Sport
Paris 2024

JO de Paris 2024: perquisitions des bureaux de l'organisation

A un an de la cérémonie d'ouverture des JO de Paris 2024, la justice a perquisitionné plusieurs bureaux et sites des Jeux olympiques de Paris. Les faits présumés sont graves: corruption, détourne ...
De nombreuses zones d'ombre sur les JO 2024.Keystone

Détournement de fonds, favoritisme, recel: les JO 2024 sous enquête

A un an de la cérémonie d'ouverture, la justice a perquisitionné plusieurs bureaux et sites des Jeux olympiques de Paris. Les faits présumés sont graves.
20.06.2023, 16:0223.06.2023, 08:23
Plus de «Sport»

A 400 jours des épreuves, les Jeux de Paris 2024 doivent en affronter une première, de taille: le comité d'organisation (Cojo) et d'autres sites ont été perquisitionnés mardi dans des enquêtes du Parquet financier (PNF). Ces actions risquent de ternir l'image de JO qui se veulent «exemplaires».

Selon le parquet, les enquêtes préliminaires portent pour l'une sur des faits présumés de prise illégale d'intérêts, détournement de fonds publics, favoritisme et recel de favoritisme; pour l'autre de prise illégale d'intérêts, favoritisme et recel de favoritisme. Le tout dans le cadre de marchés liés à la préparation des JO.

Plusieurs cibles

Contacté, le ministère des Sports et des JO n'a pas souhaité réagir à ce stade. Le ministère public a confirmé à l'AFP l'information de France TV selon laquelle il avait ordonné des perquisitions au Cojo et dans d'autres sites.

La grande façade moderne et marron du Cojo, à Saint-Denis, n'est pas la seule à avoir vu défiler mardi matin les enquêteurs: la perquisition concerne aussi la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), dans le centre-ouest de Paris ainsi que d'autres sites, d'après le PNF.

Le bâtiment du Cojo.
Le bâtiment du Cojo.

La première enquête, ouverte en 2017 et confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), concerne une série de marchés attribués notamment par «le Cojo et le GIP 2024 (réd: le comité de candidature qui précédait le Cojo)», a précisé le PNF.

Ouverte en 2022 et confiée à la brigade financière de la police judiciaire parisienne, la seconde procédure porte, d'après le PNF, sur plusieurs marchés passés par le Cojo et la Solideo. Son lancement est intervenu après un contrôle de l'Agence française anticorruption (AFA). D'après une source proche du dossier, cela concerne des «contrats de conseil» sur «différents sujets».

Des achats suspects

D'après une autre source proche du dossier, l'une de ces deux procédures s'intéresse à de potentiels conflits d'intérêts liés à Edouard Donnelly, directeur exécutif des opérations du Cojo qui avait été auparavant prestataire des JO via sa société RNK.

Sollicités par l'AFP, le Cojo et la Solideo ont séparément confirmé les perquisitions et indiqué qu'ils «collaborent pleinement avec les enquêteurs». Le CIO a indiqué avoir été «mis au courant» de ces perquisitions par le Cojo, et assuré de leur «collaboration» avec les autorités, sans plus de détail.

Le Cojo est constitué sous forme d'une association loi 1901. La Cour des comptes suit de près son activité et doit prochainement publier un rapport.

En avril 2021, deux rapports de l'AFA sur l'organisation des JO pointaient des «risques d'atteintes à la probité» et de «conflits d'intérêts», égratignant l'image des JO «exemplaires» voulus par le patron du comité d'organisation, Tony Estanguet.

epa10677684 Head of Paris 2024 Olympics Tony Estanguet attends a press conference in headquarters of the Paris 2024 Committee, in Saint-Denis, near Paris, France, 07 June 2023. .The press conference c ...
Tony Estanguet.Keystone

Les inspecteurs de l'AFA avaient estimé que la procédure générale relative aux achats était «imprécise et incomplète», et soulignaient qu'il existait «parfois des situations de potentiels conflits d'intérêts non maîtrisés».

Dans leurs rapports, les inspecteurs de l'AFA rappelaient les poursuites pénales ayant frappé les présidents des comités olympiques brésilien et japonais liées aux deux derniers Jeux d'été (Rio en 2016 et Tokyo en 2021), et observaient également que «les risques d'atteinte à la probité sont fréquents dans le cadre des grands événements sportifs».

«Catastrophique»

«Ce n'est pas forcément une surprise. Il y avait déjà eu deux alertes, une venant de l'AFA et l'autre d'un ancien membre du Cojo, qui avait d'ailleurs été licencié ensuite», rappelle David Roizen, expert en politique publique sportive.

«Vis-à-vis de tout le monde, ces perquisitions sont catastrophiques. Ils viennent de perdre leur crédibilité, notamment sur le devoir d'exemplarité. Cela va leur coller à la peau jusqu'aux JO»
David Roizen, expert en politique publique sportive

Depuis la fin des JO de Tokyo, plusieurs arrestations et condamnations sont intervenues. En mai, deux anciens responsables d'une entreprise sponsor des Jeux olympiques de Tokyo ont été condamnés à des peines de prison avec sursis dans le cadre d'un scandale de corruption autour de l'évènement.

Travail au noir

Ces perquisitions ne sont pas le seul caillou judiciaire dans la chaussure des organisateurs des JO. Mardi, dix ouvriers qui ont travaillé à l'époque sans papiers sur les chantiers des JO 2024, ont assigné plusieurs géants du bâtiment, Vinci, Eiffage, Spie Batignolles et GCC, aux prud'hommes de Bobigny (Seine-Saint-Denis), pour obtenir la «reconnaissance» de leur travail et le versement des arriérés de salaires.

Il y a un an, le parquet de Bobigny avait ouvert une enquête préliminaire pour «travail dissimulé» et «emploi d'étranger sans titre en bande organisée» après des contrôles qui avaient permis d'identifier plusieurs travailleurs irréguliers sur un chantier olympique. (sda/ats/afp)

La triche des jeunes cyclistes au Giro
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici combien coûte l'hôtel de la Nati (vous allez être jaloux)
Pendant l'Euro, l'équipe de Suisse loge au Waldhotel de Stuttgart. C'est le quatrième établissement le plus cher parmi les 24 sélections du tournoi.

Les quartiers de la Nati ne servent pas seulement de lieu d'hébergement, mais aussi de base stratégique pour l'entraînement et la récupération. Le portail en ligne allemand Urlaubstracker a effectué une comparaison des prix de tous les hôtels des sélections participant à l'Euro afin de savoir qui logeait dans l'établissement le plus luxueux. La réponse? L'Autriche. Mais la Suisse n'est pas loin derrière.

L’article