Suisse
Analyse

Conseil fédéral: Les Vert.e.s ont-ils chopé le melon?

Conseil fédéral: les Verts ont-ils chopé le melon?
Assemblée des délégués des Verts, Zoug, le 20 août 2022.Image: KEYSTONE
Analyse

Succession d'Ueli Maurer: les Vert.e.s ont-ils chopé le melon?

Les Verts entretiennent le suspense à l'approche de la succession de l'UDC Ueli Maurer au Conseil fédéral. Mais c'est en 2023 qu'ils joueront leur va-tout. Les cousins verts'libéraux pourraient leur brûler la politesse.
04.10.2022, 16:3806.10.2022, 02:10
Plus de «Suisse»

«Tu n’as aucune chance? Alors, vas-y, fonce!» C’est avec cette maxime d’école de commerce que les Vert.e.s sortent du bois, attirés par la succession d’Ueli Maurer, qui quittera le Conseil fédéral dans deux mois. L’un des deux sièges occupés par l’UDC sera alors à repourvoir, à moins d’un an des élections fédérales d’octobre 2023.

«Les Vert.e.s ne peuvent pas espérer gagner le siège laissé vacant par Ueli Maurer. Pour eux, c’est clairement un galop d’essai, une manière d’attirer l’attention, de faire parler d’eux dans les médias, de dire qu’ils sont là, prêts pour la bataille de l’année prochaine, où tout se jouera»
Pascal Sciarini, spécialiste de la politique suisse à l’Université de Genève (Unige)

En visant un siège UDC, les Vert.e.s s’attaquent au «climato-scepticisme» du parti national-conservateur. «En 2021, l’UDC s’était opposée à la loi CO2 et l’avait emporté, de même qu’elle s’oppose à présent au contre-projet du Conseil fédéral à l’initiative pour les glaciers, qui demande l’éradication de tout carburant et combustible fossiles en Suisse d’ici à 2050», resitue le politologue Pascal Sciarini.

De toute façon, le parti écologiste n’a pas encore décidé s’il briguera ou non le fauteuil d’Ueli Maurer lors de l’élection partielle du 7 décembre. Il le fera savoir le 18 octobre, au terme d’une réunion extraordinaire.

Les Vert.e.s avaient tenté le coup en 2019

Aux élections fédérales de 2019, les Vert.e.s étaient devenus la quatrième force du pays, derrière l’UDC, les socialistes et les radicaux, passant pour la première fois devant Le Centre (ex-PDC). Ils avaient alors estimé être en droit de revendiquer un siège au Conseil fédéral, rappelle Pascal Sciarini. Ils avaient présenté la Bernoise Regula Rytz. Un échec.

En place depuis 2003, après l’éjection d’un PDC au profit d’un UDC, l’actuelle formule magique à deux UDC, deux PS, deux PLR et un Centriste, la règle du «2: 2: 2: 1» faisant foi depuis 1959, avait été reconduite. Et l’on sait qu’il a fallu que l’UDC devienne le premier parti de Suisse pour qu'elle obtienne un deuxième siège synonyme d'apothéose. En 2019, après leur échec à l’élection au Conseil fédéral, il avait été demandé aux Verts de confirmer en 2023 leurs gains parlementaires obtenus cette année-là. Encore un an et on y sera.

Que faudrait-il aux écologistes pour qu’ils puissent intégrer l'exécutif suprême?

«Faire mieux ou aussi bien qu’en 2019, et qu’un autre parti actuellement représenté au Conseil fédéral recule. Mais n’oublions pas qu’ils ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils ne brigueraient pas l’un des deux sièges socialistes»
Pascal Sciarini, politologue à l'Unige

Il ne reste donc plus que Le Centre et le PLR, l’UDC paraissant intouchable. Fin août, un sondage 20 minutes-Tamedia donnait Le Centre stagnant et le PLR en légère hausse. Si les Verts confirment leur avance d’un peu moins de deux points sur Le Centre, enregistrée il y a trois ans, nul ne pourra leur contester le droit de revendiquer le siège centriste, par exemple.

Problème, le sondage en question les annonce en baisse. Si l’UDC passe pour un parti climato-sceptique, les écologistes passent à l’inverse pour des radicaux du climat auprès d'une partie de l’opinion, qui craint les effets d’une décroissance sur son mode de vie.

Conseil fédéral: et si c'étaient les Verts'libéraux?

Dans le même temps, les Verts’libéraux devraient progresser. Si bien qu’un pôle vert pourrait in fine faire valoir sa légitimité à siéger au Conseil fédéral. Si la «radicalité» des Vert.e.s fait peur à la majorité de l’Assemblée fédérale, qui continuera probablement de pencher à droite après les élections fédérales de 2023, celle-ci, dans la recherche d’un compromis, pourrait toujours élire un homme ou une femme issu des Verts’libéraux.

Copin comme cochon: les «djeunes» qui hurlent
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Elle n'aurait jamais dû insulter un contrôleur CFF
En octobre dernier, une femme a insulté l'employé des CFF qui l'avait contrôlée. Elle a été condamnée par ordonnance pénale.

Cette voyageuse bâloise a payé cher pour son voyage en train jusqu'à Brugg en octobre dernier. Après avoir été contrôlée par un agent de train des CFF, elle l'a insulté en descendant à Brugg en le traitant de «fils de pute», de «tas de merde» et en utilisant l'expression «va te faire foutre», comme l'indique une ordonnance pénale du ministère public argovien. Cette dernière ne précise pas si la femme voyageait sans billet valable ou encore quelle était la raison de ces insultes.

L’article