DE | FR
Le tableau de bord du Covid de la Confédération: ce sont les courbes qui déterminent notre vie.
Le tableau de bord du Covid de la Confédération: ce sont les courbes qui déterminent notre vie.collage: watson
Analyse

Ce que les chiffres de l'OFSP ne nous disent pas

Les données publiées par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) soulèvent souvent des incompréhensions: voici comment interpréter ces données (parfois) obscures.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
18.01.2022, 19:0619.01.2022, 18:02
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi

Chaque jour ouvrable, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) publie un grand ensemble de données sur la pandémie en Suisse. Voici l’explication de six chiffres qui ne sont pas toujours évidents à calculer, ni à comprendre.

Les cas Covid: que signifient les chiffres quotidiens?

L'une des valeurs les plus connues est le nombre de cas quotidiens. Le 14 janvier, l'OFSP a annoncé 32 150 nouveaux cas confirmés en laboratoire. Ce chiffre est également retransmis par des médias comme watson. Il indique le nombre de tests PCR positifs déclarés à la Confédération depuis la veille.

Cette précision est importante, car les chiffres publiés ne disent pas combien de cas ont été découverts en laboratoire, mais combien ont été déclarés. Sur le graphique ci-dessous, 32 150 cas sont représentés en orange. On y voit également les cas datant des jours précédents. Le nombre d'infections réellement découvertes le 14 janvier ne sera connu que quelques jours plus tard, lorsque toutes les données auront été rassemblées par la Confédération.

Il n’y a pas d’ambiguïté avec le terme de «cas»: si une personne se fait tester trois fois positivement avec des tests PCR en une semaine, elle n’est enregistrée qu'une seule fois comme «cas». L'OFSP n'enregistre un test positif comme nouvelle contamination qu'à partir d'un intervalle de 90 jours.

Les chiffres en bleu indiquent le nombre de cas déjà déclarés un jour donné. En orange, les chiffres qui ont été nouvellement déclarés par l'OFSP.
Les chiffres en bleu indiquent le nombre de cas déjà déclarés un jour donné. En orange, les chiffres qui ont été nouvellement déclarés par l'OFSP.image: ofsp

Les cas Covid: pourquoi y a-t-il des retards de déclaration?

L'obligation de déclaration est pourtant claire: toute personne dont le test PCR est positif à l'infection par le Sars-CoV-2 se retrouve dans la banque de données de la Confédération dans une période de deux heures. Les résultats négatifs doivent être déclarés dans les 24 heures.

Pourquoi y a-t-il donc d'importants retards de déclaration? Ils sont liés au fait que chaque cas positif ne doit pas être enregistré comme «cas confirmé en laboratoire». Une infection au Covid est certes considérée comme une contagion qui doit être déclarée, mais en raison du nombre élevé de cas, l'obligation de déclaration est actuellement différenciée selon le type de cas.

Prenons un exemple typique:

  1. Une personne asymptomatique effectue un test rapide antigénique. Le résultat est positif. Ce résultat n'est pas soumis à une obligation de déclaration.
  2. Les tests antigéniques positifs devraient en principe être confirmés par un test PCR. Ce double test n'est toutefois pas obligatoire: si la personne testée positive y renonce ou s'y soustrait en raison de l'absence de symptômes, le «cas positif» sera certes considéré comme «test positif», mais pas comme «cas confirmé en laboratoire».

Pour simplifier, cela signifie qu'il y a plus de tests positifs que de «cas confirmés en laboratoire». Les chiffres de la Confédération le confirment.

Cela explique les retards de déclaration. Une personne qui obtient un résultat positif d’un test rapide la veille de Noël et le confirme trois jours plus tard par un test PCR est considérée comme «un test positif la veille de Noël» et comme «un test PCR confirmé en laboratoire le 27 décembre».

Les hospitalisations: quelle est la pertinence des chiffres?

Lorsque l'on parle «d'hospitalisation», on fait référence à un «traitement hospitalier». Il peut durer quelques heures ou quelques jours. Il peut se dérouler sans complications ou aux soins intensifs. Mais surtout, il peut se produire «à cause» ou «avec le Covid», ce qui a encore alimenté le débat sur la charge hospitalière.

Les chiffres des hospitalisations révèlent quelque chose d’intrigant, comme l'a récemment rapporté la NZZ. Trois explications sont importantes:

  1. Les autorités savent exactement pourquoi une personne infectée doit être hospitalisée. Les raisons sont multiples et peuvent être liées à plusieurs facteurs. Selon une analyse de l'OFSP, environ 70% des hospitalisations actuelles sont dues au Covid-19.
  2. La majorité des hospitalisations «Covid» sont dues à l’infection au Covid en elle-même: les patients souffrent par exemple de difficultés respiratoires ou de problèmes cardiaques (Hospitalisation «à cause du Covid»).
  3. Une minorité des hospitalisations «Covid» sont dues à d’autres raisons. Tous les patients admis à l’hôpital sont testés. Quelqu’un peut être amené à l’hôpital après s’être cassé la jambe et être testé positif. Leur statut infectieux exige toutefois des mesures de protection spéciales, ce qui peut représenter une charge supplémentaire pour l'hôpital (Hospitalisation «avec le Covid»).

