Sport
Hockey sur glace

FR Gottéron: Christian Dubé est le Karl Lagerfeld du hockey

Fribourg Gottéron: Christian Dubé est le Karl Lagerfeld du hockey
L’entraîneur de Fribourg-Gottéron Christian Dubé ne porte jamais deux fois la même tenue.image: keystone

Le coach de Gottéron est le Karl Lagerfeld du hockey

La BCF Arena possède sa propre Fashion Week, mais elle dure toute la saison derrière la bande: Christian Dubé (46 ans) est probablement l’entraîneur et directeur sportif le plus haut en couleur du monde du hockey. Derrière cet indéniable goût pour la mode se cache un style de management peu conventionnel.
03.10.2023, 16:1803.10.2023, 19:26
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Il ne sait pas encore dans quelle tenue il officiera ce mardi soir à Lausanne (19h45). Mais une chose est sûre: son look sera de toute façon différent de celui de samedi à Langnau. Christian Dubé (46 ans) a plus d’un costume dans son sac et cela se voit. La saison régulière est synonyme de 52 combinaisons de vestes, manteaux, cravates et bonnets. Et si les dieux du hockey lui sont favorables, d’autres accoutrements sont d’ores et déjà à prévoir lors des play-off.

L’entraîneur et directeur sportif de Fribourg-Gottéron est la plus grande fashion victim de la ligue. Et même la dénomination ne le dérange pas du tout:

«Vous pouvez me faire la remarque. Et même me traiter de clown, tant que c’est fait avec respect»
Christian Dubé

Modèle pour les fans et faute de goût paternelle

La procédure est toujours identique les jours de matchs: il observe son dressing et choisit sa combinaison pour le soir. «Cette pièce était un élément clé lorsque nous avons rénové notre maison», affirme-t-il, tout en précisant que le nom de l’adversaire n’a aucune influence sur sa tenue vestimentaire.

«Je décide spontanément en fonction de l’humeur»

Seul le costume vert du Grinch a été choisi volontairement pour un match contre Genève-Servette.

Dubé dans son costume du Grinch contre Genève-Servette.
Dubé dans son costume du Grinch contre Genève-Servette. image: keystone

Ses créations sont parfois si bien trouvées qu’il arrive régulièrement que des clients demandent au magasin Angéloz à Fribourg s’il est possible d’acheter la tenue portée la veille par Christian Dubé. Angéloz est l’un des sponsors de Gottéron. D’où la question suivante: ne pourrait-il pas faire carrière dans la mode en tant qu’entrepreneur? Voire créer sa propre ligne de vêtements? «Oh non, ce business n’est pas pour moi.»

D’accord, mais en toute franchise… «Christian Dubé, êtes-vous le Karl Lagerfeld des coachs de hockey?» Il rigole. Bien entendu, il sait très bien qui c’est. «Je connais mieux la mode et plus de marques qu’un ado.» Ce goût pour la mode lui vient de sa mère. Même à plus de 70 ans, cette dernière s’habille encore aujourd’hui avec élégance. Tout le contraire de son père, Normand Dubé.

«Il lui est arrivé de se balader avec une casquette du CP Berne et un t-shirt de Fribourg-Gottéron. Mon fils a dû lui expliquer que c’était une combinaison impossible»
La mère de Christian Dubé à propos de son père
Designer Karl Lagerfeld arrives for the amfAR Cinema Against AIDS benefit at the Hotel du Cap-Eden-Roc, during the 63rd Cannes international film festival, in Cap d'Antibes, southern France, Thur ...
Karl Lagerfeld, célèbre styliste mort en 2019. Image: keystone

Cette passion vestimentaire pourrait laisser penser que Christian Dubé est un peu dandy sur les bords. Mais ce n’est pas du tout le cas. Si son accoutrement s’accordait à son job, il devrait davantage ressembler à des vêtements de travail usés. Car le Québécois n’a pas chômé depuis son passage sans transition de joueur à directeur sportif de Gottéron à l’été 2015. Avec en prime la double casquette de coach et de directeur sportif qui est la sienne depuis le 4 octobre 2019.

