Sport
Ski Alpin

Ski alpin: Marco Odermatt est un vrai coach pour les Suisses

En plus d'être un skieur exceptionnel, Marco Odermatt (porté en triomphe à Bormio vendredi) est un coéquipier exemplaire.
En plus d'être un skieur exceptionnel, Marco Odermatt (porté en triomphe à Bormio vendredi) est un coéquipier exemplaire.image: keystone

Cette facette de Marco Odermatt est moins connue

Le surdoué de 26 ans a remporté sa quatrième course de la saison vendredi dernier lors du super-G de Bormio. Si le Nidwaldien brille sur les lattes, il joue aussi le rôle d'un véritable entraîneur pour ses coéquipiers.
02.01.2024, 07:0703.01.2024, 07:39
Rainer Sommerhalder / ch media
Plus de «Sport»

La tension se lit sur le visage de Marco Odermatt. Il mentalise chaque virage avec le haut du corps, se parle continuellement à lui-même. Un rituel d'avant-course une nouvelle fois efficace: le Nidwaldien a remporté entre Noël et Nouvel An à Bormio son onzième super-G de Coupe du monde, avec une avance sur la concurrence comme jamais auparavant.

Les exploits d'Odermatt déteignent sur ses compatriotes. A la manière d'un entraîneur-joueur dans les sports collectifs, le jeune homme de 26 ans accompagne littéralement les autres Suisses durant leur parcours et vibre avec eux. Avec ses encouragements vocaux et gestuels, il les pousse vers la ligne d'arrivée. Et quand ils réalisent un bon chrono, le Nidwaldien serre les poings en signe de satisfaction.

Marco Odermatt (deuxième depuis la gauche) et les Suisses ont cartonné à Bormio.
Marco Odermatt (deuxième depuis la gauche) et les Suisses ont cartonné à Bormio. image: instagram

Ce début de saison est à nouveau exceptionnel pour le lauréat du gros globe de cristal 2022/23. Sur les huit courses qu'il a disputées, il a terminé seulement une fois hors du podium (7e lors de la deuxième descente de Val Gardena). Mais les résultats de ses collègues semblent tout aussi importants à ses yeux. Alors vendredi à Bormio, Marco Odermatt a pu exulter: en plus de sa victoire, sept autres Helvètes se sont hissés dans le top 20 de ce super-G.

Ni jalousie ni melon

Cette bienveillance est réciproque au sein de l'équipe de Suisse, où tous les skieurs se réjouissent des perfs d'Odermatt. Il n'y a aucune jalousie. L'époque révolue des rivalités internes entre Peter Müller, Pirmin Zurbriggen, Franz Heinzer et Daniel Mahrer semble rétrospectivement surréaliste. Car, oui, l'harmonie dans un collectif est bénéfique à ses membres.

Marco Odermatt reçoit par exemple les éloges de son coloc' de chambre, Justin Murisier:

«Marco est très simple. Pour moi, c'est le Roger Federer de notre sport. Voir à quel point il est resté décontracté et sociable avec ses coéquipiers malgré ses succès, c'est très agréable»

Le Valaisan ajoute qu'il se marre souvent avec le Nidwaldien et Gino Caviezel, avec des taquineries mutuelles. «C'est ce qui rend l'ambiance dans l'équipe si détendue».

Justin Murisier of Switzerland, right, hugs Marco Odermatt of Switzerland in the finish area during the men's super-g race at the FIS Alpine Skiing World Cup finals in El Tarter, Andorra, Thursda ...
Marco Odermatt et Justin Murisier ont une belle complicité.Image: KEYSTONE

Autre signe de complicité? C'est Marco Odermatt qui a paru le plus ému – davantage que le principal intéressé – par la 5e place de Murisier lors du super-G de Bormio, comme il l'avait déjà été la veille après le 4e rang du Bagnard. «Dommage. J'espérais un premier podium commun avec Justin. Je pense qu'il aurait été possible pour lui de faire un peu mieux», regrettait «Odi».

Une tradition et des échéances à la maison

Avec la grave blessure de l'Autrichien Marco Schwarz (déchirure du ligament croisé du genou, entre autres), victime d'une chute dans la descente de Bormio et contraint de mettre déjà un terme à sa saison, certains voient la suite de la Coupe du monde comme un boulevard vers un troisième sacre consécutif au général pour Odermatt.

Si le Nidwaldien reste en bonne santé, il n'y aura effectivement pas beaucoup d'obstacles pour lui vers un nouveau triomphe.

Constant sur les skis, Marco Odermatt l'est aussi en dehors des pistes. Il a fêté, comme d'habitude, le Nouvel An avec ses copains dans un appartement de vacances à Engelberg (OW). Il va rejoindre l'équipe de Suisse dès ce mardi pour un stage en Autriche, histoire de peaufiner les réglages avant le géant d'Adelboden (BE) le 6 janvier.

A Bormio, les skieurs italiens ont appris à leurs dépens qu'une course à domicile n'est pas toujours une réussite.

Leur performance en super-G a même été un désastre: le maître des lieux Dominik Paris (7 victoires au Stelvio) a été éliminé comme lors de la descente, et le vétéran Christof Innerhofer a même dû être évacué par hélicoptère après sa terrible chute. Les Suisses et leur «entraîneur» Marco Odermatt ont de tout autres projets pour Adelboden et Wengen.

Adaptation en français: Yoann Graber.

Brad Pitt et ses nombreuses coupes de cheveux:
1 / 31
Brad Pitt et ses nombreuses coupes de cheveux:
Brad Pitt à Cannes en 2012.
source: epa / guillaume horcajuelo
partager sur Facebookpartager sur X
Ce tigre se balade OKLM dans un village en Inde
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A vaincre sans péril, Iga Swiatek a triomphé sans gloire
La Polonaise a remporté samedi son quatrième Roland-Garros. Un titre auquel il manque les honneurs.

Une heure et huit minutes. C'est le temps qu'il a fallu à Iga Swiatek pour venir à bout de Jasmine Paolini en finale de Roland-Garros.

L’article