DE | FR
Malgré ou peut-être à cause du Covid, de nombreuses personnes voyagent en train de nuit.
Malgré ou peut-être à cause du Covid, de nombreuses personnes voyagent en train de nuit.Image: Keystone

Pourquoi les trains de nuit pourraient un jour financièrement dérailler

Si les trains de nuit séduisent toujours plus en plus de Suisses, notamment en raison du Covid, la question de leur financement pourrait tout faire dérailler.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
27.09.2021, 11:4827.09.2021, 17:08
Adrian Müller
Adrian Müller
Adrian Müller
Suivez-moi

Pour la première fois cet été, le train de nuit «Urlaubs-Express» a roulé de Bâle via Francfort-Hambourg directement vers la fameuse île de la mer Baltique, Rügen. L'offre de l’entreprise de trains «Train4You» a fait un carton: «Nous sommes surpris du nombre de clients suisses qui ont voyagé avec nous au dernier moment», déclare Christian Oeynhausen à watson, porte-parole des médias. C'est l'une des raisons pour laquelle l'offre sera élargie d’ici l'été 2022.

Durant ces dernières années, la route offrait un service auto-train de Bâle jusqu’à Hambourg. Cette année, «Train4You» a fait circuler les sept «lits-voitures» -des voitures-couchettes- jusqu'à Binz pour la première fois. Selon Christian Oeynhausen, les cabines ont été très bien exploitées sur l'ensemble des six liaisons. Le porte-parole poursuit:

«Cela montre que les trains de nuit peuvent être exploités de manière rentable, et ce, malgré le fait que le changement des draps et la restauration représentent un certain coût.»

L'Alpen-Sylt-Express, qui relie désormais directement Constance à la mer du Nord, a également été une première.

Le train bénéficie des réglementations d'entrée

«Nous le voyons dans les nombreuses réservations – la crise du Covid a renforcé les voyages de nuit», déclare Mike Jakob, responsable des ventes chez Railtour, le plus grand tour-opérateur de voyages en train en Suisse. L'une des raisons de cette forte demande? Les règles d'entrée pour les voyages en train plus souples que pour les voyages en avion. Le responsable déclare:

«Voyager en train de la Suisse directement à la côte allemande, c'est vraiment génial»
Mike Jakob, responsable des ventes chez Railtour

Les relations depuis la Suisse jusqu’à Hambourg/Berlin/Vienne ont également été réservées en grand nombre, en particulier pendant les week-ends des mois à venir. «Le potentiel est loin d'être épuisé», affirme l'expert en voyages ferroviaires.

Les amateurs de voyages ferroviaires sophistiqués pourront se réjouir: dès décembre 2021, les nouveaux trains de nuit ÖBB/SBB circuleront de Zurich-Bâle à Amsterdam. D'ici un an, le train de nuit à destination de Rome suivra. À partir de 2023, des trains de nuit circuleront entre la Suisse et Barcelone. «Cela va donner un coup de fouet à l'ensemble du secteur», se réjouit Jakob.

Grâce aux correspondances avec les trains à grande vitesse, un nouvel éventail de destinations possibles s'ouvrira :

«De Rome, vous pouvez être sur la côte amalfitaine en une heure. Depuis Barcelone, vous pouvez vous rendre sur la Costa Brava ou à Madrid en peu de temps.»

Etendre les trains de nuit: Oui, mais jusqu’où?

Montez dans le train à Zurich, Bâle ou Berne le soir et réveillez-vous le matin en vacances (ou à une réunion) dans une autre ville. En collaboration avec les ÖBB, les CFF prévoient d'ici 2025 dix liaisons avec 25 destinations. Et si la demande est bien là, du moins pendant les fêtes, après le non à la loi sur le CO2, le manque d'argent se fait ressentir. On parlait d'environ 30 millions de francs par an. Vincent Ducrot, patron des CFF, déclarait début septembre:

«La route vers Rome est courte, la route vers Barcelone est compliquée. Nous ne savons pas encore si nous pourrons les exploiter à l'avenir»

Il est bien sûr différent de faire circuler six fois par an un train de la Suisse à la mer Baltique que d'exploiter quotidiennement une liaison de nuit vers le sud.

C'est pourquoi la conseillère nationale verte Franziska Ryser exige que la Confédération intervienne et garantisse le financement des nouvelles lignes de train de nuit. «Sinon, nous craignons que les nouvelles lignes ne voient pas le jour», déclare la coprésidente de l'organisation de transport public actif-trafic. Car une chose est sûre: les CFF, qui ont été victimes de la crise et ont perdu plusieurs milliards de francs, ne peuvent pas investir.

La loi sur le climat, une bouée de sauvetage?

Mais qui investirait dans ces projets? Il existe plusieurs schémas: lors de la session d'été, le Conseil national a adopté un postulat déposé par des politiciens de centre-droit. Elle propose que l'argent provenant de l'échange de certificats climatiques subventionne les liaisons ferroviaires de nuit. C'est ce que font la Suède et l'Autriche dans leurs programmes de protection du climat. Les Verts et les Vert'libéraux ont également soumis des propositions pour le financement des trains de nuit.

La ministre des transports Simonetta Sommaruga n'a pas encore donné sa réponse. Il est cependant difficile d'imaginer que la conseillère fédérale PS stoppe les nouvelles lignes de trains de nuit avant même qu'elles ne soient lancées. L'office fédéral compétent examine maintenant dans quelle mesure la nouvelle édition de la loi sur le CO2 permet de promouvoir les trains de nuit.

Dans un deuxième temps, il est crucial que les transports ferroviaires et aériens se concurrencent sur un pied d'égalité, poursuit Franzsika Ryser. Elle ajoute:

«Le trafic aérien est totalement exonéré de taxes, alors que les compagnies ferroviaires se débattent avec des redevances d'accès aux voies élevées et d'autres taxes. Il ne faut pas que cela se produise.»

Car dans un document stratégique, l’actif-Trafic a de grands projets pour les relations de nuit: après l'étape annoncée, d'autres liaisons vers la France et Trieste sur l'Adriatique devraient suivre.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
8e vague Covid: ces nouveaux variants favorisent la propagation
En laboratoire, les cas de coronavirus confirmés sont en augmentation de 50%. Dans le monde, il existe actuellement plusieurs sous-variants qui semblent contourner les anticorps, explique Richard Neher, biophysicien à l'université de Bâle.

La semaine dernière, le nombre de cas de Covid-19 confirmés en laboratoire est passé d'environ 16 800 à 25 100, ce qui représente une augmentation d'environ 50%.

L’article