DE | FR
Une construction provisoire impressionnante: en 2019, la Fête fédérale de lutte a eu lieu à Zoug.
Une construction provisoire impressionnante: en 2019, la Fête fédérale de lutte a eu lieu à Zoug.photo: KEYSTONE

12 lutteurs avec une chance de devenir roi

La Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres aura lieu le week-end des 27 et 28 août à Pratteln (Bâle-Campagne). Il s'agit du point culminant de la saison de lutte, qui démarre véritablement ces jours-ci. Voici les favoris que l'on devrait retrouver dans quatre mois.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
09.05.2022, 10:5610.05.2022, 10:09
présenté par
Branding Box
Ralf Meile
Ralf Meile
Ralf Meile
Suivez-moi

⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

Samuel Giger

Association de lutte du nord-est de la Suisse.
24 ans.
Club de lutte d'Ottenberg.
194 cm, 123 kg.

photo: keystone

Le Thurgovien est pour l'instant le grand favori de la saison. Fils de lutteur couronné, il s'est classé deuxième à la FFLS 2016 alors qu'il était adolescent, puis quatrième en 2019. L'année dernière, il a co-remporté l'épreuve de Kilchberg. Si Giger se présente à Pratteln suffisamment en bonne santé, il sera le premier à remporter la vache Magnus, une Red Holstein. En 2021, il a gagné huit des dix fêtes auxquelles il a participé.

⭐️ ⭐️ ⭐️

Christian Stucki 👑

Association cantonale bernoise de lutte.
37 ans.
Club de lutte du Bas-Seeland.
198 cm, 150 kg.

photo: KEYSTONE

Le tenant du titre a perdu l'occasion de se présenter au peuple en raison du Covid. Plus de vingt ans après sa première couronne, le célèbre Bernois fait toujours partie des favoris. Une (nouvelle) blessure à l'épaule l'a obligé à repousser le début de sa saison. Cette blessure pourrait l'affaiblir. Mais qui sait si, au contraire, elle ne représentera pas un avantage? Fin août, Stucki aura moins de fêtes à son actif que ses concurrents.

Joel Wicki

Association des lutteurs de Suisse centrale.
25 ans.
Club de lutte d'Entlebuch.
182 cm, 107 kg.

photo: keystone

Au nombre de couronnes remportées, les lutteurs de Suisse centrale ont souvent partagé la première place avec les Bernois et les lutteurs du Nord-Ouest de la Suisse. Mais Harry Knüsel reste leur seul roi en activité. En 1986, il a remporté un triomphe retentissant. Joel Wicki s'en est approché il y a trois ans à Zoug, mais il a perdu la dernière manche contre Stucki.

Armon Orlik

Association de lutte du nord-est de la Suisse.
26 ans.
Club de lutte d'Unterlandquart.
190 cm, 115 kg.

photo: KEYSTONE

Le Grisons, dont le prénom est la version rhéto-romane de «Hermann», a été considéré très tôt comme un grand talent. Orlik est resté à la hauteur de cette réputation, atteignant la finale de la FFLS 2016 et se classant troisième trois ans plus tard. Il a remporté trois fois la fête de son association, il a gagné celles de montagne sur la Schwägalp et le Weissenstein. Et pourtant, il donne parfois l'impression d'être un éternel deuxième, un genre de Poulidor de la lutte. Il est temps pour lui de régler l'affaire à Pratteln.

⭐️ ⭐️

Fabian Staudenmann

Association cantonale bernoise de lutte.
22 ans.
Club de lutte de Schwarzenburg.
191 cm, 110 kg.

photo: keystone

Originaire de Guggisberg, Staudenmann pourrait être l'homme d'avenir des Bernois. En 2021, il a remporté ses deux premières fêtes. A Kilchberg, il était l'un des trois co-vainqueurs. A sa première fête de lutte fédérale, il a remporté la couronne. Il rêve maintenant de plus.

On revient tout de suite avec les autres lutteurs favoris mais avant, une courte interruption publicitaire:

Tu as hâte de voir le point culminant de la saison de lutte 2022?
Nous aussi! C'est pourquoi nous sommes d'autant plus heureux et fiers d'être partenaire de la Fête de lutte du Seeland à Oberwil du 13 au 15 mai 2022. Pour les lutteurs, remporter une couronne est l'objectif suprême et il en va de même pour Fabian Staudenmann, qui fait partie de la douzaine de favoris et qui, comme Dominik Roth, est sponsorisé par Bigler! Nous nous réjouissons d'accueillir petits et grands lors des festivités!
Image de promotion
Image de promotion

Revenons maintenant à nos favoris...

Pirmin Reichmuth

Association des lutteurs de Suisse centrale.
26 ans.
Club de lutte de Cham-Ennetsee.
198 cm, 122 kg.

photo: KEYSTONE

Les quatre couronnes qu'il a remportées au début de la saison ne sont rien en regard de son potentiel. De graves blessures ont également freiné sa domination: trois ruptures des ligaments croisés du genou droit l'ont longtemps tenu à l'écart. Aujourd'hui, Reichmuth est en train de soigner une même blessure au genou gauche, contractée au printemps dernier. Il est confiant sur sa présence à Pratteln. Il l'a dit non seulement en tant que professionnel optimiste, mais aussi en tant que spécialiste: Reichmuth est physiothérapeute. S'il revient en forme dans la sciure, on pourra compter sur lui.

