en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Analyse

Suisse: le Conseil fédéral joue à Game of Thrones

Analyse

Le Conseil fédéral joue à Game of Thrones

Cassis aimerait garder son département, tandis que Berset et Keller-Sutter souhaitent changer. Réponse le 9 décembre.
Cassis aimerait garder son département, tandis que Berset et Keller-Sutter souhaitent changer. Réponse le 9 décembre.Image: Keystone
A quelques jours de la nouvelle répartition des départements, les spéculations vont bon train. Le PS souhaite évincer le conseiller fédéral PLR Cassis du département des affaires étrangères et montre son intérêt pour les finances. Des duels au sommet se profilent.
05.12.2022, 05:5305.12.2022, 08:29
Stefan Bühler, Doris Kleck / ch media

L'épreuve de force est prévue pour le 9 décembre. Deux jours après l'élection par le Parlement des successeurs de Simonetta Sommaruga et d'Ueli Maurer, la nouvelle répartition des départements va avoir lieu. Celle-ci se fait traditionnellement dans le cadre fermé des sept membres du gouvernement. Mais une semaine plus tôt, les stratèges des partis ont commencé à faire part de leurs exigences, de leurs souhaits et de leurs offres.

La situation de départ promet du suspense: un duel de géants menace et, parallèlement, un nouveau rebondissement pourrait contrecarrer les plans d'Ignazio Cassis.

Berset contre Keller-Sutter

Commençons par le premier point. Avec le départ de Maurer, une place va se libérer au département des finances (DFF). Or il faut savoir que les deux figures de proue du Conseil fédéral, Karin Keller-Sutter (PLR) et Alain Berset (PS), nourrissent des ambitions pour ce département.

Après son élection en 2018, la Saint-Galloise a dû, contre son gré, se contenter du département de la justice. Elle aspire désormais à un changement. Mais après dix ans passés au département de l'Intérieur, Alain Berset souhaite lui aussi changer de poste, de préférence au département des Finances, selon des sources fiables.

Le collège gouvernemental pourrait donc être confronté à une décision délicate dès sa première séance dans sa nouvelle composition: ignorer le principe de l'ancienneté et refuser à Alain Berset, le plus ancien conseiller fédéral, le transfert souhaité aux finances? Ou éconduire Keller-Sutter?

La place de Cassis menacée

C'est ce dilemme qui nous amène au deuxième point: ce nouveau rebondissement qui pourrait se transformer en drame personnel pour le président de la Confédération Ignazio Cassis.

Le conseiller fédéral PLR a récemment souligné dans des interviews qu'il se plaisait au département des affaires étrangères (DFAE) et qu'il avait encore beaucoup à faire dans le dossier européen. Un changement de département, même s'il ne l'a pas dit directement, n'est donc pas à l'ordre du jour pour le Tessinois. Il devra néanmoins se pencher sur cette question dans les prochains jours. En effet, de plus en plus de voix s'élèvent au Parlement pour réclamer une grande permutation des départements, qui engloberait également le DFAE.

Sergio Mattarella, President of Italy, right, speaks to Ignazio Cassis, President of the Swiss Confederation, in a train between Bern and Zurich, Switzerland, Wednesday, Nov. 30, 2022. Mattarella and  ...
Ignazio Cassis a récemment rencontré le président italien Sergio Mattarella. Ses jours au DFAE sont-ils comptés?Image: sda

Selon plusieurs personnes du Parlement et de l'administration, Cassis ne jouit pas d'une confiance suffisante, ni au sein du Conseil fédéral ni parmi les partenaires sociaux, pour pouvoir mener à bien les discussions avec l'UE sur les futures relations bilatérales et les débats nécessaires en Suisse.

Cette critique est étayée par de récentes volte-face. Après le dernier tour des entretiens exploratoires avec l'UE, on parlait à Bruxelles et à Berne de succès, on était sur le point d'entamer les négociations concrètes. Mais le Conseil fédéral a décidé de poursuivre les sondages.

«Cassis ne recevra jamais de mandat de négociation de la part du Conseil fédéral»
Un parlementaire influent

Dans ce contexte, les milieux socialistes évoquent désormais la variante selon laquelle Cassis quitterait le DFAE pour laisser la place à la nouvelle conseillère fédérale socialiste. Cassis devrait passer au département de la défense (DDPS), peu apprécié, et Amherd reprendre le département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). Pour Cassis, ce serait la punition suprême, pour la gauche, le scénario idéal.

Un échange de départements entre Berset et Cassis?

Mais au vu des rapports de force au sein du gouvernement, il est peu probable que cela se réalise. Malgré tout, un remaniement au DFAE est possible. Car, comme le confirment des sources bien informées, Alain Berset serait également intéressé par le DFAE si son transfert préféré au DFF n'aboutissait pas.

Une variante entre ainsi en jeu, qui a déjà été considérée comme une option par des représentants proches de l'économie: un échange de départements entre Berset et Cassis. Le médecin de formation pourrait s'occuper de la politique de santé et de la politique sociale. Berset, qui a autrefois embrassé la carrière de diplomate, dirigerait la politique étrangère.

Mais le PS est-il vraiment prêt à céder le département de l'Intérieur? Oui, répondent à l'unisson plusieurs membres influents du PS au Parlement: politiquement, le PS n'a pas grand-chose à y gagner dans un avenir prévisible. Au contraire, il serait plus intéressant pour le parti de s'attaquer à la politique sociale du Conseil fédéral par des initiatives et des référendums contre un magistrat bourgeois.

Les Conseillères fédérales de 1984 à aujourd'hui

1 / 10
Les Conseillères fédérales de 1984 à aujourd'hui
source: keystone / str
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Parmelin: «Il faut chercher d'autres solutions pour maintenir notre prospérité»
A défaut d'un accord avec l'Union européenne, la Suisse toque à la porte de plusieurs Etats, dont les Etats-Unis. ««Toute cette stratégie a été lancée en partie à cause du blocage avec l'UE», commente Guy Parmelin, «nous ne pouvons pas rester les bras croisés».

«Tant que la situation est bloquée, il faut chercher d'autres solutions pour maintenir notre prospérité sur le plan de la recherche, de la science et de l'économie», déclare le conseiller fédéral samedi dans Le Temps.

L’article