DE | FR

Une association dénonce des «propos racistes» au Grand conseil vaudois

Les propos de Laurence Cretegny ont été jugés «particulièrement racistes et problématiques», selon l'AEA.
Les propos de Laurence Cretegny ont été jugés «particulièrement racistes et problématiques», selon l'AEA.
Image: Keystone
La présidente du législatif cantonal, Laurence Cretegny, a imité l'accent congolais dans un hommage, lors de la séance du Grand conseil mardi soir. Une association d'étudiants dénonce des propos «inadmissibles» et réclame sa démission. La députée réfute tout racisme et se dit «navrée de constater que des mots ont été sortis de leur contexte».
29.09.2021, 23:4830.09.2021, 10:07
Suivez-moi
Suivez-moi

La scène s’est déroulée mardi lors de la séance du Grand conseil vaudois. La présidente du législatif cantonal, Laurence Cretegny, a, selon ses propres dires, paraphrasé le discours d'une «mère congolaise à son enfant». 👇

Vidéo: watson

La première citoyenne du canton rendait alors hommage à Vincent Grandjean, chancelier d'Etat, dont c’était le départ à la retraite. Un acte jugé «inacceptable» par l’Association des étudiant(e)s afro-descendant(e)s de l’Université de Lausanne (AEA Unil), qui, alertée mardi soir par l’un de ses anciens membres, a partagé la vidéo sur ses réseaux sociaux. Elle provient du site officiel de l'Etat de Vaud.

Propos «racistes et problématiques»

Les propos de Laurence Cretegny étaient «particulièrement racistes et problématiques», écrit l'AEA dans un communiqué publié mercredi. Pour l'association, cette allocution «reprend les codes du français dit "Petit Nègre" et tout l'imaginaire colonial véhiculé par ce type de caricature».

Et d'ajouter: il s'agit «d'une insulte à la communauté congolaise, et plus généralement à toutes les personnes afro-descendantes qui voient leur culture moquée dans l'enceinte de la plus haute instance législative du canton de Vaud».

«Le racisme n’a pas sa place au sein de nos institutions. L’AEA dénonce les propos de la présidente du Grand Conseil du canton de Vaud»
L'AEA

Pour cette raison, l'association demande:

  • Une explication de la part des instances officielles du Grand conseil et de Laurence Cretegny
  • Des excuses officielles à la communauté congolaise de la part de Laurence Cretegny
  • Sa démission de la présidence du Grand conseil vaudois

Joint par watson, le vice-président de l’AEA, Jean-David Pantet Tshibamba, estime qu'il s'agit d'une «allocution scandaleuse dans un haut lieu de la vie publique».

«Au vu de l'importance de la faute commise, on estime que demander la démission de la présidente du Grand conseil n'est pas prématuré»
Jean-David Pantet Tshibamba, vice-président de l’AEA
watson

Il n'exclut pas que d'autres actions puissent avoir lieu dans les prochains jours. «Cela dépendra aussi de la réponse du Grand conseil, explique-t-il. Pour l'instant, nous sommes en contact avec d'autres associations pour nous coordonner.»

L'association va envoyer le communiqué au législatif vaudois jeudi matin. Contactée mercredi soir, la présidente du Parlement vaudois réfute tout racisme et se dit «navrée de constater que des mots ont été sortis de leur contexte».

Selon Laurence Cretegny, son discours visait à mettre en relief la passion pour les aventures de Tintin de Vincent Grandjean. «Certains sont déjà en campagne électorale. Ces attaques émanent certainement du Parlement», a déclaré l'élue PLR.

«Je suis navrée si des personnes ont été blessées par mes propos. Mais, il faut me croire, il n'y a aucune connotation raciste. Comment pourrais-je être raciste? Moi dont les parents ont vécu au Maroc, moi qui ai séjourné plusieurs fois au Burkina Faso, au Mali et au Niger?»
Laurence Cretegny, présidente du Grand conseil vaudois
Laurence Cretegny le jour de son élection, en juin 2021.
Laurence Cretegny le jour de son élection, en juin 2021.
Image: sda

Laurence Cretegny est présidente du Grand conseil vaudois depuis à peine un mois. Sa cérémonie d'investiture s'est déroulée mardi 7 septembre. Députée depuis 2012, la PLR de 53 ans est née dans le district de Morges et était syndique, jusqu’à son arrivée au château, de la commune de Bussy-Chardonney et ce, depuis 2008.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser:

«Etre Suisse, c'est être blanc? Non!»

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Après la cyberattaque de Rolle, «il y a urgence» à agir, crient les députés

Des questions, des questions, des questions et une demande d’étudier des mesures pour réagir à la cyberattaque subie par la commune vaudoise de Rolle.

Les élus du Grand Conseil vaudois ne pouvaient pas rester insensibles. Et ils ne sont pas moins de 42 à avoir signé une interpellation et 27 un postulat. Leur but: Réagir en urgence à l’attaque informatique contre la commune de Rolle, révélée par watson mi-août. Depuis cette date, les révélations se sont succédé, montrant jour après jour l’ampleur des données personnelles volées et l’impuissance des autorités.

«Le canton a un rôle central à jouer, notamment dans le cadre de la Direction …

Lire l’article
Link zum Artikel