Les données à ce sujet existent et, selon la NZZ, elles devraient bientôt devenir plus précises. Elles devraient toutefois rencontrer le même problème que les données sur les infections: les chiffres ne sont pas disponibles en temps réel.

Ici aussi, il y a de nombreuses annonces tardives. Elles sont simplement dues au fait que, dans les situations d'urgence, le traitement de la maladie est plus important que la documentation correcte du cas. Le test PCR positif du patient peut certes être déclaré en l'espace d'un jour comme «cas confirmé en laboratoire» auprès de la Confédération. Il faut plus de temps pour que le patient soit également enregistré comme une hospitalisation «Covid».

Les décès: «avec» ou «à cause» du Covid?

D'un point de vue politique et pandémique, le nombre de décès n'a de signification que si la cause du décès est due au Covid. L'Office fédéral de la statistique (OFS) enregistre la cause du décès pour chaque personne décédée. Il arrive à la conclusion suivante: pour 90% des victimes déclarées à l'OFSP comme «décédées du Covid», le certificat de décès mentionne le virus comme cause principale.

La procédure de déclaration du corps médical montre pourquoi certaines personnes sont décédées «avec le Covid » et non «à cause du Covid»:

  • Le décès est constaté et la cause est indiquée sur le certificat de décès.
  • Les médecins procèdent ensuite à des examens supplémentaires.
  • Si une infection au Covid est découverte à ce moment-là, une déclaration supplémentaire est faite à l'OFSP («décédé avec le Covid»).

C'est également ce qu'exigent les directives de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Covid-19 est considéré comme une cause de décès lorsqu'il existe une chaîne de causalité entre l'infection et le décès. En l'absence d'un tel lien, le Covid n'est considéré que comme un effet secondaire («décédé avec le Covid») lorsqu'une personne est testée positive après sa mort.

Exemples de chaîne de causalité due au Covid:

Symptômes avant le décès:
– Syndrome de détresse respiratoire aiguë (2 jours avant †)
– Pneumonie (10 jours avant † )
– Test Covid-19 positif (14 jours avant †)
L'infection au Covid-19 est considérée comme la principale cause de décès
Symptômes avant le décès:
– Choc hypovolémique (1 jour avant †)
– Dissection aortique (1 jour avant †)
– Accident de voiture (2 jours avant †)

Autres diagnostics en rapport avec le décès:
– Infection au Covid-19

Le Covid-19 n'est pas la principale cause de décès

En Suisse, cela a pour conséquence que chaque décès confirmé en laboratoire devient un «décès du Covid» dans les statistiques de la pandémie. Ceci pour des raisons épidémiologiques:

  • Avant son décès, la personne infectée était encore contagieuse.
  • En outre, le traçage des contacts doit informer les proches qui étaient en contact étroit avec le défunt.

Comme 90% du nombre de «morts du Covid» se rapproche du nombre réel de personnes décédées du Covid, cette valeur remplit son rôle dans la pandémie. L'imprécision est acceptée comme un compromis.

Les chiffres de l'OFSP recensent également les décès sans lien direct avec le Covid. Ils sont disponibles rapidement et de manière actualisée. Les données de l'Office fédéral de la statistique sont plus précises, mais elles mettent plus de temps à être disponibles en raison d'une numérisation insuffisante.

La charge hospitalière: s'affole-t-on trop vite?

L'interprétation des chiffres relatifs aux capacités hospitalières est plus difficile. L'Office fédéral de la santé publique fournit chaque jour différentes données. La question centrale pour la politique est la suivante: quelle est la charge réelle des hôpitaux?

Examinons les chiffres actuels: plus des trois quarts des places en soins intensifs (76,7%) sont actuellement occupées. La Suisse compte actuellement un total de 883 lits, dont 206 sont indiqués comme «libres».

Le problème de ces chiffres est qu'ils ne peuvent jamais être actualisés en temps réel dans le quotidien agité de la médecine des soins intensifs. Là où il est question de vie ou de mort, les questions administratives ne jouent qu'un rôle secondaire. En cas de manque de place, les soignants et les médecins se concertent de manière ad hoc, modifient leurs dispositions, utilisent – si possible – d'autres espaces.

