ciel clair11°
DE | FR
Sport
Hockey sur glace

Genève-Bienne: six Finlandais sur la glace, tout sauf un hasard

Harri Säteri (à droite), Sami Vatanen et quatre autres de leurs compatriotes participeront à la finale de National League entre Genève et Bienne.
Harri Säteri (à droite), Sami Vatanen et quatre autres de leurs compatriotes participeront à la finale de National League entre Genève et Bienne.image: keystone/shutterstock

Six Finlandais joueront la finale Genève-Bienne: tout sauf un hasard

Il y en aura trois dans chaque équipe. Les hockeyeurs de ce pays du Nord de l'Europe et leur style de jeu propre se sont imposés au fil du temps en Suisse, au point de façonner notre hockey.
14.04.2023, 11:5705.05.2023, 11:48
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Tout commence par une erreur de casting. En automne 1978, le nouvel entraîneur du CP Berne Xaver Unsinn fait venir de son ancien club allemand de Rosenheim le talentueux Jarmo Koivunen. Le Finlandais a fait très fort en Allemagne: 30 buts en 45 matchs.

Berne cultive alors un style de jeu plutôt rustique et Jarmo Koivunen ne s'y retrouve pas. Il est mis à l'écart après onze matchs et un seul but. Oui, son transfert était une erreur.

Geneve-Servette's forward Teemu Hartikainen celebrates his goal after scoring the 1:0, during a National League regular season game of the Swiss Championship between Geneve-Servette HC and ZSC Li ...
Teemu Hartikainen, l'un des trois hockeyeurs finlandais de Genève-Servette. Image: KEYSTONE

Une bouteille d'oxygène, un chouchou et un playboy

Suite à quoi débarque, début novembre 1978, Lauri Mononen. L'attaquant finlandais est tombé en disgrâce à Helsinki, probablement aussi à cause d'une certaine négligence lors de la préparation estivale. Son premier match à domicile reste inoubliable. Lorsqu'il revient au banc des joueurs bernois, respirant difficilement et vidé de son énergie, un spectateur se moque bruyamment de lui, et ça s'entend jusque loin dans les tribunes:

«Donnez-lui une bouteille d'oxygène!»

Mais Lauri Mononen prend son envol. Le solide ailier au menton anguleux devient le chouchou du public et, avec 16 buts en 17 matchs, il contribue largement au sacre national du CP Berne en 1979. Il est le premier Finlandais à devenir champion en Suisse. La preuve qu'avec les Finlandais, on peut gagner. Même sans bouteilles d'oxygène. Son aventure bernoise s'achèvera toutefois dès la deuxième saison en raison de blessures.

Les Finlandais dans cette finale Genève-Bienne
Bienne: Harri Säteri (gardien), Toni Rajala (attaquant) et Jere Sallinen (attaquant).
Genève-Servette: Sami Vatanen (défenseur), Valtteri Filppula (attaquant) et Teemu Hartikainen (attaquant).

En fait, Jarmo Koivunen n'était pas le premier hockeyeur finlandais à jouer dans notre ligue la plus élevée. Au printemps 1976, Jarno Peltonen (qui n'a aucun lien de parenté avec le célèbre Ville Peltonen) fête la promotion comme entraîneur-joueur de Zoug: il devient le premier représentant de son pays à jouer en LNA. Il a largement contribué à la montée des Zougois en inscrivant 35 buts et 35 assists en 28 matchs. La saison suivante, malgré 33 points en 28 parties, il ne peut empêcher la relégation immédiate au printemps 1977.

Avant de faire les gros titres dans l'élite, les Finlandais ont laissé leurs traces dans la LNB de l'époque: par exemple les défenseurs Juha Rantasila entre 1974 et 1978 à Lugano et Lucerne ou Jaakko Marttinen à Zoug. Tous deux marquaient régulièrement un point par match, et ils se faisaient aussi remarquer hors de la glace. Juha Rantasila, qui a fait une grande carrière d'avocat, a été élu «homme le plus sexy» de Finlande dans son jeune âge.

