Sport
Football

Un petit pont? «C'est la pire humiliation dans le football»

Un petit pont? «C'est la pire humiliation dans le football»
Le petit pont, dont Lionel Messi (ici avec le maillot du Barça) s'est fait une spécialité, est l'une des feintes les plus redoutées par les défenseurs en football. Image: capture d'écran youtube

Ce geste est «la pire humiliation dans le football»

L'ex-latéral du Real Madrid Marcelo a mis un petit pont dimanche lors du derby de Rio à un adversaire, avant de se faire découper par ce dernier. La scène en dit long: cette feinte est aussi jouissive pour son auteur qu'humiliante pour sa victime.
19.07.2023, 11:5519.07.2023, 12:57
Suivez-moi
Plus de «Sport»

C'est un terme qui divise. Pour certains, réussir un petit pont consiste à simplement glisser le ballon entre les jambes de l'adversaire. Pour les autres, il faut, en plus, récupérer la balle derrière.

C'est peut-être parce qu'on voit de moins en moins ce geste sur les terrains de football, dans un sport devenu trop rapide et physique pour pareille fioriture, qu'on a accepté de revoir les critères à la baisse. Mais tout le monde s'accorde au moins sur un point: le petit pont est la honte suprême pour le joueur qui le subit. Et un vrai délice pour celui qui l'accomplit.

Une scène du derby de Rio dimanche passé illustre à merveille ce constat. Dans les arrêts de jeu de la seconde période, le joueur de Fluminense Marcelo (ex-Real Madrid) fait un petit pont à Luiz Araujo (Flamengo). Juste après avoir récupéré le ballon, l'ancien Madrilène esquisse un petit sourire. Mais il le perdra vite quand Araujo, vexé, le découpe avec un tacle assassin par derrière.

La scène en détail👇

Les deux joueurs sortiront, l'un sur blessure et l'autre à cause d'un carton rouge. Ils ne sont de loin pas les premiers à avoir expérimenté les sentiments que procure cette feinte si singulière.

«Le petit pont était l’une de mes armes», rembobine dans So Foot l'Argentin Norberto «Beto» Alonso, champion du monde en 1978.

«Ça me servait à faire redescendre les types qui voulaient me croquer les jambes. Quand tu mets un petit pont à un mec qui veut t’intimider avec des coups, tu le fracasses mentalement parce qu’il se fait humilier devant des milliers de personnes»
Norberto «Beto» Alonso, expert en la matière

Oui, mais ce que ne dit pas l'ancien joueur de l'Albiceleste, c'est que le dribbleur prend lui aussi le risque de se faire fracasser. Au sens propre, cette fois. Son compatriote Walter Erviti, lui aussi adepte du petit pont, en a fait l'expérience. «Mon premier entraînement à San Lorenzo, j’avais mis un petit pont à "Pampa" Biaggio. Il n'a pas aimé et m’a mis son crampon dans le trou du cul», se souvient l'ex-milieu offensif, 42 ans aujourd'hui.

«Ruggeri, notre coach, m’avait même dit à la fin de la séance: "Estime-toi heureux. Avec moi, tu ne serais pas sorti vivant du terrain".»
Walter Erviti, grand amateur de petits ponts, dans So Foot

Ligaments croisés, karma et sexe

En Amérique du Sud, plus particulièrement en Argentine, le petit pont est plus apprécié que n'importe où ailleurs. Dans les compilations sur le web, on trouve souvent des actions venues du pays des asados et du tango. Il y a celle, par exemple, où le milieu de Boca Juniors Sebastian Battaglia se tord de douleur par terre après avoir vu le ballon passer entre ses jambes et son adversaire à côté de lui. Le geste réussi par Livio Armando Prieto, d'Independiente, ce 6 novembre 2000, a laissé des traces. Dans les têtes, mais aussi sur la jambe de Battaglia. Perdant ses appuis au moment du dribble et tombant sur les fesses, le malheureux s'est déchiré les ligaments croisés.

La scène, en vidéo 📺

Il a peut-être été victime du karma. Parce que quelques mois plus tôt, son coéquipier à Boca Juniors, Juan Roman Riquelme, ridiculisait Mario Yepes dans le derby contre River Plate, l'un des plus bouillants du monde. «Si tu demandes à n’importe quel hincha (réd: fan) de Boca, comme je le suis, quel est le plus grand moment footballistique de sa vie, la plupart te répondront comme moi, pas par un titre ou un match, mais par le petit pont de Riquelme sur Yepes», raconte dans So Foot le journaliste et écrivain argentin Martin Caparros.

