Sport
Jeux olympiques

Les enfants pincés pour dopage vivent un enfer

Kamila Valieva, patineuse russe de 15 ans, lors des Jeux olympiques de Pékin. Elle venait d'apprendre son contrôle positif, après un test en amont de l'événement.
Kamila Valieva, patineuse russe de 15 ans, lors des Jeux olympiques de Pékin. Elle venait d'apprendre son contrôle positif, après un test en amont de l'événement.image: AP Photo/David J. Phillip

Les enfants pincés pour dopage vivent un enfer

Chez les mineurs, les infractions liées au dopage sont en constante augmentation ces dernières années. L'Agence mondiale antidopage (AMA), inquiète, vient de publier un rapport consternant, sur ces pratiques dopantes certes, mais aussi sur les conséquences désastreuses des sanctions infligées aux enfants.
08.02.2024, 18:4808.02.2024, 19:14
Rainer Sommerhalder / ch media
Plus de «Sport»

Cela reste l'un des temps forts des derniers Jeux olympiques d'hiver. Souvenez-vous, nous avions appris le contrôle positif de la prodige russe du patinage artistique, Kamila Valieva, 15 ans. Les faits s'étaient produits en amont, mais l'officialisation avait été faite durant les Jeux, avant que Valieva n'entre en lice en individuel. Elle avait finalement été autorisée à participer au programme court, sous réserve, en raison de son âge. Mais elle s'était effondrée plus tard lors du programme libre, à cause de l'énorme pression qui l'entourait.

Des traces de trimétazidine, un médicament pour le cœur, avaient été retrouvées dans les urines de l'adolescente. Ce modulateur métabolique, d'abord perçu comme un stimulant, serait censé augmenter l'efficacité du flux sanguin. L'entourage de la patineuse expliquait que Valieva avait bu dans le même verre que son grand-père, atteint d'une maladie cardiaque.

Kamila Valieva avait été acquittée par l'agence antidopage de son pays: la Rusada. La semaine dernière, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annulé cette décision. Valieva a été condamnée à la peine maximale, soit quatre ans de suspension. Cette décision constitue un signal clair contre le dopage chez les mineurs. Mais personne n'est vraiment dupe. Une jeune fille de 15 ans ne peut pas être la principale responsable. Des soupçons pèsent sur Eteri Tutberidse, son entraîneur. Mais faute de preuves, il n'a pas été sanctionné.

Quand des enfants de huit ans sont contrôlés

Hasard ou non, l'Agence mondiale antidopage a publié peu avant le verdict l'«Opération Refuge», un vaste rapport sur le dopage chez les mineurs. Il dénonce le profond traumatisme et l'isolement que subissent les enfants à la suite d'un contrôle positif.

L'étude, qui s'intéresse à 1'416 cas depuis 2012, met en lumière les immenses défis auxquels sont confrontés les mineurs, leurs familles et les organismes antidopage.

Les stéroïdes anabolisants, le furosémide (un diurétique de l'anse), ainsi que le méthylphénidate (un stimulant utilisé pour traiter le trouble du déficit de l'attention et de l'hyperactivité), sont les substances les plus fréquemment détectées chez les enfants pris pour dopage.

La liste des produits interdits s'est agrandie au 1er janvier ⬇️

Le rapport indique que les sports les plus touchés sont l'haltérophilie, l'athlétisme, la natation et le cyclisme. Et c'est en Russie, en Inde et en Chine que les tests positifs impliquant des mineurs sont les plus courants. A ce jour, le plus jeune sportif sanctionné était âgé de 12 ans. Et le plus jeune testé, lui, n'avait que huit ans.

Des adolescents chinois nourris aux stéroïdes anabolisants

Il existe aussi des cas où plusieurs enfants issus d'un même groupe d'entraînement ont été concernés par le dopage. C'est ainsi qu'en 2012, quatre jeunes boxeurs roumains ont été contrôlés positifs au furosémide. Plus récemment, en 2021, des traces de stanozolol, une substance anabolisante, ont été découvertes dans les urines de trois adolescentes chinoises, adeptes de l'athlé.