Juha Rantasila, playboy nordique

Image
image: twitter

Les Finlandais sont donc arrivés dans notre LNA presque en même temps que les débuts de Matti Hagmann en NHL à Boston. Depuis, ils font partie de notre culture du hockey avec une importance toujours croissante. Plus de dix d'entre eux sont déjà devenus champions. Et dans quelques jours, trois nouveaux noms rejoindront ce prestigieux cercle. Soit à Genève, soit à Bienne.

Un Eldorado et un vieux maréchal

La finale des play-offs entre Genève-Servette et le HC Bienne débute ce vendredi aux Vernets (20h00) avec six joueurs finlandais, trois dans chaque équipe. Le point culminant, pour l'instant, d'une évolution qui a commencé il y a 46 ans. La précédente finale record en termes de présence finlandaise sur la glace? Celle de 2006, entre Davos et Lugano. Il y avait Riku Hahl du côté grison, alors que les Tessinois alignaient Jukka Hentunen, Ville Peltonen et Petteri Nummelin.

Bildnummer: 03182611 Datum: 28.09.2007 Copyright: imago/Geisser
Jukka Hentunen (Lugano) am Puck; Vdig, quer, Scheibe Freisteller Nationalliga A 2007/2008, NLA, 1. Schweizer Liga, HC Lugano Z�rich Dyn ...
Jukka Hentunen a joué trois ans à Lugano, entre 2005 et 2008.image: imago-images

Selon la célèbre base de données «Eliteprospects», 163 gardiens, défenseurs et attaquants avec un passeport finlandais ont jusqu'à présent joué dans l'élite suisse. La Finlande est donc le troisième pays étranger le plus représenté dans l'histoire de notre première division, après le Canada (683 joueurs) et les Etats-Unis (169), mais devant les Suédois (161), les Tchèques (97), les Russes (47), les Slovaques (42) et les Allemands (18).

Après la NHL et le championnat suédois, la National League helvétique est devenue le principal marché du travail pour les stars finlandaises. La KHL russe ayant été mise de côté suite à la guerre en Ukraine, les emplois dans notre championnat sont les plus convoités après la NHL.

Il n'y a que dans la prestigieuse ligue nord-américaine que les meilleurs peuvent gagner encore plus d'argent qu'en Suisse. Et dans notre pays, la qualité de vie fait rêver en raison des courtes distances (après chaque match à l'extérieur, chacun peut passer la nuit dans son propre lit) et, plus encore, grâce à une météo moins morose et des nuits hivernales plus courtes qu'en Finlande.

Le maréchal Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national de la Finlande – le «Général Guisan local» – le savait déjà, en passant la fin de sa vie près de Lausanne et en y écrivant ses mémoires. La Suisse, une terre de nostalgie pour les Finlandais qui peuvent se le permettre.

Des Finlandais qui déteignent fortement sur la Suisse

Cette saison, trois équipes suisses ont employé trois hockeyeurs finlandais: Bienne et Genève, donc, mais aussi Kloten (avec Juha Metsola, Miro Altonen et Arttu Ruotslolainen). Seul Langnau comptait une plus grande colonie finlandaise avec quatre représentants: Vili Saarijärvi, Harri Pesonen, Sami Lepistö et Aleksi Saarela. Sans eux, les Emmentalois n'auraient sans doute pas pu éviter le barrage contre la relégation.

Kloten Goalkeeper Juha Metsola 55 - SWISS HOCKEY - pre playoff - Kloten vs Bern at Stimo Arena, Kloten, Zurich Kloten stimo arena Zürich Schweiz Copyright: xSergioxBrunettix
Juha Metsola, gardien Finlandais de Kloten.image: www.imago-images.de

Les Finlandais marquent donc désormais notre hockey de leur empreinte, en bas comme en haut du classement. En 2023, nous aurons en tout cas une équipe championne avec trois joueurs clés finlandais. Ce n'est pas une nouveauté: Ville Peltonen, Petteri Nummelin et Jukka Hentunen ont formé à Lugano en 2006 l'une des meilleures équipes championnes de l'histoire en termes de jeu. A l'époque, quatre étrangers étaient autorisés. Le Canadien Glen Metropolit complétait le quatuor.

