. Et pas qu'un peu. Il vise les 2 heures 8 minutes et 10 secondes, un temps lui donnant accès aux Jeux olympiques de Paris cet été.

L’article