De 2018 à 2023, l'AMA a mené 58 enquêtes confidentielles sur des cas de dopage impliquant des mineurs. En outre, les signalements anonymes ont considérablement augmenté au cours des trois dernières années. La plupart proviennent de la Russie et de l'Inde.

Cette évolution inquiétante a incité les enquêteurs de l'AMA à examiner de plus près les dossiers des mineurs. Le rapport a été constitué pour sensibiliser les organisations nationales antidopage sur la façon spécifique de traiter les athlètes de moins de 18 ans.

Une pression inhumaine et un vide profond

Les informations contenues dans le rapport de l'AMA sont bouleversantes. Les athlètes ne sont pas les seuls à s'exprimer. Il y a aussi les familles, les soutiens. Les conséquences sont clairement identifiées: des traumatismes, l'isolement, la dépression ou encore l'abandon.

Le document contient des déclarations déchirantes. Ainsi, voici ce qu'un jeune a déclaré au sujet du contrecoup psychologique de son contrôle.

«Personne. Ni un coéquipier, ni mon entraîneur, ni mes parents ne m'ont proposé de l'aide ou ont fait preuve de compassion après mon contrôle positif»
Un athlète anonyme

Une mère ébranlée exprime plus loin toute la détresse de son enfant.

«Aujourd'hui encore, ma fille reste profondément marquée par ce qui est arrivé. Récemment, elle était encore malade - rien de trop grave heureusement. Mais elle a refusé de prendre les vitamines qu'on lui proposait»
La mère d'une athlète sanctionnée pour dopage

Etre exclu de sa communauté sportive, à cause d'une suspension, mène souvent à la dépression. «Les six premiers mois après l'annonce de ma suspension, je suis resté au lit à la maison», confie un jeune ayant un temps perdu goût à la vie. Un père ajoute: «Mon enfant a été stigmatisé par d'autres sportifs. Des parents ont répandu des rumeurs selon lesquelles mon fils était dopé depuis des années, et que nous, ses parents, nous étions derrière tout ça». Une situation qui, dans les cas les plus extrêmes, pousse les frères et soeurs de l'athlète concerné à se retirer du monde du sport, car eux aussi sont soupçonnés.

Les mineurs ont besoin de soutien

De nombreux témoignages prouvent à quel point les jeunes sportifs sont soumis à la pression dès le plus jeune âge. «Je pleurais tous les jours en me disant que si les autres pouvaient gérer la pression, moi aussi je le pouvais. Pourtant, je n'avais que onze ans à l'époque», précise un autre enfant. Un athlète va même jusqu'à évoquer une sorte d'enfer.

«Mon corps grandissait, je prenais du poids. Mon entraîneur me pesait quatre fois par jour. J'avais l'impression d'être en prison. J'avais toujours faim»
Témoignage anonyme

Un autre thème abordé dans le rapport de l'AMA n'est autre que le manque de connaissances, par exemple au sujet des compléments alimentaires. Le dossier met également en avant deux nécessités: augmenter le soutien psychologique et réduire la pression exercée sur les mineurs dans le sport.

Kamila Valieva a, malheureusement, certainement vécu ce qui est dévoilé dans cette étude.

Adaptation en français: Romuald Cachod.

Des jets de combats suisse atterrissent sur l'autoroute
1 / 8
Des jets de combats suisse atterrissent sur l'autoroute
Du 4 - 6 juin 2024, les Forces aériennes suisses testeront leur dispositif de défense sur l’autoroute A1 dans le canton de Vaud. L’objectif de l’armée est de tester sa capacité à décentraliser ses moyens de défense aérienne. Du coup, on a ressorti les images d'archives...
source: keystone / str
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le FC Sion est de retour en Super League
Les Valaisans ont validé leur promotion ce dimanche en battant Schaffhouse 3-0 à Tourbillon. Ils sont de retour dans l'élite, un après l'avoir quittée.

Sion a assuré son retour dans l'élite après un an de purgatoire. Lors de la 36e journée de Challenge League, les Valaisans ont obtenu leur promotion en Super League en battant Schaffhouse 3-0.

L’article