Sport
Football

Barrage Sion-SLO: les Valaisans comme Xamax en 2019?

l'attaquant valaisan Ilyas Chouaref, gauche, et le defenseur valaisan Reto Ziegler, centre, luttent pour le ballon avec le defenseur du SLO Lamine Gassama, droite, lors de la rencontre de footbal ...
Les Sédunois (en blanc) ont encore un espoir de sauver leur place en Super League mardi soir, mais ils devront faire un grand match. Image: KEYSTONE

«Si le FC Sion marque en premier, ça va chauffer»

Pour rester en Super League, les Valaisans, battus par le Stade Lausanne Ouchy au match aller, doivent remonter un déficit de deux buts ce mardi soir (20h30) à la Pontaise. Et ils ont de bonnes raisons d'y croire, comme l'expliquent deux «miraculés» xamaxiens de 2019.
06.06.2023, 06:24
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Dimanche matin, le Valais entier s'est réveillé avec une gueule de bois digne des soirées les plus arrosées à la légendaire Foire de Martigny. Mais cette fois, les ballons de rouge enquillés jusqu'à pas d'heure sur du Gilbert Montagné et du Jean-Jacques Goldman n'y sont pour rien.

Non, les habitants du Vieux Pays doivent cet état nauséeux à des Vaudois. Et pas à cause du vin de ceux-ci, comme l'imaginent peut-être les mauvaises langues, mais bel et bien d'une équipe du FC Stade Lausanne Ouchy que personne n'avait vraiment vu venir. Troisièmes de Challenge League, les Lausannois sont venus s'imposer 2-0 à Tourbillon en match aller du barrage, posant un pied en Super League.

New York Times, tremblotte et bonus

Cette situation rappelle étrangement celle de Neuchâtel Xamax au printemps 2019. Pensionnaires de l'élite au moment d'affronter Aarau en barrage, les «Rouge et noir» avaient vécu une soirée cauchemardesque au match aller à la Maladière: une claque 0-4. Les Neuchâtelois, tétanisés par l'enjeu, n'arrivaient pas à aligner trois passes alors que leurs adversaires, en pleine confiance, déroulaient et auraient même pu s'imposer plus largement encore. Violemment chahutés par leur propre public, les Neuchâtelois avaient dû quitter le terrain sous escorte. Exactement comme les Sédunois samedi.

A l'image de Xamax il y a quatre ans, Sion a paru dépassé par l'enjeu et un outsider à qui tout (ou presque) réussissait. Sans parler du courroux de ses fans. Or les Xamaxiens avaient réussi l'impossible trois jours plus tard à Aarau: un maintien arraché aux tirs au but, après avoir mené 4-0 jusqu'à la fin des prolongations. L'un des exploits les plus fous de l'histoire du foot suisse. «On a même eu droit à un article dans le New York Times!», rappelle l'un des héros neuchâtelois, le gardien Laurent Walthert.

Neuenburgs Torhueter Laurent Walthert, Mitte, und Neuenburgs Torhueter Matthias Minder, rechts, feiern nach dem Ligaerhalt nach dem Barrage Rueckspiel zwischen dem FC Aarau und Neuchatel Xamax FCS, am ...
Laurent Walthert (au centre) n'avait pas réussi à retenir ses larmes après l'exploit de Xamax à Aarau en 2019.Image: KEYSTONE

Pour le désormais jeune retraité, aucun doute: Sion peut, lui aussi, renverser la vapeur. «On ne parlerait même pas de miracle si les Valaisans y parvenaient», s'avance-t-il. D'abord, parce que le score à rattraper est deux fois moins grand que celui de Xamax en 2019. Mais aussi parce que, contrairement à Neuchâtel, les Valaisans n'ont pas le contingent d'un petit poucet de Super League:

«Avec leur qualité, les Sédunois peuvent très bien marquer s'ils font preuve d'un peu de rébellion et de cœur. Ça peut vite venir, sur une balle arrêtée par exemple. Et à partir de là, tout peut s'enchaîner, parce que l'adversaire, mené 0-1, commence à trembler»
Laurent Walthert, ex-gardien de Neuchâtel Xamax

Malgré la défaite, les Sédunois n'ont pas démérité au match aller👇

Tout ça fait dire à Laurent Walthert que le défi qui attend le FC Sion mardi à la Pontaise est «beaucoup plus réalisable» que celui des Xamaxiens à Aarau. L'ancien portier voit encore au moins deux raisons qui poussent à ce constat.

