assez dégagé-2°
DE | FR
5
Suisse
Alain Berset

Affaire Berset: le monde politique réagit aux Covid-leaks

Alain Berset en sueur

«Berset n'est plus crédible»: le monde politique réagit aux Covid-leaks

Le monde politique réagit à l'affaire qui secoue Alain Berset. A gauche comme à droite, on appelle à la retenue tout en critiquant allègrement le conseiller fédéral. Les partis centristes se montrent un peu plus réservés.
17.01.2023, 12:1217.01.2023, 18:13

Le département d'Alain Berset est accusé d'avoir fait fuiter des informations confidentielles de manière répétée et ciblée au groupe de presse Ringier. Voilà l'affaire qui agite le monde politique suisse en ce début d'année.

Il n'en fallait pas plus pour faire mousser la Berne fédérale. Si les réactions sont pour la plupart modérées et appellent à la clarification des évènements avant tout, des critiques fusent, tous bords politiques confondus (ou presque).

A droite

Le mot «crédibilité» est sur toutes les lèvres. A commencer par celles de la droite du Parlement:

«Je n'ai jamais été amenée à demander la démission de quelqu'un, mais Alain Berset doit se demander si sa crédibilité est toujours là»
Céline Amaudruz, conseillère nationale (UDC/GE)forum, rts

La solution qu'elle réclame:

«Il faut mettre sur pied une commission d'enquête parlementaire et faire la lumière sur cette affaire»
Céline Amaudruz, conseillère nationale (UDC/GE)forum, rts

Et si Céline Amaudruz montre une certaine réserve, c'est bien de l'UDC que la première demande de démission a fusé:

«Alain Berset doit démissionner»
Alfred Heer, conseiller national (UDC/ZH)sonntagszeitung

Et à propos de Ringier:

«Tout cela n'a rien à voir ni avec un travail politique sérieux ni avec du journalisme indépendant »
Alfred Heer, conseiller national (UDC/ZH)sonntagszeitung

Le président du parti, Marco Chiesa, se montre plus modéré et dans son rôle, mais tacle également le conseiller fédéral:

«Cet incident sape la crédibilité des médias ainsi que celle d'Alain Berset»
Marco Chiesa, président de l'UDC et conseiller national (TI)24 heures

Le PLR est également critique:

«La position d'Alain Berset n'est plus très crédible. Et si ces fuites ont eu lieu dans son dos, cela représente un manquement dans son leadership»
Andrea Caroni, conseiller national (PLR/AR)sonntagszeitung

A gauche

On constate, sans surprise, un amer silence radio du côté du Parti socialiste (PS), dont est issu Alain Berset. Les propos du conseiller national Fabian Molina (PS/ZH), qui se demande «pourquoi les documents des procédures pénales en cours parviennent maintenant aux médias».

Il serait toutefois faux de penser que toute la gauche aurait manqué de critiquer le Fribourgeois. Les Verts n'hésitent pas à donner leur avis, à commencer par celui de leur président, qui vise un siège au Conseil fédéral aux prochaines élections fédérales (celui du PS?):

«C'est difficile pour Alain Berset de rester crédible en ce moment. Cette fuite nuit à l'Etat de droit. Le Conseil fédéral doit trouver un autre moyen de travailler ensemble, sans utiliser ces fuites»
Balthasar Glättli, président des Verts et conseiller national (ZH)19.30, rts

En Romandie aussi, on se montre critique:

«S'il s'agit d'une stratégie du Conseil fédéral, savamment orchestrée, de faire fuiter ses possibles décisions pour les tester auprès de la population quelques jours avant les annonces, c'est totalement inacceptable»
Nicolas Walder, conseiller national (Verts/GE)forums, rts

Et au sujet de Blick:

«On ne peut pas favoriser un média par rapport à d'autres. D'autres auraient aimé avoir ces scoops»
Nicolas Walder, conseiller national (Verts/GE)forum, rts

Au centre

Du côté des partis plus centristes, c'est bien la prudence qui est de mise. Les présidents du Centre et des Verts'libéraux se sont exprimés en ce sens:

Au Centre, on marche sur des œufs:

«Pour moi, trop de questions restent ouvertes»
Gerhard Pfister, président du Centre et conseiller national (ZG)24 heures

Pareil pour les Verts'libéraux:

«Les demandes de démission sont prématurées. Les faits ne sont pas encore clairs, les enquêtes sont en cours»
Jürg Grossen, président des Verts'libéraux et conseiller national (BE)24 heures

Il indique, toutefois, la manière dont il gère ses relations avec la presse:

«Je parle bien entendu de tout et de rien avec les journalistes. Mais je ne divulgue jamais d’informations confidentielles ou couvertes par le secret de la commission»
Jürg Grossen, président des Verts'libéraux et conseiller national (BE)24 heures

(acu)

Copin comme cochon: la fin des restrictions Covid

Video: watson
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Suisses et français créent une formation pour gérer les frontaliers
Projet de master franco-suisse a été lancé par les universités de Neuchâtel et Besançon, en France voisine.

L’Université de Franche-Comté (UFC), à Besançon, et l’Université de Neuchâtel (Unine) envisagent d'introduire à la rentrée 2024 un master pour former des spécialistes en relations frontalières. Cette formation a pour objectif de répondre aux nouveaux enjeux territoriaux qui sont apparus ces dernières années entre les collectivités territoriales franco-suisses de l’Arc jurassien.

L’article