en partie ensoleillé12°
DE | FR
Sport
Ski Alpin

L'avenir du ski féminin en Suisse s'assombrit

epa10944654 Wendy Holdener of Switzerland reacts in the finish area during the second run of the Women's Giant Slalom race of the FIS Alpine Skiing World Cup season opener on the Rettenbach glaci ...
Wendy Holdener arrache des podiums en slalom, mais le géant reste très compliqué en ce début de saison.Keystone

L'avenir du ski féminin suisse s'assombrit

Les exploits de Lara Gut-Behrami masquent les carences de la relève féminine du ski alpin helvétique. Les leaders trentenaires répondent présentes, mais le week-end à Mont-Tremblant laisse poindre de gros doutes sur l'après.
09.12.2023, 09:14
Suivez-moi
Plus de «Sport»

L'arbre qui cache la forêt, cette bonne vieille expression qui ne cesse de revenir tel un refrain, quand seuls quelques top athlètes masquent les failles d'une équipe entière grâce à leurs exploits. C'est en filigrane ce qu'il se passe actuellement dans les rangs de Swiss-Ski, où Lara Gut-Behrami continue d'aligner les exploits; Wendy Holdener régate avec les Vhlova et Shiffrin en slalom mais traîne son spleen en géant; Corinne Suter, encore muette cette saison, reste une valeur sûre dans les disciplines de vitesse, à l'instar de la polyvalente Michelle Gisin, toujours compétitive.

Or qui viendra après elles? Toutes les filles que nous venons de citer sont désormais trentenaires, ou le seront très prochainement, et ne sont pas éternelles. Le temps nous oblige à dresser un constat:

L'avenir du ski suisse est délicat, surtout si l'on s'attarde sur les résultats moroses de Mont-Tremblant le week-end dernier.

Un séjour au Québec qui ne présage rien de bon. De manière générale, le deuxième géant dans la station canadienne est indigne d'une nation comme la Suisse. Exceptée Lara Gut-Behrami qui est montée sur la «boîte», Michelle Gisin s'est classée loin, au 23e rang. Elles n'étaient par ailleurs que deux Suissesses en manche finale et trois lors de celui de samedi.

Pour Mélanie Meillard, Camille Rast, Wendy Holdener, Simone Wild ou encore Andrea Ellenberger (non-alignée dimanche, car en délicatesse avec son genou): c'est la Bérézina. Ce début de saison ébauche un problème en devenir - et s'inscrit de plus en plus dans le présent.

Appelées à porter l'équipe suisse de technique et récupérer le flambeau, Rast et Meillard sont totalement passées à côté. Résultat: aucun point inscrit en deux courses.

Pour la première nommée, freinée par les pépins physiques, mais installée dans le top 20 en slalom et capable de coups d'éclat, elle peine à embrasser une régularité en géant - 29e à Sölden et non-qualifiée à Killington et à Mont-Tremblant.

Des blessures qui freinent

Mélanie Meillard est elle aussi stoppée dans son élan par des blessures, tout comme sa contemporaine Aline Danioth, qui aligne les pépins physiques. Après sept courses, la soeur de Loïc alterne le bon et le moins bon. En géant, le rendement reste très moyen (une 17e place à Sölden comme seul résultat de la saison); en slalom, elle s'appuie sur une excellente 7e place à Levi.

En sept courses disputées, nos deux futures cheffes de file, Rast et Meillard, n'ont engrangé que 117 points sur les 717 que comptent les athlètes féminines de Swiss-Ski. La majorité des points récoltés sont l'oeuvre de Lara Gut-Behrami, qui en compile 325 en quatre courses, et de Wendy Holdener, avec 114 unités.

Pourquoi la relève traine-t-elle?

Interrogée par nos soins sur une relève qui peine à performer, Michelle Gisin confiait sans détour: «C'est une très bonne question, que je me pose souvent et dont je n'ai pas la réponse.»

Et l'Obwaldienne d'enchaîner:

«Nous (réd: les leaders) n'allons pas skier plus de trois ou quatre ans. On verra comment l'équipe va évoluer à ce moment-là, mais nous avons de jeunes athlètes qui skient très bien en Suisse»
Michelle Gisin

Si les cadres tiennent encore le navire à flot, plus inquiétant est le fossé qui est en train de se creuser, insidieusement, entre nos leaders et la nouvelle génération.

Derrière les exploits de Lara Gut-Behrami, les promesses du camp helvétique n'arrivent pas encore à se concrétiser sur la piste, les blessures n'aidant pas. Vivianne Härri (née en 1998) est souvent blessée. Aline Hoepli (déjà une grosse blessure à son actif), Janine Maechler et Stefanie Grob sont toutes nées en 2004. Elles apprennent le métier, mais sont loin du niveau affiché par la Croate Zrinka Ljutic (elle aussi née en 2004).

Dans les colonnes du Tages Anzeiger, Hans Flatscher, boss de l'équipe féminine, indiquait que «l'effectif était réduit pour les athlètes nées entre 1999 et 2001. Nous n’avons aucune réelle envergure dans aucune discipline».

Stefanie Grob of Switzerland reacts in the finish area during the women's downhill race at the FIS Alpine Skiing World Cup finals in El Tarter, Andorra, Wednesday, March 15, 2023. (KEYSTONE/Jean- ...
Stefanie Grob.Keystone

Alignée à Mont-Tremblant, Stefanie Grob est l'une de nos plus sûres espoirs, triple médaillée lors des derniers Mondiaux juniors à St. Anton. Elle est restée loin du compte, un peu tendre pour prétendre toquer aux portes du top 30 mondial.

Des carences visibles (déjà) en Coupe d'Europe

La marche pour exister en Coupe du monde est grande, et l'apprentissage passe par le traquenard de la Coupe d'Europe, par des résultats probants pour obtenir de bons dossards à l'échelon supérieur. C'est là que se trouve la source du problème: aucune des Suissesses ne s'est classée dans le top 3 dans aucune des disciplines la saison dernière. La jeune Delia Durrer (née en 2002 et capable d'accrocher un top 15 en Coupe du monde) a bien fini au pied du podium du général de la descente, mais les résultats d'ensemble sont si faibles que la Suisse compte une place en moins sur la liste de départ en Coupe du monde.

Autre signe révélateur d'une relève absente, le classement général de la Coupe d'Europe 2022/2023 ne compte qu'une représentante helvétique dans le top 10. Et il s'agit de... Mélanie Meillard.

Général de la Coupe d'Europe 2022/2023

Le classement général de la Coupe d'Europe, saison 2022/2023.
Image: fis ski

Un problème se dessine dans les rangs de l'équipe nationale féminine et le temps presse. Car le jour où Lara Gut-Behrami, Wendy Holdener ou Michelle Gisin se retireront, la chute pourrait être brutale.

Vous n'êtes pas prêt pour cette web-série
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'aventure de ce footballeur suisse au Celtic Glasgow tourne au vinaigre
Arrivé chez les Bhoys en tant que gardien n°2, le portier helvétique Benjamin Siegrist - censé concurrencer Joe Hart - est relégué dans la hiérarchie. Il vit ses matchs depuis les tribunes. Un calvaire sans fin, ou presque.

Benjamin Siegrist ne s'attendait certainement pas à devenir un indésirable au moment de s'engager à l'été 2022 avec le Celtic Glasgow. Il savait qu'il ne serait pas titulaire face à l'expérimenté Joe Hart. Un gardien de classe mondiale, longtemps n°1 à Manchester City et en équipe d'Angleterre.

L’article