Yepes s'est fait un torticolis face à Riquelme 📺

Pendant qu'il assistait aux matchs dans les tribunes, l'homme de lettres a eu le temps de réfléchir aux raisons qui font du petit pont le geste de l'humiliation par excellence. «On annule l’adversaire, on l’efface. En Argentine, il y a bien entendu une connotation sexuelle. C’est "Je te la mets entre les jambes".» Et comme si ça ne suffisait pas, la «victime» peut aussi ressentir la honte d'avoir été si naïve. De s'être fait berner. Caparros enchaîne:

«Le dribble, c’est la tromperie, c’est faire croire que je vais aller à un endroit pour passer de l’autre côté. Alors que le petit pont, c’est la grande tromperie»
Martin Caparros, journaliste et écrivain argentin

Zlatan zlatané et des gamins à l'hôpital

Mais heureusement, ceux qui sont tombés dans le panneau ne font pas tous des cauchemars. Ce n'est que du foot. Et avant d'être une fin en soi pour ridiculiser un défenseur, le petit pont vise surtout l'efficacité. «C’est juste plus rapide, plus efficace, tu n’as pas besoin de faire autant de mouvements que quand tu dribbles. Un petit pont, ça permet d’aller vers l’avant», résumait l'ancien attaquant du PSG Javier Pastore.

Du coup, son coéquipier à Paris, Zlatan Ibrahimovic, ne s'est pas liquéfié le moins du monde quand il a vu le Lillois Aurélien Chedjou lui glisser subtilement le ballon entre les jambes, lors d'un match en 2013. Au contraire, le Suédois, comprenant qu'il s'était fait avoir, a souri. Une manière classe d'applaudir son vis-à-vis sans s'autoflageller.

Et pareil affront n'a pas empêché Johan Cruyff et Eusébio, respectivement enrhumés par George Best en 1976 et Pelé en 1962, de réussir de magnifiques carrières et de devenir des légendes de ce sport. C'est d'ailleurs la feinte du génialissime brésilien sur le Portugais «qui a banalisé le petit pont à l’échelle mondiale», explique So Foot.

Two soccer legends, Portugal's Eusebio (L) and Brazil's Pele (R), hug each other on Saturday, 29 November 2003, at the opening of the "All Football" fair in Lisbon, Portugal. EPA/T ...
La légende portugaise Eusébio (à gauche) n'en a apparemment pas trop voulu à son homologue, et non moins légendaire, Pelé. Image: keystone

Les conséquences ont, en revanche, été bien plus dramatiques pour certains écoliers. Dans plusieurs établissements scolaires, y compris en Suisse, des élèves pratiquent le très peu recommandable et imbécile «petit pont massacreur». Son concept? Se ruer, en groupe, sur le jeune qui vient de se prendre un petit pont et le rouer de coups. Et ce même si l'enfant en question ne prenait pas part à l'activité et n'avait comme tort que d'être là au mauvais moment. En 2008, des élèves français du Havre et de Sevran ont dû être hospitalisés à cause de traumatismes crâniens. On est bien loin, dans ce cas, de l'esprit original taquin du geste.

Et sinon, chez watson on a tranché: un vrai petit pont, c'est celui où on récupère le ballon après l'avoir fait passer entre les jambes de son adversaire. Vous validez?

Cet article est adapté d'une première version publiée le 16 octobre 2022 sur notre site.

Une IA a créé des couples de stars et leurs enfants
1 / 30
Une IA a créé des couples de stars et leurs enfants
source: jérémy pomeroy
partager sur Facebookpartager sur X
Le plus gros python de Floride a été capturé
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ce Romand raconte ce qui attend la Nati dans les stades de l'Euro
Jonas a vu environ 70 matchs en Allemagne dans 24 stades différents, dont ceux de Cologne et Francfort, où jouera l'équipe de Suisse à l'Euro. Ça méritait bien un petit coup de fil.

«T'as pas un billet pour moi?» Jonas n'a pas eu de place pour l'un des trois matchs de la Nati en Allemagne cet été, mais il ne désespère pas d'en trouver. Parce qu'accompagner l'équipe nationale dans un grand tournoi est une chance, surtout en Allemagne, dans ce qui est pour lui «le pays du football», et surtout à Cologne et Francfort, où la Suisse disputera la phase de groupes.

L’article