DE | FR

Une vache nommée Shita, pesant 687 kilos, a été sacrée reine des reines

La reine des reines, Shita, pose avec ses propriétaires, la famille Terettaz après, avoir remporté la finale nationale de la race d'Hérens à Aproz (VS).
La reine des reines, Shita, pose avec ses propriétaires, la famille Terettaz après, avoir remporté la finale nationale de la race d'Hérens à Aproz (VS).Image: sda
Les 160 vaches qui se sont mesurées dimanche dans l'arène de Pra Bardy sont soit portantes, soit ont mis bas durant l'hiver.
09.05.2022, 05:0010.05.2022, 05:18

La vache de la race d'Hérens Shita a remporté la finale nationale des combats de reines dimanche à Aproz (VS). La manifestation a attiré quelque 15 000 spectateurs.

«Cette année, nous avons une qualité de bêtes incroyable. Mais la chance des rencontres est aussi un paramètre dans le résultat final. Si une bête enchaîne deux gros combats, le suivant sera difficile à mener.»
Pascal Cordonnier, responsable bétail et vice-président du comité d'organisation

La finale des finales a opposé les gagnantes de chacune des quatre catégories, trois issues du Valais et une de Zurich. Shita et ses 687 kilos de muscles, propriété de la famille Terrettaz à Vollèges (VS) a été sacrée reine nationale.

Shita a d'abord dû se défaire de Benetnash avant de retrouver la Haut-valaisanne Vanda, 622 kilos, dans l'arène et mener un ultime combat. Cornes contre cornes, respirations haletantes et flancs fumants, les deux bêtes se sont affrontées en tentant de se surprendre par-dessous. Finalement, Shita, avec ses cornes incurvées, est parvenue à débouter sa concurrente.

Pour une consécration

Certaines bêtes ont croisé les cornes durant de très longues minutes, avant que la plus forte ne l'emporte, conquérante. D'autres ont aussi refusé de lutter et ont été sorties de l'arène.

Selon les organisateurs, quelque 15 000 personnes ont admiré les joutes:

«Nous sommes très contents, le soleil et les spectateurs sont au rendez-vous»
Mélanie Montani-Rey, co-présidente du comité d'organisation

Cela n'avait pas été évident d'annuler par deux fois l'événement en raison du Covid, tant pour les éleveurs que pour les organisateurs, ajoute-t-elle. «Nous avons dû fournir un travail plus conséquent pour que les combats reprennent, mais tout a bien fonctionné. Et pour les éleveurs, c'est une fierté d'amener leurs vaches, ici, et de les voir combattre pour la consécration finale».

Six cents bénévoles

Environ 600 bénévoles ont travaillé au succès de l'événement, dont le budget s'élève à 1,6 million de francs. Son caractère national est encore à raffermir puisque seulement une poignée de vaches prenant part aux combats de dimanche venaient de l'extérieur du canton. Cette année, «un peu plus d'une dizaine de bêtes venaient d'ailleurs. Ce nombre va en grandissant», souligne toutefois Pascal Cordonnier.

L'édition 2022 était organisée par la région de Crans Montana, région dans laquelle a eu lieu le premier combat de reines en 1922, rappelle Mélanie Montani-Rey qui y voit un joli clin d'œil pour célébrer ses cent ans. Au total, entre samedi et dimanche, environ 300 bêtes ont participé à la manifestation.

«Le cheptel de la race d'Hérens se maintient. Sur le long terme, il est toutefois vraiment important de trouver des solutions pour soutenir les éleveurs et les combats, ce à quoi nous travaillons avec la fédération suisse d'élevage de la race d'Hérens», conclut Mélanie Montani-Rey. (ats/jch)

En parlant d'animaux: Pourquoi les tortues se giflent-elles ?

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article