faible pluie
DE | FR
Sport
Hockey sur glace

National League: le CP Berne a un projet de nouvelle patinoire

Avec 17 031 places, le CP Berne dispose avec sa PostFinance Arena de la plus grande enceinte de hockey sur glace en dehors de l'Amérique du Nord...
Avec 17 031 places, le CP Berne dispose avec sa PostFinance Arena de la plus grande enceinte de hockey sur glace en dehors de l'Amérique du Nord... Image: KEYSTONE

Le CP Berne prépare un gros coup

Le co-propriétaire et directeur des Ours Marc Lüthi travaille dans le plus grand secret sur un projet de nouvelle patinoire. Celui-ci pourrait se heurter aux fans, car il touche un mythe du club.
30.11.2023, 11:5730.11.2023, 15:50
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Au CP Berne, l'éléphant dans la pièce, c'est la patinoire. Tout le monde est au courant du problème. Mais personne n'en parle publiquement.

Avec ses 17 031 places, la PostFinance Arena est la plus grande arène de hockey en dehors de l'Amérique du Nord. La raison d'être du club. Sa rampe de 12 000 places debout – le fameux «mur» – est un élément central du mythe du CP Berne, de l'ADN des Ours: nous avons le mur, donc nous sommes.

Die Pstfinance Arena beim Eishockey-Qualifikationsspiel der PostFinance Women's League zwischen SC Bern Frauen und dem Hockey Club Ladies Lugano, am Samstag, 18. November 2023, in der Postfinance ...
La PostFinance Arena et son légendaire mur sur la gauche. Image: PostFinance

Le temple et Napoléon

Les Bernoises et les Bernois désignent leur patinoire par le terme «Tämpu» (le temple), exprimant ainsi le fait qu'assister à un match du CP Berne est une expérience particulière. Un mélange de tradition, de nostalgie et d'émotions. Une grande messe du hockey sur glace. C'est le 22 octobre 1967 que l'arène est inaugurée, sous l'appellation «Eisstadion Allmend». Elle est encore en plein air. Trois ans plus tard, elle est recouverte d'un toit.

A partir des années 1990, des investissements annuels de l'ordre de 250 000 francs sont nécessaires pour l'entretien et la rénovation du «temple». En 2004, le verdict tombe: la patinoire a besoin d'un lifting complet. Notamment pour répondre aux normes de sécurité et d'installations sanitaires ainsi que pour développer la restauration et les loges VIP. Mais les coûts sont trop élevés pour la ville. Des investisseurs privés doivent prendre le relais.

Das Allmend Stadion, waehrend dem Eishockey Spiel der NLA, SCB gegen SC Rapperswil-Jona Lakers, am Samstag, 5.November 2005 in Bern. (KEYSTONE/PHOTOPRESS/Edi Engeler)
La patinoire, alors encore appelée «Allmend», en 2005.Image: KEYSTONE

Peu avant Pâques 2007, l'entreprise Real Estate AG achète l'enceinte à la ville et garantit l'achèvement de la rénovation – 100 millions de francs au total – pour le Mondial 2009.

Entre-temps, la patinoire est passée aux mains de Swiss Prime Site AG, une des principales sociétés d'investissement immobilier de Suisse. Elle est encore propriétaire de la PostFinance Arena aujourd'hui, et c'est à elle que le CP Berne loue – indirectement – les locaux. Bien que locataire, le club gère la restauration, la publicité et peut organiser des manifestations (boxe, patinage artistique, escalade, concerts, etc.). Grâce à leur patinoire, les Ours – détenus par Marc Lüthi (62 ans) et quelques collaborateurs – réalisent un chiffre d'affaires annuel de 60 millions de francs suisses.

General view of the PostFinance Arena during the women's Lead Qualification at the IFSC Climbing World Championship 2023, in Bern, Switzerland, Wednesday, August 2, 2023. (KEYSTONE/Anthony An ...
En 2022, la PostFinance Arena a accueilli les championnats du monde d'escalade.Image: KEYSTONE

Un montant alléchant. Mais voilà, la PostFinance Arena est devenue un dinosaure. Gigantesque et puissant, certes, mais de plus en plus hors du temps et non viable à moyen terme. En fait, le «temple» devrait être classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Pour sa riche histoire, mais aussi parce qu'il reflète les conditions sociales et économiques de l'Ancien Régime bernois, pourtant renversé par Napoléon en 1798. Un vrai musée.