Les marques préférées de Christian Dubé
Burberry (manteaux), Paul Smith (costumes), Audemars Piguet (montres) et Christian Louboutin (chaussures).

Dubé est le seul à occuper cette double fonction au sein de la ligue. Personne d’autre ne s’impose la double charge de travail. Le terme «clown» semble donc un peu irrespectueux compte tenu de cet immense volume de travail.

Autodérision et compte en banque bien rempli

Mais une question reste ouverte: ce travail de l’ombre n’a-t-il pas tendance à être caché sous cet amas de vêtements? Christian Dubé:

«J’aime la mode, tout simplement. C’est ce que je suis. Il y a assez de souffrance dans le monde, alors qu’au moins le hockey nous fasse plaisir»

Des vêtements colorés pour un peu de couleur dans ce monde de brutes, en somme.

Et le vestiaire, comment voit-il ce patron dingue de mode? Christian Dubé explique que les joueurs s’y sont habitués. Il est possible que certains soient curieux de voir dans quel costume il débarquera dans le vestiaire, ou qu’ils partagent parfois quelques sourires ou messes basses. Mais peut-être est-ce finalement la clé de son succès, lui qui a entamé sa cinquième saison à la bande du club fribourgeois.

Pour rappel, la plupart des observateurs s’attendaient à ce qu’il ne reste que quelques semaines tout au plus après avoir viré le coach Mark French en octobre 2019. Ce qui est sûr, c’est que Dubé fait partie des rares entraîneurs à être capable d’autodérision: «Je suis le premier à rire de moi.»

Les couvre-chefs font eux aussi partie intégrante des tenues de Dubé.
Les couvre-chefs font eux aussi partie intégrante des tenues de Dubé. image: keystone

Le Canadien à licence suisse était un grand joueur. En 16 ans, il a disputé 816 matchs et inscrit 839 points pour Lugano, Berne et Fribourg-Gottéron. Au moment de son déménagement de Lugano à Berne en 2002, il était le joueur le mieux payé de l’histoire de la ligue avec un salaire supérieur à 600 000 francs annuels.

Quand les meilleurs joueurs deviennent entraîneurs, ils ont tendance à être plus durs avec les joueurs moins doués. Christian Dubé ne le nie pas. Oui, il peut être «tough». Mais aujourd’hui, le ton n’est plus le même que durant sa carrière. Il le dit lui-même, le hockey sur glace reste de toute façon un jeu. Et même quand on travaille dur, il n’y a pas de succès possible sans plaisir.

De toute façon, les joueurs pourraient-ils vraiment se rebeller contre un entraîneur qui les fait transpirer sans relâche, mais qui les surprend chaque jour de match avec une nouvelle création vestimentaire? Non, probablement pas. Vous l'aurez compris, les choix vestimentaires de Christian Dubé font partie intégrante de son style de management non conventionnel.

Adaptation en français: Stéphane Combe

Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
1 / 9
Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
source: shutterstock
partager sur Facebookpartager sur X
Une IA imagine si Harry Potter avait été Japonais
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le meilleur cycliste suisse agite le marché des transferts
En fin de contrat, Marc Hirschi est sur les petits papiers de plusieurs équipes (dont deux suisses) avant La Flèche Wallonne ce mercredi, dont il sera l'un des grands favoris.

Marc Hirschi est en très grande forme. Il l'a encore prouvé lors de l'Amstel Gold Race dimanche dernier, en attaquant à plusieurs reprises avant d'échouer à la 2e place, seulement battu par Tom Pidcock dans l'emballage final. Le coureur d'Ittingen a une nouvelle fois montré ce dont il était capable quand son équipe l'autorisait à être à l'avant d'une course. Il doit en effet trop souvent se contenter d'un rôle de lieutenant au service de la star de son équipe UAE Emirates: Tadej Pogacar.

L’article