DE | FR
Image: keystone

Le Parlement vaudois secoué par un racisme tiré de «Tintin au Congo»

«Si toi pas sage, toi y’en seras jamais comme Tintin!» La présidente du Grand conseil vaudois a fait référence à un album d'Hergé en imitant l'accent d'une Africaine. Des étudiants de l'Unil réclament sa tête. La classe politique dénonce des propos racistes. L'intéressée a présenté des excuses.
30.09.2021, 13:1701.10.2021, 15:28
Suivez-moi

Présidente du Grand conseil vaudois, Laurence Cretegny a tenu à rendre un vibrant hommage au chancelier d'Etat Vincent Grandjean, qui part à la retraite après 24 ans de service. Mais, comme l'a révélé watson, la fin de son discours a fait tache. Clin d'œil à l'amateur du personnage d'Hergé qu'est Vincent Grandjean, Laurence Cretegny a pris grossièrement l'accent d'une maman africaine s'adressant à son enfant: «Si toi pas sage, toi y’en seras jamais comme Tintin».

Ces propos ont ulcéré l'Association des étudiants afro-descendants de l'Unil, qui a saisi officiellement le Parlement vaudois pour réclamer la démission de la première citoyenne vaudoise pour «propos racistes». La polémique ne désenfle pas. Des députés condamnent l'attitude de Laurence Cretegny. Plusieurs parlementaires indiquent avoir eu un «sentiment de malaise».

«Cette façon d'imiter et de parler ne va pas. Tout le monde était estomaqué»
Graziella Schaller, les vert'libéraux

Présidente du groupe parlementaire des vert'libéraux, Graziella Schaller affiche clairement sa désapprobation. «Elle a pris un accent choquant. C'est maladroit et déplacé. On s'est tous regardé quand on a entendu cet accent», a-t-elle déclaré.

«C'était pathétiquement maladroit. En 2021, Tintin au Congo et le parler colonialiste n'ont leur place ni au Grand conseil ni dans la bouche de la première citoyenne vaudoise»
Vincent Keller, groupe Ensemble à Gauche et Pop

Par la voix de Rebecca Joly, les Verts aussi condamnent. «Il n'y a aucun doute sur le caractère raciste des propos tenus. Comme le sexisme, le racisme aussi peut être non intentionnel. Qu'y a-t-il de plus raciste que de nier la diversité de tout un continent et de lui coller un cliché dans la façon de parler? Je suis triste et choquée que Laurence Cretegny ne comprenne pas.» Me Raphaël Mahaim, un autre Vert, dénonce «un langage qui fleure bon un passé colonial dont on est sorti et l'absence de prise de conscience de Laurence Cretegny sur la gravité de ses propos». Le socialiste Jean Tschopp estime que «des excuses publiques sont nécessaires après ces propos inadmissibles et racistes».

Aschwanden: «Des propos malheureux»

Député et président du PLR cantonal, Me Marc-Olivier Buffat, n'a pas souhaité s'exprimer. «Je ne veux pas réagir à chaud», a-t-il déclaré. «Laurence Cretegny n'est pas du tout raciste. Ses propos et l'accent émis étaient malheureux. Mais l'erreur est humaine. Maintenant, passons à autre chose», a résumé Sergei Aschwanden, élu métis PLR et ancien champion de judo. L'UDC, par la voix de Philippe Jobin, accorde des circonstances atténuantes à la présidente du Parlement. «Les gags sont en général mal perçus quand ils émanent d'un élu qui parle en public. Mais s'il fallait être parfait pour faire de la politique, il y aurait moins de politiciens», a ironisé le député UDC et syndic d'Echichens.

Les regrets de la présidente

Jeudi en début d'après-midi, le Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud a présenté les excuses de Laurence Cretegny. «La dernière citation du discours, tirée de la bande dessinée "Tintin au Congo", a été lue par la présidente avec l’accent africain, ce qu’elle regrette. Si cette citation a heurté certaines personnes, elle s’en excuse auprès d’elles, en précisant qu’elle n’a jamais voulu tenir de propos racistes, contrairement aux interprétations lues sur les réseaux sociaux.»

Réponse «insatisfaisante»

Pour l'Association des étudiants afro-descendants de l'Unil (AEA), l'affaire n'en restera pas là. «La réponse du Grand conseil n'est absolument pas satisfaisante, car elle minimise la gravité des faits», réagit Jean-David Pantet Tshibamba, vice-président de l'AEA.

«De plus, sa justification s'appuie sur une BD extrêmement problématique»
Jean-David Pantet Tshibamba, vice-président de l'AEA

L'affaire est donc loin d'être terminée. «On est maintenant dans une phase de consultations avec d'autres associations. Nous allons former un front commun», explique Jean-David Pantet Tshibamba. «A partir de maintenant, annonce-t-il, la réponse sera collective. Et elle va arriver dans les prochaines heures.»

Un album qui divise

Propagandiste, colonialiste et raciste?
Depuis de longues années, Tintin au Congo, un livre avec plus de dix millions d'exemplaires vendus, est accusé d'être une BD «paternaliste, propagandiste, colonialiste et raciste». Mais saisie par le Conseil Représentatif des Associations Noires et un citoyen congolais demandant la fin de toute exploitation commerciale du livre, la Cour d'appel de Bruxelles a débouté les recourants en 2012. Comme le tribunal de première instance, la Cour a estimé que l'œuvre le plus célèbre d'Hergé n'était pas une BD raciste. «Hergé s'est borné à réaliser une œuvre de fiction dans le seul but de divertir ses lecteurs. Il y pratique un humour candide et gentil», ont déclaré les juges.

La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

On a organisé une fashion week watson et on a jugé nos collègues

Plus d'articles sur les Afghanes

En Afghanistan, les femmes journalistes sont (déjà) radiées

Link zum Artikel

Afghane, elle avait toutes les raisons d'obtenir l'asile en Suisse. Et pourtant

Link zum Artikel

Les Afghanes, privées de leurs droits, descendent dans la rue

Link zum Artikel

Malgré les promesses des talibans, les droits des Afghanes menacés

Link zum Artikel

Gapany? De Quattro? Une Romande pourrait co-présider le PLR

Le Saint-gallois Marcel Dobler veut reprendre la présidence du PLR mais sous une condition: le faire avec un ou une partenaire. Des pourparlers avec des femmes romandes du parti sont en cours.

Saskia Schenker, présidente du PLR de Bâle-Campagne, et son comité, travaillent actuellement pour dénicher le nouveau leader du PLR. Jusqu'au 15 août, ils doivent trouver des politiciens volontaires pour présider le parti. Les délégués éliront le successeur de Petra Gössi le 2 octobre.

Deux parlementaires fédéraux qui faisaient partie des candidats possibles ont rejoint le comité de recherche - et se sont donc retirés de la course :

Interrogé sur une potentielle candidature, le conseiller …

Lire l’article
Link zum Artikel