DE | FR
Germany's players celebrate their victory past Switzerland's players after winning during the shootout session, at the IIHF 2021 World Championship quarter final game between Switzerland and Germany, at the Olympic Sports Center, in Riga, Latvia, Thursday, June 3, 2021. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Jeudi soir à Riga: les Allemands célèbrent leur qualif devant le banc helvétique. Image: KEYSTONE

Les Suisses se sont écrasés comme des aigles, pas comme des pigeons

La défaite mortifiante des Suisses contre l'Allemagne, jeudi en quart de finale du Mondial, ne doit pas faire oublier le long chemin parcouru depuis les bas-fonds du hockey international jusqu'au sommet.



Le soleil a déjà disparu derrière l'horizon. Le crépuscule tombe et un merle chante sa chanson du soir. Pour comprendre ce qui s’est passé durant les quarts de finale, jeudi soir contre l'Allemagne (défaite 3-2 aux tirs au but), le chroniqueur (c'est-à-dire moi) rejoint un entraîneur réputé et expérimenté dans un restaurant. Ce dernier est extrêmement compétent, non seulement en hockey sur glace, mais aussi en sport.

Vidéo: RTS

Par le passé, des entraîneurs, des directeurs sportifs et des administrateurs ont demandé au chroniqueur de ne pas être toujours aussi critique. «Ayez plus de respect!»; «Voyez le verre à moitié plein et pas toujours à moitié vide!»; «Souriez parfois!»; «N'écrivez pas tout et n'importe quoi sur tout le monde!»; «Faites des remarques constructives, elles n’ont pas besoin d’être toujours sarcastiques.»

Je me souviens encore du SMS de la mère d'un joueur, qui disait de manière très claire : «Klaus est mauvais.» Puisqu'il a la critique facile…quel sera le prochain jugement négatif du chroniqueur, ce jeudi soir au restaurant? Les tortellini servis, l'entraîneur demande à l'aimable serveuse: «Pouvez-vous encore apporter du poivre à ce monsieur?». Étonné, je le regarde, car je ne veux pas de poivre sur mes tortellini. Il ajoute:

«Oui, beaucoup de poivre. Tu as besoin de poivre»

En fait, il me fait la leçon en disant que j’ai été trop gentil dans mon analyse du Championnat du monde. Me serais-je assagi avec l'âge? Dans le passé, après une telle défaite contre l'Allemagne, j'aurais appelé à la démission de l'entraîneur national et ça n'aurait même pas été pour faire de la polémique, mais simplement parce que je me serais dit qu'il s'agissait de la meilleure chose à faire.

L'entraîneur expert, assis en face de moi, a beaucoup de choses à reprocher à l'équipe de Suisse: trop de changements de ligne. C'est pour cela que Timo Meier n'a pas marqué dans la seconde moitié du tournoi. Un style de jeu trop passif - il n'est pas possible que le ratio de tirs contre une équipe réellement inférieure ait été de 22-41 en faveur des Allemands, et même de 4-13 dans le dernier tiers. Jonas Siegenthaler était déjà en partie responsable du premier but, on n'aurait pas dû le revoir sur la glace à la dernière minute. Avec un temps mort, l'élan des Allemands aurait pu être ralenti dans l'emballage final.

Switzerland's defender Jonas Siegenthaler, right, seats on the board looks the game next to a IIHF's photographer, during the IIHF 2021 World Championship preliminary round game between Switzerland and Great Britain, at the Olympic Sports Center, in Riga, Latvia, Tuesday, June 1, 2021. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Jonas Siegenthaler. Image: KEYSTONE

Les critiques s’enchaînent. L'entraîneur est d'avis que le Mondial a été une déception. Et c'est peut-être vrai. On ne devrait pas être satisfaits après une défaite en quart de finale contre l'Allemagne. Nous avons manqué une grande opportunité à Riga, nous étions si près du titre de champion du monde, mais en même temps tellement loin. Mais on peut décider de voir les choses sous un autre angle. C'est juste que je n'arrive pas à convaincre avec mes arguments, quelque chose m'irrite. Le fait de devenir plus tolérant en vieillissant. Je ne peux pas accepter ça.

J'ai vécu des Championnats du monde dans le modeste groupe B. Avec des défaites contre la Hollande, la Pologne, le Japon et l'Italie, et des matchs nuls truqués contre la Roumanie, pour éviter la descente en Coupe du monde C. Une époque où nous n'étions même pas autorisés à jouer contre les Allemands lors d'un Championnat du monde, parce que nous étions loin d'être en première classe. Des temps où nos étoiles étaient plus éloignées de la NHL qu'un pétard ne l'est d'une bombe nucléaire. Des moments dont l'entraîneur, celui avec qui je suis, peut aussi se souvenir. Donc, si nous faisons maintenant jeu égal avec les grands au Mondial de Riga, si nous ne perdons qu'aux tirs au but contre les Allemands, alors c'est un bon tournoi après tout.

L'émotion du capitaine allemand après la victoire contre la Suisse

Il ne manquait que 43 secondes. Aucune autre nation de hockey ne tire autant de bénéfices d'un potentiel aussi limité. Or, la performance globale de la Suisse, après le Mondial 2021, est très critiquée. Mais nous ne devons pas oublier d'où nous venons et le long chemin que nous avons parcouru depuis les bas-fonds du hockey international jusqu'au sommet. Et puis d'ailleurs: où étaient les Suédois, qui nous ont battus aux tirs au but en finale en 2013 et 2018? Pas en quart de finale!

Alors, quelle est la vérité sur le Mondial des joueurs de Fischer? Je reste sur mon avis: les Suisses se sont écrasés comme des aigles et non pas comme des pigeons.

epa09245373 Fabrice Herzog (R) of Switzerland in action against Moritz Seider (L) of Germany during the IIHF Ice Hockey World Championship 2021 quarter final match between Switzerland and Germany at the Olympic Sports Centre in Riga, Latvia, 03 June 2021. EPA/TOMS KALNINS

La Suisse a fait jeu égal avec l'Allemagne. Image: EPA

Dans tous les cas, je tire une bonne leçon du tournoi de Riga, et j'ai même pris une bonne résolution pour la saison prochaine: j'écrirai mes articles sur le CP Berne de telle sorte à ce que plus aucun entraîneur ne demandera le moulin à poivre.

Plus d'articles sur le sport

Pourquoi Belinda Bencic est si spéciale

Link zum Artikel

Jérémy Desplanches: «Je pourrais dormir quinze heures par jour»

Link zum Artikel

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Gottéron n'est pas bon en play-offs et on vous explique pourquoi

Les Fribourgeois ont été éliminés en 1/4 de finale, mercredi, par Genève-Servette (1-4). Depuis 2014, les Dragons n'ont jamais passé ce premier tour. Trois experts du hockey nous expliquent ce qui cloche sur les bords de la Sarine.

Certains suiveurs du hockey sur glace helvétique voyaient Fribourg-Gottéron capable de créer une grosse surprise cette saison. Mais celle-ci a pris fin abruptement, mercredi soir, avec une quatrième et dernière lourde défaite (0-5) contre Genève-Servette, en quarts de finale des play-offs.

Les Dragons n'ont pas été à la hauteur de leur prometteuse troisième place en saison régulière. Les experts Klaus Zaugg, Pierre Schouwey et Joris Repond, qui suivent de près Gottéron, sont unanimes: …

Lire l’article
Link zum Artikel