Le séjour aux soins intensifs est en outre variable: il peut durer de quelques heures à plusieurs jours. En cas de changement, un lit doit être nettoyé et préparé. Le calcul des capacités hospitalières soulève en outre un grand point d'interrogation en ce qui concerne le personnel: combien de soignants des soins intensifs peuvent-ils travailler et quand? Comment gérer l'absence ou la démission d'un ou deux soignants dans un hôpital?

Cela entraîne des problèmes de collecte de données. Les statistiques à l'échelle nationale peuvent être imprécises, selon le moment où les lits libres sont comptés. Chaque hôpital communique ses chiffres à une fréquence différente au canton, qui les envoie à son tour à Berne.

Les chiffres de Lucerne permettent d'illustrer ce phénomène. Peu avant Nouvel An, une mise en garde a été lancée contre la menace d'un triage dans les hôpitaux. Sur le graphique ci-dessous, nous avons indiqué le 29 décembre avec une ligne en pointillés. Les courbes montrent la situation dans le canton de Lucerne, une fois telle qu'elle est présentée par le canton lui-même, une fois telle qu'elle est présentée sur le site de l'OFSP.

Le graphique montre la différence impressionnante entre les chiffres concernant les lits en soins intensifs occupés (en bleu) par des patients Covid et ceux concernant les lits occupés en hôpital (en violet). La ligne noire représente l'occupation des lits en soins intensifs. Tant que celle-ci se situe dans la zone verte, les capacités ne sont pas complètement épuisées.

Quelle conclusion tirer de ces différents constats? Les données publiées ne sont pas les plus précises. Elles reflètent toutefois à quel point la situation est tendue et expliquent pourquoi le canton de Lucerne a mis en garde contre le triage peu avant Nouvel An. La charge de travail en soins intensifs (en noir) a été constamment proche de la limite d'utilisation. Par moments, il n'y avait plus que quatre lits libres en soins intensifs. Et ce, réparti sur plusieurs hôpitaux de Suisse.

En d'autres termes, si un accident grave se produit avec plusieurs blessés graves ou alors que d'autres personnes infectées par le Covid sont hospitalisées, un triage dans l'hôpital ou des transports d'urgence vers d'autres hôpitaux pourraient se révéler inévitables.

La valeur R: pourquoi change-t-elle constamment?

La valeur R a marqué les esprits au début de la pandémie. Il s'agit de l'indice de reproduction du Covid, qui indique le nombre de personnes qu'une tierce personne infectée contamine en moyenne. En bref, une valeur supérieure à 1,0 est mauvaise, car elle indique une forte propagation du virus.

La valeur R ne peut pas être calculée à la virgule près. Elle est estimée à l'aide de plusieurs facteurs et tente de refléter les infections survenues dans toute la Suisse il y a environ une dizaine de jours.

Le principe est le suivant: plus on prend les chiffres loin dans le passé, plus l'estimation devrait être précise. La méthode de calcul de la valeur R implique donc qu'elle soit «corrigée après coup».

watson a étudié ces corrections depuis l'été 2021. Dans le graphique ci-dessous, chaque ligne montre comment la valeur R a été estimée auparavant. La ligne épaisse et étirée représente la situation la plus récente.

Ces données soulèvent deux points:

  • La valeur R est bien estimée, les grandes corrections sont rares. La dernière correction importante a eu lieu pour le 25 novembre 2021: la Task Force avait estimé la valeur R à 1,2, avant qu’elle ne soit corrigée à environ 1,05.
  • La valeur R ne sert pas à évaluer la situation actuelle. Les valeurs publiées par la Task Force se réfèrent à ce qui s'est passé il y a dix à treize jours. Par rapport à la pandémie, cela correspond déjà à une éternité. Par exemple, pour la valeur R d’aujourd’hui, il faut attendre encore plus d’une semaine avant de disposer d’une valeur correcte.

Après ce long sujet Covid, changeons de sujet: «A mes yeux, ça aurait été plus facile de rester dans la peau d'un homme»

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A l'Uni de Genève, le syndicat étudiant défie le rectorat
Suite au coup de force d'activistes le 17 mai dernier et à la décision du rectorat d'entamer des poursuites pénales, l'association faîtière des étudiants de l'Université de Genève contre-attaque.

L’épreuve de force est montée d’un cran. Lundi 23 mai, la CUAE, l’association faîtière des étudiants de l’Université de Genève (UNIGE) a déployé une banderole géante dans le hall d’Uni Mail: «ÉTUDIANT-E-X-S RÉPRIMÉ-E-X-S: LE MALAISE», est-il écrit en lettres majuscules. Cette action est une réponse à la décision du rectorat de déposer une plainte pénale contre les personnes qui, le 17 de ce mois, dans les locaux de l’UNIGE, ont interrompu avec violence une conférence du professeur français Eric Marty, auteur du livre «Le sexe des modernes», jugé transphobe par les perturbateurs, des transactivistes.

L’article