Sport
Watson au Maroc

France-Maroc: «On aimerait que le coq redescende sur terre»

Reportage au Maroc, à Casablanca, alors que le pays s'apprête à affronter la France en demi-finale de la Coupe du monde 2022 au Qatar.
Reportage au Maroc, à Casablanca, alors que le pays s'apprête à affronter la France en demi-finale de la Coupe du monde 2022 au Qatar.image: watson
Watson au Maroc

France-Maroc: «On aimerait que le coq redescende sur terre»

Dans les rues de Casablanca, certains Marocains préparent le match face à la France avec une idée de «revanche sur l'Histoire». Mais la plupart confient surtout leur fierté de voir leur sélection représenter «tous les petits pays» face aux nantis du ballon rond. Reportage.
14.12.2022, 19:0315.12.2022, 11:45
Yoann Graber, casablanca
Plus de «Sport»

«Au Maroc, nous sommes patriotes, pas nationalistes!» Derrière son comptoir de kiosque archi-chargé de bonbons, chocolats et autres chips, Karim est inépuisable sur la demi-finale du Maroc face à la France. Comme tout le monde à Casablanca, il voit l’épopée des Lions de l’Atlas avant tout comme une fierté pour le monde arabo-musulman. Et aussi pour l’Afrique. Mais il tient à nuancer:

«Les joueurs ne sont pas partis au Qatar avec l’idée de représenter le monde musulman. C’est au fil des victoires que les Musulmans et les Arabes se sont identifiés à cette équipe, et que le Maroc a accepté avec plaisir de jouer ce rôle d’ambassadeur.»

«En fait, on est même le porte-drapeau de tous les petits pays, peu importe la région», surenchérit Mohammed, administrateur du SC Mohammedia.

«C’est une fierté de servir d’exemple, de montrer qu’on peut réussir même quand on ne fait pas partie des nantis»
Watson au Maroc
watson se lance à l'aventure! Destination? Le Maroc, plus précisément Casablanca. Objectif? Percer les mystères de l'équipe surprise de cette Coupe du monde.

Ce mercredi matin, l’ambiance à l’entraînement de cette équipe de première division reflète ce qu’il se passe partout à Casablanca. Un calme apparent, alors que les esprits bouillonnent. La formation du SC Mohammedia, qui ne compte aucun international, s’entraîne comme si c’était un jour normal. Et pourtant: «Tous les joueurs ne parlent que de ce match contre la France», sourit l’administrateur du club.

Dans les rues, c’est la même impression de faux calme. Certes, il y a les nombreuses affiches publicitaires avec la photo de la sélection, les panneaux lumineux des bus dont les noms d’arrêts ont été remplacés par un «Tous avec nos lions» ou quelques vendeurs ambulants de goodies aux couleurs du Maroc.

Image

Mais en débarquant à Casablanca, on s’attendait à voir beaucoup plus de maillots des Lions de l’Atlas sur les épaules et de drapeaux dans les rues.

«On montre notre fierté seulement après les matchs, en cas de victoire»
Karim

Mais il ne faut pas se tromper: la passion des Marocains pour le foot est grande. Comme Yassine, 21 ans, qui a vendu sa voiture pour tenter d’acheter un billet pour le Qatar. Ou ces jeunes filles qui débattent passionnément du parcours des Lions de l’Atlas un jour avant le match en déambulant sur un boulevard de la ville.

Et quid de ce match spécial politiquement contre l’ancien colonisateur français ? «Que le meilleur gagne sur le terrain, il faut séparer le foot de la politique», tranche Youssef, posé à une table du café qui se remplit gentiment deux heures et demi avant le coup d’envoi. Karim, le buraliste, est un peu plus vindicatif:

«On va dire qu’une victoire serait une petite revanche sur l’Histoire. Mais avant tout, on aimerait que le coq redescende sur terre, qu’il marche un peu dans la boue»
Karim, le buraliste.
Karim, le buraliste.

Au-delà de ce match, que pourrait changer un éventuel sacre des Lions de l’Atlas dans le quotidien des Marocains? «Pour moi, rien», assure le kiosquier. «Les Marocains ne sont pas naïfs: le foot ne permet pas d’oublier les difficultés du quotidien. Ça permettra juste d’avoir un peu plus de reconnaissance au niveau mondial.»

Du côté du SC Mohammedia, Mohammed voit lui un gros potentiel de développement pour le football marocain:

«Avec un tel parcours, les hommes d’affaires et les sponsors vont investir davantage dans les clubs marocains et l’Etat dans la fédération. Ces gens ont compris que le foot marocain est une belle vitrine. Et les parents qui refusaient que leurs enfants s’investissent dans le foot pour privilégier les études changeront peut-être d’avis.»

Alors que le coup d'envoi de ce match historique approche, l'orage s’est arrêté dans les rues de «Casa». Mais si le Maroc bat la France, la prochaine tempête n'aura rien à voir avec la météo et déferlera sur tout le monde arabo-musulman.

Copin comme cochon: La Coupe du monde au Qatar
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le pire terrain de football du monde ne l'était pas vraiment
Une vidéo d'un match disputé sur une pelouse en piteux état, «la pire du monde», a récemment fait le buzz. Mais les informations relayées n'ont pas toujours été exactes. Non, ce n'était pas une rencontre de troisième division. Et le match, pour le moins particulier, n'aurait jamais dû être joué.

Le cadre est somptueux. Nous sommes à Macari, une bourgade péruvienne calme et méconnue, perdue à 3900 mètres d'altitude. Il y a un terrain de foot, comme partout au Pérou - rien de plus normal.

L’article