DE | FR
Nino Schurter et Mathias Flückiger sont parvenus à durcir très vite la course.
Nino Schurter et Mathias Flückiger sont parvenus à durcir très vite la course.Image: EPA
Tokyo 2020

Mathias Flückiger offre la deuxième médaille à la Suisse

Le Bernois a remporté l'argent dans la course de VTT lundi matin. C'est la deuxième breloque pour la délégation helvétique dans ces JO.
26.07.2021, 09:3426.07.2021, 13:27

Et de deux! La Suisse a récolté une seconde médaille aux Jeux olympiques de Tokyo ce lundi matin. Elle est l'œuvre de Mathias Flückiger, en VTT. Le Bernois de 32 ans a remporté l'argent dans la course de cross country.

L'or est revenu au Britannique Tom Pidcock. Tenant du titre, l'Helvète Nino Schurter a pris la quatrième place, battu sur le fil par l'Espagnol David Valero Serrano.

Cette épreuve a été marquée par la grosse chute dès le premier tour de l'un des favoris, le Néerlandais Mathieu Van der Poel.

Des Suisses entreprenants

Nino Schurter et Mathias Flückiger sont parvenus à durcir très vite la course pour opérer une sélection impitoyable sur un parcours exigeant. Seulement, les deux Suisses ont été désarmés devant l'attaque de Tom Pidcock après la mi-course.

Victorieux ce printemps de la Flèche brabançonne sur route, le coureur de Leeds excelle vraiment dans toutes les disciplines. A 21 ans, il est promis à une carrière extraordinaire. (ats/yog)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce Valaisan bien connu veut éradiquer le «cancer des jeunes» avec le basket
Spécialiste de la protection des données, Sébastien Fanti entend démocratiser la pratique du sport pour décoller les jeunes des écrans, une addiction qu'il compare à un cancer. L'agent de basket réclame l'ouverture des salles de gym. «C'est une question de santé publique.»

Quand il était petit et qu'il habitait Savièse (VS), bien avant qu'il ne devienne avocat et préposé à la protection des données et la transparence en Valais, Sébastien Fanti faisait rebondir le ballon dans son village. «Mon père avait installé un panier contre une grange. Depuis ce jour, je n'ai jamais cessé de jouer au basket.» Il est devenu ailier dans le club de Sion puis agent Fédération internationale de basket (Fiba). Une reconnaissance qui lui ouvre des portes et lui permettra de mener dès 2023 le combat qui sera celui de sa «deuxième vie»: la santé des jeunes.

L’article