pluie modérée
DE | FR
Suisse
Alain Berset

Berset n'a pas accès à son Twitter et ce n'est pas innocent

Berset dit ne pas avoir accès à son compte Twitter et ce n'est pas innocent

Alain Berset est de loin le membre du Conseil fédéral le plus populaire sur les réseaux sociaux. Toutefois, le conseiller fédéral n'a pas accès à son compte sur Twitter. Une information qui peut être capitale dans l'enquête qui le vise pour violations du secret de fonction.
31.01.2023, 06:1231.01.2023, 07:27
Christoph Bernet / ch media
Plus de «Suisse»

Le mercredi 28 juillet, peu avant quatre heures de l'après-midi, Peter Lauener, alors chef de la communication du ministre de la santé Alain Berset (PS), envoie un e-mail à Marc Walder, CEO du groupe de médias Ringier.

Une fois de plus, Lauener informe Walder des décisions du Conseil fédéral en matière de politique Covid-19. Cette fois-ci, il révèle que la prochaine étape d'ouverture prévue a été reportée et qu'il a donc été renoncé à la consultation des cantons à ce sujet. Le ministre de la santé Alain Berset a donné cette information le mercredi matin à Lukas Engelberger, le président de la Conférence des directeurs de la santé (CDS), et à d'autres membres des gouvernements cantonaux.

Le chef de la communication de Berset, Lauener, informe le patron de Ringier, Walder, de la décision environ une heure plus tard, avant qu'elle ne soit rendue publique. Il écrit:

«Tweet de Berset et mise en ligne sur le web dans environ 1 à 2 heures. Jusqu'à ce moment-là, délai d'embargo»

66 minutes plus tard, le tweet annoncé par Lauener est publié sur le profil @alain_berset, le compte vérifié du conseiller fédéral.

Selon la Schweiz am Wochenende, Peter Marti a interrogé le conseiller fédéral Alain Berset en mai dernier sur l'échange entre Lauener et Walder, dans le cadre de son enquête sur d'éventuelles violations du secret de fonction. Interrogé, Berset a déclaré ne pas avoir accès à son compte Twitter. «Je ne peux que le lire», disait-il.

Le secrétariat général du Département fédéral de l'intérieur (DFI) a, quant à lui, déclaré que le canal d'information Twitter «est exploité en accord avec le président de la Confédération Alain Berset». La question de savoir si le Fribourgeois n'a pas accès à son compte est restée sans réponse.

Alain Berset, le plus populaire sur les réseaux sociaux

Alain Berset est le conseiller le plus populaire sur les réseaux. Avec plus de 190 000 followers, il dépasse de loin ses camarades sur le réseau social. Le ministre des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, arrive en deuxième position avec 66 000 abonnés. Sur Instagram, 118 000 personnes suivent le nouveau Président de la Confédération, sur Facebook, ils sont 87 000.

Réseaux sociaux des conseillers fédéraux
Etat des réseaux sociaux des conseillers fédéraux présents sur les plateformes au 27 janvier 2023.Image: aargauerzeitung

Mais qu'en est-il des autres membres du Conseil fédéral? Tous ceux qui ont des comptes y ont accès, assurent les services de presse respectifs. Toutefois, certains ne sont pas du tout présents sur les réseaux sociaux, comme Karin Keller-Sutter (PLR). D'autres ont préféré privilégier certaines plateformes, à l'instar du ministre de l'environnement Albert Rösti (UDC), qui a, par exemple, cessé son activité Facebook à son entrée au Conseil fédéral. Il n'a aucun profil sur Twitter, mais est présent sur Instagram, son compte est géré par son secrétariat général.

Contrairement à Alain Berset, Guy Parmelin, Ignazio Cassis, Viola Amherd, Albert Rösti et Elisabeth Baume-Schneider peuvent accéder à tous leurs comptes sur les réseaux sociaux, comme nous l'ont confirmé les porte-paroles de leurs départements.

Alain Berset aussi apprécie Instagram. Le quinquagénaire se fait toujours remarquer par des photos artistiquement travaillées. Le président de la Confédération gère lui-même ce compte avec le soutien du service de communication du DFI, écrit son secrétariat général.

Alain Berset sur Instagram
Image: Instagram

La ministre de la Justice Baume-Schneider (PS) et la ministre de la Défense Amherd (centre) publient, elles aussi, certains de leurs posts sur Twitter. Comme l'écrit le département d'Amherd, le compte Twitter de la conseillère fédérale est géré par elle seule. Elle publie donc elle-même des tweets, que ce soit lors de ses apparitions et de ses visites professionnelles ou pour partager des aspects plus privés de son quotidien, par exemple lors d'une sortie en montagne.

Le département de la communication du DDPS diffuse également des tweets via le compte d'Amherd. Ni le DDPS ni le Département de la justice (DFJP) n'indiquent quels tweets proviennent du département et quels tweets proviennent de la conseillère fédérale.

Dix nouveaux postes créés

Les posts sur les profils du ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis (PLR) et du ministre de l'Economie Guy Parmelin (UDC) sont élaborés par leurs équipes de communication respectives et sont publiés en accord avec les chefs de département. Les posts publiés jusqu'à présent sur le nouveau compte Instagram du ministre de l'Environnement Albert Rösti (UDC) proviennent également de son équipe de communication.

Les membres du Conseil fédéral jouissent d'une certaine autonomie dans leur présence sur les réseaux sociaux. En juin 2021, le Conseil fédéral a adopté une stratégie en matière de médias sociaux et a créé dix nouveaux postes pour sa mise en œuvre.

La stratégie stipule que les conseillers fédéraux choisissent eux-mêmes, en collaboration avec leur département respectif, les canaux qu'ils préfèrent, en fonction de l'objectif et des groupes cibles qu'ils souhaitent atteindre:

«Ils décident également de la manière dont ils traitent leurs sujets et sont responsables des contenus»
Cette DJ utilise un canon à confettis dans le mauvais sens et se le prend en pleine poire
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Migros, Coop et les paysans veulent vous taxer pour vos courses en France
Le Conseil fédéral veut endiguer le tourisme d'achat en imposant la TVA dès 150 francs, contre 300 aujourd'hui. Une mesure qui ne suffit pas pour les détaillants et l'Union suisse des paysans, qui veulent faire davantage payer le tourisme d'achat. Monsieur Prix s'y oppose et voici pourquoi.

Toutes personnes qui font leurs courses de l'autre côté de la frontière suisse pourraient passer davantage à la caisse à l'avenir. En effet, tant les détaillants que l'Union des paysans font pression pour que la franchise valeur soit abaissée. Ils souhaitent que les touristes paient désormais la TVA dès 50 francs par personne et par jour. Une valeur bien plus basse que les 300 francs imposés aujourd'hui.

L’article