Manque de confort et mur en danger

D'un côté, 24 loges VIP et leurs 1200 places pour la noblesse, qui font toujours partie des meilleures de la ligue. A l'étage inférieur, les 6000 sièges pour les fans de hockey de la classe moyenne. Et, en face des loges VIP, l'immense mur avec plus de 10 000 places debout «bon marché» pour le prolétariat du hockey. Autrement dit: un tableau de l'ancienne et puissante Berne, avec ses différentes classes sociales.

Mais le mythe s'effrite. Le taux de remplissage de la PostFinance Arena est passé de 95,65% lors de la saison du dernier titre (2018/19) à 88,21% aujourd'hui. De 16 687 à 15 023 spectateurs en moyenne par match. Ces 1500 billets vendus en moins par rencontre (26 parties à domicile en saison régulière) devraient coûter jusqu'à quatre millions au CP Berne. Car non seulement les places sont vides, mais il manque aussi 1500 gosiers assoiffés et estomacs affamés par match. C'est simple: les Ours ne sont désormais plus obligés de bloquer la vente d'abonnements à 13 000, comme ils le faisaient à l'époque pour laisser un peu de stock de billets aux caisses à chaque rencontre.

Cette baisse est liée à l'absence de succès sportif, mais aussi au manque de confort de la PostFinance Arena. Une nouvelle rénovation totale ou, mieux encore, une nouvelle arène est nécessaire. Et Marc Lüthi, le CEO est co-propriétaire du CP Berne, est déjà sur le coup:

«Le projet doit être mis sur les rails d'ici 2030. Je travaille intensément dessus»
Marc Lüthi, co-propriétaire et CEO du CP Berne

Et ce projet alors, c'est quoi exactement? «Je ne peux pas en dire plus», esquive le boss bernois. La raison de ce silence est logique: toute cette affaire est très délicate. Sur le plan économique et politique.

Une rénovation totale ou une nouvelle construction coûterait entre 100 et 150 millions. Il en découle un tas de questions: qui financerait le projet? Peut-on continuer à jouer dans la PostFinance Arena pendant les travaux? Trouvera-t-on à nouveau des investisseurs privés? Etc.

A cela s'ajoute un sujet qui n'est certes pas existentiel sur le plan économique, mais qui touche à l'ADN du club: qu'adviendra-t-il du fameux mur, la plus grande tribune pour places debout de toute la planète? Elle est le cœur visuel de l'arène. Et à Berne, le simple fait de se demander si cette rampe est encore d'actualité relève de l'hérésie. Marc Lüthi a déjà déclaré que tant qu'il aurait quelque chose à dire, le mur resterait. Il tiendra sa parole. Mais il n'a jamais précisé quelle serait la taille de cette rampe.

Die Fans ehren SCB-Legende Beat "Bidu" Gerber mit einer Choreographie, vor dem Eishockey Meisterschaftsspiel der National League zwischen dem SC Bern und HC Lugano, am Freitag, 24. November  ...
Le mur et son tifo, le 24 novembre dernier face à Lugano.Image: KEYSTONE

Les recettes des places debout ne représentent plus que 20% des ventes de billets. 40% proviennent des places assises et les 40% restants des loges VIP.

Et les recettes des billets représentent moins de 50% des revenus totaux du club.

Dit autrement: le CP Berne peut se permettre de réduire massivement l'offre de places debout et peut encaisser davantage d'argent en augmentant le nombre de places assises.

Le produit par place assise (billet et consommation) est considérablement plus élevé que celui des places debout.

Un calendrier très serré

Le calendrier pour ce projet de nouvelle patinoire, dont le chantier doit démarrer d'ici 2030, est très, très, très ambitieux. Qu'il s'agisse d'une rénovation ou d'une nouvelle arène. A Zurich, il a fallu 14 ans et 6 mois entre le coup d'envoi et l'inauguration de l'enceinte. Avec un financement par des investisseurs privés et sans oppositions. Or, à Berne, les démarches sont généralement plus lentes que sur les bords de la Limmat.

En connaissant l'histoire de la PostFinance Arena et les sensibilités qui y sont liées, on comprend pourquoi Marc Lüthi ne veut pas encore de discussions publiques, et encore moins de polémiques, autour de son projet. Le boss des Ours va au devant de son plus gros défi depuis qu'il a pris la tête du club en 1998.

Adaptation en français: Yoann Graber

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Andrea Bocelli fait pleurer Roger Federer
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pogba suspendu 4 ans pour dopage
L'international français a été suspendu quatre ans pour dopage par le tribunal antidopage italien. La suite de sa carrière est compromise.

Le tribunal antidopage italien a validé la suspension de Paul Pogba pour une durée de quatre ans, suite à un contrôle positif à la testostérone en août dernier. C'est un sérieux revers pour la carrière du joueur français.

L’article