Sport
Football

Coupe de Suisse: une joueuse de GC victime de sexisme

Coupe de Suisse: une joueuse de GC victime de propos sexistes
Leandra Flury a commenté sur Instagram un incident survenu lors du match de Coupe de Suisse entre Bâle et GC.instagram: leandra flury

«Oh oui, mets-la en bouche»: une footballeuse suisse victime de sexisme

Leandra Flury (Grasshopper) a subi des propos déplacés lors du quart de finale de Coupe de Suisse contre le FC Bâle, samedi dernier. Ce n'est pas une première dans le foot féminin. La footballeuse s'est exprimée sur cet incident.
22.02.2024, 06:0322.02.2024, 16:02
Katja Burgherr / watson.ch
Plus de «Sport»

Le quart de finale de Coupe de Suisse féminine, entre le FC Bâle et Grasshopper, risque de laisser à Leandra Flury, défenseuse de GC, un mauvais souvenir. Et pas seulement parce que son équipe s'est inclinée 2-1 lors des prolongations.

Plus que la défaite (et l'élimination), c'est le comportement de deux personnes en tribune qui a préoccupé Flury à l'issue de la rencontre. La jeune femme de 24 ans a d'ailleurs relaté cet incident sur son compte Instagram.

«Perdre, ça fait mal. Surtout après un combat de 120 minutes. Mais devoir supporter deux crétins commenter mon "cul d'enfer", gémir durant mon échauffement, ou lancer "Oh oui génial, mets-la en bouche, tu vas grossir" quand je croque dans une barre de céréales, ça me fait encore plus chier. Du sexisme par excellence.»
Leandra Flury

Toujours en lien avec le foot féminin ⬇️

Des faits courants chez les féminines

Ce que Leandra Flury a vécu lors du match de Coupe contre le FC Bâle n'est pas rare dans le football féminin. De nombreuses joueuses, actives ou retraitées, sont en mesure de raconter des histoires similaires à celle de la défenseuse de Grasshopper.

Nous ne parlons pas seulement de «sexisme structurel», qu'Ulrike Häfner, ancienne footballeuse et actuelle vice-présidente du club de Potsdam en Allemagne, définit comme le désavantage dû à de moins bonnes conditions de travail, si l'on compare avec les hommes. Il s'agit aussi du comportement des spectateurs, des dirigeants ou encore des utilisateurs des réseaux sociaux.

Ce que dit le FC Bâle sur les événements
«Le FC Bâle 1893 n'a appris l'incident qu'après la rencontre et est depuis en contact avec Grasshopper ainsi que la joueuse concernée. Le FCB condamne avec la plus grande fermeté toute forme de discrimination. Le club l'a récemment rappelé à plusieurs reprises, et ce, de manière très claire, et a notamment sensibilisé les spectateurs au stade. A chaque match du FCB à domicile, les contrevenants doivent s'attendre à des sanctions immédiates (exemple: interdiction de stade), si le personnel de sécurité enregistre une infraction et que celle-ci peut être poursuivie.»

Les footballeuses allemandes Tabea Kemme, Saskia Matheis et Franziska Bielfeld sont de celles qui ont raconté publiquement leurs expériences, ainsi que toutes les remarques condescendantes entendues lors du dernier Championnat d'Europe des nations, en Angleterre. L'éventail des commentaires va de l'objectivation («Elle est chaude, hein? Je me la ferais bien») au sexisme («Celle qui a les cheveux courts devrait jouer chez nous. C'est une femme?»), sans compter les blagues de mauvais goût.

Dans le foot féminin, les joueuses ne sont pas épargnées par les commentaires qui concernent leur physique. C'est ainsi que la Suissesse Alisha Lehmann, attaquante d'Aston Villa, est décrite par les médias anglais comme «la footballeuse la plus sexy du monde». Lia Wälti, capitaine de l'équipe nationale, évoluant à Arsenal, s'exprimait d'ailleurs à ce sujet pour 20 Minutes.

«La plupart des gens suivent Granit Xhaka parce qu'ils le trouvent bon en tant que footballeur. Les femmes sont sans doute aussi suivies parce qu'on les trouve jolies»
Lia Wälti
Lia Wälti, meilleure joueuse suisse en 2023.
Lia Wälti, meilleure joueuse suisse en 2023.Image: KEYSTONE

Les choses bougent-elles?

L'incident qui a entouré la remise du trophée de la Coupe du monde féminine en Australie et Nouvelle-Zélande reste dans toutes les mémoires. Le président de la fédération espagnole, Luis Rubiales, avait embrassé la joueuse Jennifer Hermoso sur la bouche, et ce, contre son gré.

Cet épisode, qui a occupé la société espagnole pendant de longs mois, et qui a abouti au licenciement du président de la fédération, semble toutefois montrer que les footballeuses ne se laissent plus faire par de tels comportements.

Jennifer Hermoso
Jennifer Hermoso, célébrant sa victoire en finale du Mondial.Image: keystone

Tabea Kemme, que nous évoquions plus haut, se montre toutefois moins optimiste. Lorsqu'elle s'est plainte avec ses coéquipières de remarques choquantes lors d'une assemblée générale, de nombreuses personnes présentes se sont contentées de rire. «Malheureusement, les auteurs de ces commentaires n'étaient probablement pas conscients de l'impact de leurs propos», estime Kemme, ajoutant que beaucoup de choses doivent encore changer.

«Je pense que c'est un leurre de penser que ça avance»
Tabea Kemme

Tabea Kemme n'a peut-être pas tort si l'on se fie au commentaire de Karl-Heinz Rummenigge, membre du conseil de surveillance du Bayern Munich. Ce qu'il avait déclaré, à propos du baiser forcé de Rubiales?

«Ce qu'il a fait là est, avec tout mon respect, absolument correct»
Karl-Heinz Rummenigge

«Nous ne voulons pas de ce genre de personnes dans le football féminin ni ailleurs dans la société», a résumé Leandra Flury au sujet des commentaires sexistes qu'elle a dû essuyer, samedi en Coupe de Suisse.

Adaptation en français: Romuald Cachod.

Alexeï Navalny (1976-2024)
1 / 12
Alexeï Navalny (1976-2024)
Navalny assiste à une audience au tribunal de la ville de Moscou, à Moscou, Russie, le 30 mars 2017.
source: sda / sergei ilnitsky
partager sur Facebookpartager sur X
Il arrête des dealers déguisés en ours en peluche
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La mascotte d’un club anglais était trop insistante
Une mascotte se doit d'électriser les foules et animer les matchs. Or à Loftus Road, l'antre des Queens Park Rangers, celui qui joue «Jude the Cat» ne se limitait pas à ça. Il vient d'être licencié après plusieurs avertissements.

La mascotte «Jude the Cat» des Queens Park Rangers, club pensionnaire de Championship, la deuxième division anglaise, a été licenciée. Ou plutôt, celui qui lui donnait vie. Cette information a été révélée début avril par le tabloïd britannique The Sun, qui s'appuie sur une source anonyme proche du club.

L’article