DE | FR
4 raisons de suivre les élections neuchâteloises ce dimanche. Watson.

Les PLR Alain Ribaux, Laurent Favre et Crystel Graf (ici le jour du premier tour) sont restés dans la course au Conseil d'Etat neuchâtelois et sont soutenus par l'UDC. Image: KEYSTONE

4 raisons de suivre les élections neuchâteloises ce dimanche

Rôle des femmes, basculement à droite, fin du bipartisme... Le canton de Neuchâtel risque de vivre de sacrés bouleversements ce dimanche. Analyse en quatre points.



Sonnez clairons. Le second tour de l'élection à son Conseil d'Etat neuchâtelois approche. Six candidats – le Vert Roby Tschopp, les socialistes Laurent Kurth et Florence Nater, ainsi que les libéraux-radicaux Alain Ribaux, Crystel Graf et Laurent Favre – se livrent bataille pour cinq sièges. Cette élection, qui aura lieu ce dimanche 9 mai, n'est pas anodine. Voici pourquoi.

Neuchâtel pourrait basculer à droite

Presque partout en Suisse romande, la tendance est à la droite qui s'effondre au profit de la gauche, et en particulier des Verts. A Neuchâtel, la gauche est majoritaire au gouvernement depuis 2013. Or, cette donnée pourrait changer, car au premier tour, le PLR a créé la surprise en arrivant avec ses trois candidats dans le top 5: ses deux sortants Alain Ribaux et Laurent Favre, mais aussi sa nouvelle arrivée Crystel Graf, représentante d'une jeune droite décomplexée.

C'est peut-être
la fin du bipartisme

Pour ce second tour des élections neuchâteloises, les Verts et le PS se sont rassemblés autour d'un ticket commun rose-vert et le PLR s'est relancé dans la course avec ses trois candidats. L'UDC s'est retiré pour soutenir le PLR, jugeant qu'il y a là l'occasion de réussir à faire élire un collège de droite.

Le fait que la gauche ait appelé ses électeurs à voter compact pourrait mettre fin à la situation de bipartisme (la présence de seulement deux partis différents à l'exécutif cantonal), que connaît Neuchâtel depuis des années. Le ticket de la gauche plurielle contient en effet un écologiste. «Et actuellement, les Verts peuvent légitimement prétendre à avoir un siège», juge le politologue René Knüsel.

En outre, au Grand Conseil, le PLR détient moins d'un tiers de la part du gâteau. «Si l'électorat est proportionnaliste, il va sans doute estimer que le PLR est trop gourmand», estime le professeur de l'Université de Lausanne. Or, rien ne dit que les citoyens soient réellement attachés au pluralisme. Sans oublier que beaucoup d'autres facteurs interviennent lors d'une élection de personnes, comme le charisme ou l'ancrage géographique.

Les femmes pourraient être la clef

Un autre axe de lecture, transversal en Suisse romande, peut être appliqué à ce scrutin: le genre. De plus en plus considéré par certains électorats, dans les motivations de leurs votes, il pourrait faire élire dans de mêmes tickets les femmes Florence Nater (PS) et de Crystel Graf (PLR). Mais à quel prix pour leurs partis respectifs?

«On peut imaginer qu'une partie de l'électorat, et pas seulement à droite, estime qu'il faut avoir deux femmes au Conseil d'Etat au lieu d'une»

René Knüsel, politologue

Une éventualité qui aurait pour conséquence le «vol» d'un siège masculin à gauche ou à droite. Si c'est à droite, ce serait la non-réélection d'un ministre sortant, ce qui paraît le scénario le moins probable, Alain Ribaux et Laurent Favre étant arrivés en tête au premier tour.

Le centre sera
au centre de l'attention

«C'est une erreur d'essayer de comprendre ces élections sous le seul prisme gauche-droite», avance René Knüsel. «Il a tout de suite été dit au lendemain du premier tourm par les observateurs locaux, que le nouveau Grand Conseil était à droite. C'est faux, car on peut considérer que le groupement du centre, formé par le parti Le Centre (anciennement PDC) et les Vert'libéraux, n'est pas à droite, du moins pas toujours.»

Au premier tour, les centristes ont comptabilisé ensemble 10,3% des votes au premier tour. Or, le Centre n'a donné aucune consigne de vote pour le second tour. Quant aux Vert'libéraux, ils ont appelé à voter pour le Vert Roby Tschopp et non pour les PLR. Les électeurs du centre feront donc certainement pencher la balance ce dimanche.

«L'issue de cette stratégie aura potentiellement une incidence sur la manière dont travaillera le Grand Conseil à l'avenir», juge René Knüsel. Et sur l'image que reflète la famille centriste, qui essaie de plus en plus de s'affirmer en tant que force indépendante. Le cas de Neuchâtel sera suivi avec attention par les autres cantons romands.

Plus d'analyses politiques

Le PDC Valais perd sa majorité historique au Conseil d'Etat

Link zum Artikel

Les wokes débarquent en Suisse romande. Qui sont-ils? Que veulent-ils?

Link zum Artikel

Peut-on être jeune, de droite et défendre la polygamie?

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Les manifestations en Colombie

1 / 11
Les manifestations en Colombie
source: sda / esteban felix
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

TikTok découvre... la salade de fruits

Analyse

Pourquoi les Yverdonnois changent de municipalité comme de chemise

Cela doit être du jamais vu en Romandie. Depuis un demi-siècle, la municipalité de la cité thermale change systématiquement de camp à chaque élection. Une instabilité qui s'explique notamment par de vieilles rancunes et un équilibre politique précaire.

Les Yverdonnois ont encore changé d'avis, en élisant une majorité de gauche dimanche dernier. Comme d'habitude, aurait-on envie de dire. Depuis cinquante ans, aucun parti n'a réussi à convaincre les habitants de la cité thermale plus de quelques années d'affilée.

Car pour suivre la politique de la deuxième ville vaudoise, mieux vaut avoir le cœur bien accroché. En 2016, les quatre candidats PLR avaient été élus dès le premier tour. En 2021, ce sont deux socialistes et une candidate verte …

Lire l’article
Link zum Artikel