«Nous, on avait dû se sauver devant 7000 spectateurs au Brügglifeld. Le FC Aarau avait déjà préparé les t-shirts de la promotion. A la Pontaise, vu le peu de fans du SLO, Sion jouera en terrain neutre, voire même presque à domicile. En se disant que ce barrage est du bonus, puisqu'ils auraient normalement déjà dû être relégués en tant que derniers, les Valaisans peuvent s'enlever un peu de pression.»
Laurent Walthert

Son ancien coéquipier, Mustafa Sejmenovic, également sur le terrain lors du «miracle du Brügglifeld», est du même avis: les pensionnaires de Tourbillon ont les capacités de retourner ce barrage. «Si Sion marque en premier, idéalement tôt dans la partie, il mettra une grosse pression sur le SLO. Et sur un match, avec l'expérience des Sédunois, tout est possible.»

Des guerriers, des mots et l'amour du maillot

C'est ce qu'avait fait Xamax en ouvrant le score à la 20e minute et en menant 3-0 à la mi-temps. Mais ces buts n'étaient bien sûr pas tombés tout seuls: ce jour-là, Neuchâtel a pu compter sur onze guerriers prêts à se battre sur chaque ballon. «Dans ce genre de match, le coach ne devrait pas aligner les meilleurs joueurs techniquement mais ceux qui en veulent le plus», conseille Mustafa Sejmenovic, désormais entraîneur des M21 d'Yverdon.

Aaraus Varol Tasar gegen Neuenburgs Mustafa Sejmenovic waehrend dem Challenge League Barrage Rueckspiel zwischen dem FC Aarau und Neuchatel Xamax FCS am Sonntag, 2. Juni 2019 im Stadion Brueglifeld in ...
Mustafa Sejmenovic intervient sur l'Argovien Varol Tasar lors de ce fameux match retour du 2 juin 2019. Image: KEYSTONE

Il voit bien Gaëtan Karlen dans le rôle de détonateur pour Sion, lui qui était aussi de la partie avec Xamax il y a quatre ans à Aarau. «Un Valaisan, un joueur de caractère et qui a l'amour du maillot.»

Cet état d'esprit conquérant, c'est assurément ce qui avait permis aux Neuchâtelois de se sauver. «Deux jours avant ce match retour, l'entraîneur Stéphane Henchoz avait pris la parole dans le vestiaire pour jouer sur notre fibre émotionnelle», rembobine l'ex-défenseur des «Rouge et noir».

«Il a fait ressortir notre fierté, notre amour-propre, et nous a demandé au minimum de gagner ce match retour, et ce même si c'était insuffisant pour remporter la double confrontation»
Mustafa Sejmenovic
Le defenseur genevois Nicolas Vouilloz gauche, lutte pour le ballon avec l'attaquant valaisan Gaetan Karlen, droite, lors de la rencontre de football de Super League entre le Servette FC et le FC ...
Gaëtan Karlen (à droite), l'atout numéro un du FC Sion mardi soir à la Pontaise? Image: KEYSTONE

Mustafa Sejmenovic enchaîne: «On verra déjà dans les dix premières minutes mardi dans quel état d'esprit sont les joueurs du FC Sion.»

On ne connaît pas les mots que leur coach, Paolo Tramezzani, a utilisé pour tenter de remobiliser ses troupes. Mais tout le Vieux Pays espère qu'ils seront les bons, histoire de n'avoir pas un autre méchant mal de crâne d'ici la prochaine Foire du Valais le 29 septembre.

Souvenirs des premiers Roland-Garros de Nadal:
1 / 17
Souvenirs des premiers Roland-Garros de Nadal:
L'Espagnol Rafael Nadal est félicité par son adversaire, le Suisse Roger Federer, après la demi-finale du tournoi de Roland Garros, à Paris, vendredi 3 juin 2005. Nadal a gagné 6-3, 4-6, 6-4, 6-3.
source: epa / olivier hoslet
partager sur Facebookpartager sur X
Les adieux de Zlatan
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet inconnu peut sauver la Nati à l'Euro
L'équipe de Suisse peine à trouver des buteurs depuis plusieurs années. Le Bernois Kwadwo Duah, qui cartonne en Bulgarie, peut être la solution.

La Nati a un problème en attaque, et ça dure depuis longtemps. 2011 précisément, année où Alex Frei a mis fin à sa carrière internationale. Certes, des joueurs comme Haris Seferovic, Breel Embolo ou Josip Drmic ont tenté de combler le vide au centre de l'attaque, mais aucun d'entre eux n'a vraiment réussi à le faire sur une longue période.

L’article