L'influence finlandaise sur le développement de notre hockey n'a jamais été aussi forte. Elle est désormais plus importante que les influences nord-américaine et suédoise, au point qu'elle façonne le style de jeu de la ligue et de notre équipe nationale. Ses caractéristiques? La vitesse, la technique et une tactique intelligente. Ce style est moins rugueux que celui de l'Amérique du Nord et moins académique sur le plan tactique que le suédois.

Du talent, de l'expérience et un «Finno-Latino»

Comment faut-il définir les six finalistes finlandais? Ils ne sont pas les meilleurs de l'histoire du hockey de leur pays, mais ils sont tout à fait à la hauteur des grands héros du passé. Ceux qui ont fait le bonheur de plusieurs clubs suisses.

Biels Toni Rajala, Mitte, freut sich ueber sein Tor zum 3:2, im Eishockey Qualifikations-Spiel der National League, zwischen dem EHC Biel und den ZSC Lions, am Dienstag, 1. November 2022, in der Tisso ...
Toni Rajala, l'artiste finlandais du HC Bienne.Image: KEYSTONE

Le défenseur servettien Sami Vatanen n'est pas aussi élégant que Reijo Ruotsalainen dans les équipes championnes du CP Berne en 1989, 1991 et 1992, et il n'est pas aussi productif que Kari Elorante, le premier défenseur finlandais à avoir été sacré champion à Lugano en 1988. Ni que Petteri Nummelin, champion également avec les Bianconeri en 2003 – où il a terminé meilleur buteur du championnat – et 2006.

Foto Manuel Geisser 20.09.2022 Bossard Arena Zug. Eishockey Herren,Saison 2022/2023 EV Zug - Geneve -Servette HC . Bild :Sami Vatanen Geneve-Servette HC schreit Aktion Einzelbild *** Photo Manuel Geis ...
Sami Vatanen compte plus de 500 matchs en NHL.image: www.imago-images.de

Mais avec son expérience de plus de 500 matchs en NHL, le numéro 45 des Vernets est un solide vice-ministre de la défense aux côtés du suédois Henrik Tömmernes, qui excelle.

Le rusé meneur de jeu Valtteri Filppula (39 ans) est, lui, un vétéran très décoré (plus de 1000 matchs NHL), champion du monde, champion olympique et vainqueur de la Coupe Stanley. Son collègue attaquant Teemu Hartikainen est un peu le Lauri Mononen du 21e siècle. Il ressemble à Tristan Scherwey et à Rolf Schrepfer, mais il est encore plus robuste et meilleur techniquement.

A Bienne, Harri Säteri est considéré comme le meilleur gardien finlandais en dehors de la NHL et a de quoi suivre les traces de son compatriote et ex-gardien culte des ZSC Lions, Ari Sulander. L'énergique attaquant Jere Sallinen est double champion du monde et bénéficie d'une excellente technique.

Finalement, l'artiste Toni Rajala est, lui, libéré de toute contrainte tactique une fois la ligne médiane franchie et vole sur la glace. Extraverti et de bonne humeur, il a déjà été surnommé «le Finlandais latino».

Une chose est sûre: les hockeyeurs finlandais sont de toute façon de meilleure humeur et plus optimistes que le légendaire réalisateur Aki Kaurismäki. D'autant plus lorsqu'ils peuvent gagner leur vie dans notre championnat.

P.S.: Le pronostic pour cette finale si nous ne prenons en compte que les performances des joueurs finlandais? Bienne sera champion. Grâce à Harri Säteri.

Adaptation en français: Yoann Graber

21 titres de films en québecois
1 / 24
21 titres de films en québécois
partager sur Facebookpartager sur X
Trois footballeurs romands font le buzz sur TikTok
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les volleyeuses de Neuchâtel en finale de Coupe d'Europe!
Le Neuchâtel Université Club (NUC) s'est qualifié pour sa première finale de CEV Cup, le deuxième niveau continental, en dominant mardi en demi-finale Lodz. Un exploit historique.

Les volleyeuses du Neuchâtel Université Club (NUC) l'ont fait! Elles sont qualifiées pour la finale de la CEV Cup (deuxième échelon européen) après la demi-finale de mardi face aux Polonaises de Budowlani Lodz. Une première pour un club romand! Jusque-là, Köniz (BE) était l'unique représentant helvétique à avoir atteint une finale européenne (perdue), en Coupe Top Teams en 2003.

L’article