Damian Ott

Association de lutte du nord-est de la Suisse.
22 ans.
Club de lutte de Wil.
197 cm, 105 kg.

photo: keystone

Ce charpentier qui chausse du 49 a été la star de la précédente édition. Originaire de la petite localité de Dreien, il a remporté ses deux premières fêtes, les prestigieuses fêtes de montagne au Weissenstein et au Lac Noir. Point culminant de la saison, le Kilchberger l'a désigné co-vainqueur. Ott, 22 ans, est l'un des talents du pays. L'avenir lui appartient. Mais rien ne s'oppose à ce que sa série de succès se poursuive dans le présent.

Kilian Wenger 👑

Association cantonale bernoise de lutte suisse.
31 ans.
Club de lutte du Niedersimmental.
190 cm, 110 kg.

photo: keystone

Le roi de la lutte 2010, à Frauenfeld, veut l'être à nouveau. A l'époque, Wenger, originaire de l'Oberland bernois, avait surgi de nulle part pour remporter les huit combats. La suite de sa carrière a parfois ressemblé à des montagnes russes, mais l'année dernière, elle est remontée en flèche: Wenger a gagné au Brünig et à la cantonale bernoise, en plus d'être finaliste du Kilchberger. Le quadruple champion fédéral a déjà vécu tellement de choses dans sa carrière que rien ne peut le déstabiliser.

Matthias Aeschbacher

Association cantonale bernoise de lutte suisse.
30 ans.
Club de lutte de Sumiswald.
191 cm, 111 kg.

photo: keystone

Les Bernois ont l'avantage de disposer de la meilleure équipe possible à Pratteln. Cet avantage tactique pourrait profiter à un homme d'expérience comme Aeschbacher. Le vétéran a souvent montré qu'il était capable de réaliser de grandes choses.

⭐️

Sven Schurtenberger

Association des lutteurs de Suisse centrale
31 ans.
Club de lutte de Rottal et environs.
190 cm, 145 kg.

photo: KEYSTONE

Charpentier de formation, ayant comme plat préféré le cordon-bleu avec des frites et la carrure qui va avec: c'est comme ça, comme Sven Schurtenberger, que les non-initiés imaginent un lutteur. Depuis quelques années déjà, le Lucernois figure parmi les meilleurs de Suisse centrale. L'an dernier, il a remporté deux fêtes cantonales.

Remo Käser

Association cantonale bernoise de lutte suisse
25 ans.
Club de lutte de Kirchberg.
188 cm, 109 kg.

photo: keystone

Le poids de son grand nom pèse lourd: son père Adrian Käser fut roi de la lutte à 18 ans déjà. Remo Käser a reçu ce talent à la naissance. Il a remporté sa première couronne chez les adultes à l'âge de 15 ans et a terminé troisième à la Fête fédérale à 19 ans. Depuis, six années se sont écoulées, au cours desquelles Käser a gagné six couronnes au total. Une collection qui peut être enrichie.

Florian Gnägi

Association cantonale bernoise de lutte suisse.
33 ans.
Club de lutte de Bienne.
187 cm, 115 kg.

photo: keystone

Il fait partie d'un cercle privilégié: celui des lutteurs ayant obtenu 100 couronnes et plus. Sa dernière victoire dans une fête remonte toutefois à 2018. La journée fédérale des jeunes lutteurs de l'année dernière rappelle à quel point il vit la lutte: il a fait don d’Enrico, la vache du vainqueur, tandis que sa femme et sa belle-sœur étaient au comité d'organisation, l'oncle de son épouse à la présidence, et son beau-père à la suppléance.

Les outsiders

Lario Kramer (Suisse du Sud-Ouest), Nick Alpiger et Andreas Döbeli (Suisse du Nord-Ouest) appartiennent aux deux sous-fédérations les plus faibles. Elles ne reçoivent pas d'«aides» dans leur propre camp pour vaincre les adversaires puissants, et doivent au contraire toujours affronter les grands favoris.

La situation de départ est différente pour la deuxième garde des trois sous-fédérations les plus fortes, des lutteurs comme Christian Schuler (Suisse centrale), Bernhard Kämpf, Kilian von Weissenfluh (tous deux de Berne), Werner Schlegel, Domenic Schneider ou Samir Leuppi (tous du nord-est de la Suisse). Ils peuvent naviguer le samedi à l'«abri du vent» et, avec une bonne répartition et des victoires, passer la nuit en tête. Puis se dépasser le dimanche, gonflés à bloc. Kramer, par exemple, y est parvenu en 2018, lorsqu'il a remporté de manière sensationnelle la fête de la montagne sur le Stoos.

Bigler et les traditions vont de pair!
C'est pourquoi nous sommes d'autant plus heureux et fiers d'être partenaire de la traditionnelle Fête de lutte du Seeland à Oberwil du 13 au 15 mai 2022. Pour les lutteurs, remporter une couronne est l'objectif suprême et il en va de même pour Fabian Staudenmann, l'un des douze favoris et, comme Dominik Roth, le préféré de Bigler! Petits et grands sont invités à profiter des compétitions en dégustant toutes sortes de délices!
Image de promotion
Image de promotion

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans le pays d'Idrissa Gueye, l'homosexualité mène en prison
Le footballeur du PSG, qui a refusé de défendre les droits des gays lors d'un match de championnat samedi, vient du Sénégal, un pays très sévère à l'égard des homosexuels.

En refusant samedi de porter un maillot du PSG comportant un flocage arc-en-ciel, synonyme de soutien à la lutte contre l’homophobie, Idrissa Gueye a déclenché une vague de protestations en France et en Europe. Mais pas au Sénégal, où le débat s'est déplacé sur le terrain de la liberté d'expression. «Il a le droit le plus absolu de ne pas porter un maillot sur lequel sont inscrits des symboles dont il ne souhaite pas faire la promotion», a tenu à rappeler Mary Teuw Niane, ancien ministre de l'Education et ancien recteur.

L’article