Sport
Ski Alpin

Ski alpin: Lara Colturi ne fait pas encore vibrer l'Albanie

Lara Colturi, le joyau italien désormais sous les couleurs albanaises, brille sur les pistes, mais peine à déchaîner les foules en Albanie.
Lara Colturi, le joyau italien désormais sous les couleurs albanaises, brille sur les pistes, mais peine à déchaîner les foules en Albanie.Instagram

Lara Colturi court désormais pour l'Albanie et peine à faire lever les foules

La pépite italienne Lara Colturi, qui évolue désormais sous les couleurs de l'Albanie, ne fait pas lever les foules dans son pays d'adoption. Un journaliste et la directrice du site Albinfo nous exposent la situation.
26.01.2024, 12:22
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Lara Colturi empile les excellents résultats et brille à seulement 17 ans. Mardi soir, dans la nuit autrichienne, elle réussit même une petite prouesse en remportant la deuxième manche du slalom de Flachau, en Autriche. La jeune Italienne naturalisée Albanaise s'est aussi illustrée lors du slalom de Kranjska Gora (13e) et de Jasna (13e). Mieux, en slalom géant et slalom, elle s'élance dans les 30 meilleures mondiales.

L'Italie a perdu une pépite et l'Albanie en a gagné une. Elle est une superbe opportunité pour faire flotter l'aigle bicéphale dans le monde du ski alpin. Sauf que les différents médias albanais semblent s'en détourner et les exploits de la fille de l'ancienne skieuse Daniela Ceccarelli sont relégués en second plan.

«Si, ça intéresse et les médias sportifs en parlent», renseigne Nefail Maliqi, rédacteur en chef du média albano-suisse Le Canton27.ch. Le journaliste assure qu'«elle rend fière la nation».

A la question de savoir si la jeunesse albanaise s'identifie à une athlète de la trempe de Colturi, Vjosa Gervalla, directrice de l'association Albinfo.ch, apporte un discours plus nuancé: «L'émergence de Lara Colturi est un phénomène étonnant, nous avons plutôt l’habitude de voir des Albanais jouer sous d’autres drapeaux».

«Il est tout à fait normal qu'elle ne soit pas très connue, le ski n'a pas encore trouvé sa place dans les habitudes. Le football reste le sport numéro 1, en raison de son accessibilité, tout comme le judo avec la double championne du monde Majlinda Kelmendi, ou encore la course avec la championne d’Europe Luiza Gega.»
Vjosa Gervalla

Les médias n'en parlent pas, car le ski demeure un sport réservé à une frange de la population aisée. Surtout, le pays ne s'identifie pas encore à la jeune athlète pour diverses raisons: «Si Lara Colturi était un homme et qu'elle pratiquait le football, les Albanais se seraient plus facilement identifiés», analyse Vjosa Gervalla.

Le ski est un sport mineur

Le problème est-il lié à son absence de racines albanaises? «Je ne crois pas, bien au contraire, ses racines italiennes rapprochent l’Albanie de l’Europe. Le problème réside principalement dans le fait que le ski demeure un sport mineur pour l'instant, suscitant l'admiration mais pas l'identification», complète la directrice de l'association.

epa10971291 Lara Colturi of Albania in action during the first round of the Women?s Slalom race at the FIS Ski World Cup in Levi, Finland, 12 November 2023 . EPA/KIMMO BRANDT
Lara Colturi à l'ouvrage.Keystone

Lara Colturi fait partie d'un projet de sport d'hiver pour l'Albanie, un pays qui lui a offert un passeport pour doper les sports d'hiver et attirer la diaspora albanaise qui se rend en Suisse ou dans d'autres pays européens pour skier. Vjosa Gervalla analyse la situation:

«Nous commençons seulement à nous familiariser avec ce sport. La guerre a constitué une parenthèse importante pour le Kosovo, détruisant tout sur son passage»
Vjosa Gervalla

Vjosa Gervalla ajoute qu'en Albanie, «le pays prend doucement conscience du potentiel touristique lié au développement de ce sport».

Si la presse albanaise ne s'est pas encore emparée du phénomène en devenir, le maire de Tirana, Erion Veliaj, diffuse des vidéos de la jeune athlète et s'affiche même à ses côtés.

Lara Colturi en compagnie du maire de Tirana, Erion Veliaj.
Lara Colturi et Erion Veliaj, le maire de la ville de Tirana.Image: Instagram

«Les Albanais découvrent progressivement le ski en tant que sport et non simplement comme un passe-temps, le succès de Colturi pourrait accélérer le développement touristique de ce secteur», se réjouit Vjosa Gervalla. Un pays qui peut, dans les prochaines années, se munir d'un réservoir à champions. Les magnifiques régions (à l'état sauvage), les montagnes (qui recouvrent près de 70% du pays et des sommets culminant à 2700 m), les stations de ski, comme par exemple celle de Brezovica, contribuent à l'essor timide des sports d'hiver, certes, mais en pleine expansion – les activités estivales ont plus la cote, comme la randonnée.

Lara Gut-Behrami, ambassadrice indirecte

La directrice de l'association d'Albinfo apporte aussi un autre élément à l'évolution du ski en Albanie. Elle assure que «Lara Gut-Behrami contribue à populariser le ski: elle est exceptionnelle, réussit brillamment et est mariée à l'ancien footballeur Valon Behrami (d'origine albanaise)».

Selon Vjosa Gervalla, les médias albanais vont s'emparer du phénomène Colturi le jour où elle claquera une victoire de prestige. «Dans la culture albanophone, l'accueil et la reconnaissance sont prépondérants. Si cette jeune femme brille sous la bannière albanaise, elle pourrait devenir une icône.»

Pour l'Italo-albanaise, il s'agit de gravir les échelons et la gloire toquera à sa porte. Et Vjosa Gervalla d'expliquer que le pays est en train de découvrir (ou d'apprivoiser) le ski alpin: «Nous sommes en train d'apprendre à vivre cette expérience par nous-mêmes, en découvrant les joies de la glisse».

Un chien interrompt le Super-G de Bormio
Video: extern / rest
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Hongrie est une menace pour la Suisse
La Nati aura fort à faire pour son entrée dans l'Euro, samedi (15h), contre des Magyars qu'elle aurait tort de sous-estimer. Présentation.

Le fait que le prochain adversaire de l'équipe de Suisse joue un football similaire à celui de Leverkusen, qui n'a perdu qu'un seul de ses 53 matchs la saison dernière et qui a réalisé le doublé coupe/championnat, n'a évidemment rien de rassurant. C'est pourtant ce qui attend Granit Xhaka et ses coéquipiers samedi, comme l'explique à watson Constantin Eckner, expert en tactique pour le media spielverlagerung.de.

L’article