DE | FR

Une politicienne réclame la vaccination obligatoire des 65 ans et plus

Les patients Covid non vaccinés et ayant atteint l'âge de la retraite sont encore le groupe de population le plus admis à l'hôpital. Une conseillère nationale exige qu'ils franchissent le pas.
06.12.2021, 10:5906.12.2021, 11:47
Othmar von Matt / ch media

Aujourd'hui encore, les personnes âgées de 80 ans et plus représentent de loin le plus grand nombre d'hospitalisations Covid: 356,5 personnes non vaccinées pour 100 000 personnes non vaccinées ont été admises au cours des trois premières semaines de novembre. Et seulement 46 vaccinés pour 100 000 vaccinés, alors que cette catégorie d'âge présente un taux de vaccination de 92% (double ou triple vaccination).

Pour la catégorie des 70 à 79 ans

Les personnes entre 70 à 79 ans se distinguent également: 139 personnes non vaccinées pour 100 000 personnes non vaccinées ont dû être hospitalisées. Et seulement 18 vaccinés pour 100 000 personnes vaccinées, bien que le taux de vaccination soit ici aussi de 89,5%.

Et parmi les personnes âgées de 60 à 69 ans non vaccinées, 85 personnes pour 100 000 non vaccinées ont dû être hospitalisées – contre quatre personnes vaccinées pour 100 000 personnes vaccinées, malgré un taux de vaccination de 84%.

Dans toutes les classes d'âge plus jeunes, les personnes non vaccinées ont un taux d'hospitalisation nettement plus faible. C'est ce que montrent les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Une vaccination obligatoire pour les «groupes de population vulnérables» est possible

La conseillère nationale Ruth Humbel (Le Centre) réclame maintenant une vaccination obligatoire pour tous à partir de 65 ans. «L'article 22 de la loi sur les épidémies permet aux cantons de rendre les vaccinations des groupes de population menacés obligatoires», explique la politicienne:

«Pour autant qu'il existe un danger important»
La conseillère nationale Ruth Humbel défend un renforcement des mesures.
La conseillère nationale Ruth Humbel défend un renforcement des mesures.Image: sda

Pour Ruth Humbel, également membre de la commission de la Santé, il est clair que «les jeunes ont fait de nombreux sacrifices au cours des deux dernières années. Il a toujours été question de protéger les personnes âgées dans la pandémie». Celles-ci doivent désormais faire contrepoids:

«Il faut maintenant aussi une certaine solidarité des personnes âgées de 65 ans et plus envers les jeunes»

Renoncer à une place en soins intensifs?

Les personnes qui ne veulent pas se faire vacciner malgré l'obligation ne pourraient pas être forcées, mais devraient indiquer dans des directives anticipées «qu'elles renoncent à une place dans l'unité de soins intensifs IPS». Grâce aux soins à domicile, de nombreuses personnes âgées «vivent au cœur de la société». C'est pourquoi l'obligation de vaccination est nécessaire, selon l'élue.

Des cantons romands ont déjà appliqué l'article 22 de la loi sur les épidémies, explique Humbel. «Ils ont obligé le personnel de leurs hôpitaux à se faire vacciner contre la grippe, alors que les maladies grippales étaient un problème majeur». En cas de pandémie de Covid, on ne peut pas obliger le personnel de santé à se faire vacciner, dit-elle, «sinon il y aura une saignée – et nous ne pouvons pas nous le permettre».

Mais entre-temps, la «2G» généralisée prend de l'ampleur en Suisse. Ainsi, le certificat ne serait plus possible que pour les personnes vaccinées et guéries. Introduire la 2G sur tout le territoire est «une possibilité», a déclaré Lukas Engelberger, président des directeurs de la santé, dans le SonntagsBlick.

Des voix s'élèvent déjà contre la 2G

Dans le monde politique, des voix sceptiques se font entendre. «Je ne suis pas un défenseur de la 2G à tout prix», a déclaré le conseiller aux Etats du centre Erich Ettlin, président de la Commission de la Santé. «Sur une base volontaire, la 2G est une bonne chose. Mais je ne l'introduirais pas sur l'ensemble du territoire», estime l'Obwaldien.

Pour Erich Ettlin, conseiller aux États du centre, ne souhaite pas imposer la règle des 2G.
Pour Erich Ettlin, conseiller aux États du centre, ne souhaite pas imposer la règle des 2G.Image: sda

La conseillère nationale Yvonne Feri (PS) est également réticente. «Je suis très critique à l'égard de la 2G, car elle exclut une partie des gens» a-t-elle affirmé. «L'étape suivante serait alors la vaccination obligatoire, à laquelle je ne suis pas favorable.» C'est pourquoi elle plaide pour la 3G – avec obligation de porter un masque et d'appliquer la distance sociale.

La conseillère nationale PS Flavia Wasserfallen voit les choses différemment:

«Ce sont surtout les patients Covid non vaccinés qui poussent les unités de soins intensifs à leurs limites. Comme mesure d'allègement, nous devons aussi discuter de la 2G.»

Pour l'épidémiologiste Marcel Tanner, «il est clair que ce soit la 2G ou la 3G, cela ne change rien au fait qu'il faut encore respecter les mesures de base». Il pense notamment au port du masque et à la distance sociale. «Cela nous aurait permis de maîtriser la pandémie plus tôt», dit le professeur émérite. «Et nous n'aurions plus besoin de penser à la 2G».

Bon et sinon, Britney Spears a 40 ans! Qu'en pensent les gens dans la rue?

Et si vous aimez le Covid...

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

Link zum Artikel

En cas de surcharges des soins intensifs en Suisse, qui a la priorité?

Link zum Artikel

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel
Vers le pic de la vague Omicron en Suisse? Le point en 10 punchlines
Le pic de la vague Omicron approche, mais il est encore trop tôt pour céder à l'euphorie. Voici en substance le contenu du dernier point de presse des experts de l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP). Récap en dix punchlines.
L’article